Accueil International Victoire pour la « pharmacie des pays en développement »

Victoire pour la « pharmacie des pays en développement »

par La rédaction

Dans une décision très attendue, la Cour suprême indienne a rejeté une demande de brevet de la compagnie suisse Novartis. Une victoire pour les producteurs indiens de médicaments génériques.


 

Le jugement rendu par la Cour suprême indienne, lundi 1er avril, est « une victoire majeure pour l’accès des patients à des médicaments abordables dans les pays en développement », se réjouit Médecins Sans Frontières.

Au terme de 7 ans de procédure, la plus haute juridiction indienne a rejeté la demande de brevet de la compagnie pharmaceutique Novartis sur un médicament anti-cancéreux, le Glivec. Elle a estimé que la nouvelle version que la compagnie suisse voulait protéger n’est pas suffisamment novatrice.

Ce qui vient valider les accusations d’ « evergreening » – de légères mises à jour progressives des formules des médicaments afin d’en renouveler les brevets – portées par les ONG à l’encontre des grandes compagnies pharmaceutiques. « Nous ne sommes pas opposés à ce que les sociétés fassent des profits mais à ce qu’elles fassent payer des sommes exorbitantes, au nom des brevets, pour des médicaments vitaux », commente Nisha Agrawal, président de l’ONG Oxfam en Inde.

Le jugement de la Cour suprême signifie que des compagnies indiennes pourront continuer à en fabriquer des versions génériques à bas prix, plus de dix fois moins cher que le Glivec.

Cette décision judiciaire est « un énorme soulagement. Cela va sauver de nombreuses vies, non seulement en Inde, mais aussi dans d’autres pays en développement », se réjouit Leena Menghaney, responsable pour l’Inde de la Campagne d’Accès de Médecins Sans Frontières. L’Inde, grande productrice de médicaments génériques, est considérée comme la » pharmacie du monde en développement ». La moitié de sa production profite à des malades en Afrique, en Asie ou en Amérique du Sud.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire