Accueil DiversNouvelles brèves Viol selon Naouri : le CSA tape du poing

Viol selon Naouri : le CSA tape du poing

par Arnaud Bihel

Le gendarme de l’audiovisuel met en garde France Culture qui a laissé Aldo Naouri exposer son « incitation au viol conjugal ».


 

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel a annoncé mercredi 17 juillet avoir « mis en garde France Culture » en raison de la diffusion des propos d’Aldo Naouri sur le viol. Dans l’émission Une fois pour toutes, le 6 avril 2013, le pédiatre Aldo Naouri évoquait cette histoire qu’il raconte dans son dernier livre et a rapportée à plusieurs reprises lors de sa tournée de promotion médiatique.

Lors de la consultation d’un couple, l’homme se plaignait que sa femme n’ait plus envie de faire l’amour suite à la naissance de leur bébé. Dans Une fois pour toutes, Aldo Naouri racontait alors : « Ce monsieur s’évertuait à dire qu’il attendait qu’elle veuille bien (…) Je lui dis ‘mais violez-la, monsieur’, et à ce moment-là, la dame a un sourire jusqu’aux oreilles ».

Entre autres médias, le pédiatre évoquait aussi cette histoire, fin mars, dans le magazine Elle. Ce qui avait suscité un tollé (Voir : ‘Violez-la’ : la provoc de Naouri ne passe pas) ; et une pétition à l’initiative d’osez le féminisme qui compte près de 6500 signatures

Mêmes réactions après sa prestation sur France Culture. Le CSA estime que, « en l’absence de contextualisation et de réaction de l’animateur aux propos de l’invité », ces propos « pouvaient être assimilés à une incitation au viol conjugal, et sont donc en contradiction avec les dispositions de l’article 43-11 de la loi du 30 septembre 1986 qui imposent aux sociétés du secteur public d’être particulièrement attentives à la question des violences faites aux femmes. »

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

3 commentaires

Viole de Gambe 18 juillet 2013 - 14:21

Ça a été mon cas pendant 22 ans…

Répondre

Laisser un commentaire