Accueil Société Une femme sur trois violentée : un problème mondial « d’ampleur épidémique »

Une femme sur trois violentée : un problème mondial « d’ampleur épidémique »

par La rédaction

Selon l’Organisation mondiale de la santé, plus d’un tiers des femmes dans le monde connaissent des violences physiques ou sexuelles. Avec de multiples conséquences.


 

Plus d’une femme sur trois dans le monde est ou sera victime de violence au cours de sa vie. C’est ce que révèle une étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) publiée jeudi 20 juin – la première synthèse de cette ampleur.

Selon les données de l’OMS, les violences conjugales, physiques ou sexuelles, concernent 30% des femmes. En y ajoutant les violences sexuelles exercées par d’autres que leur partenaire, la proportion s’élève à 35% à l’échelle mondiale (et jusqu’à 45% en Afrique). Dans le monde, pas moins de 38% du total des meurtres de femmes sont commis par des partenaires intimes.

Deux fois plus de risque de dépression

« Les résultats de cette étude envoient un message fort : la violence à l’encontre des femmes est un problème mondial de santé publique d’ampleur épidémique », analyse Margaret Chan, la Directrice-Générale de l’OMS.

Un problème de santé publique car dans 4 cas sur 10 les violences causent des blessures, et elles provoquent de nombreux effets secondaires. Par exemple, les victimes ont deux fois plus de risque de souffrir de dépression ou d’alcoolisme ; elles sont également deux fois plus susceptibles de se faire avorter ; et ont 1,5 fois plus de risque de contracter une maladie sexuellement transmissible.

Former les agents de santé

« Nous constatons également que les systèmes de santé du monde peuvent et doivent en faire plus pour les femmes victimes de violences », note Margaret Chan. De fait, l’enquête de l’OMS s’accompagne de lignes directrices. Il importe notamment de « former les agents de santé de toutes les catégories à reconnaître quand les femmes sont exposées à la violence du partenaire et à leur apporter une réponse adaptée ».

Plus globalement, souligne l’OMS, « ce rapport appelle à un renforcement massif des efforts mondiaux en vue de prévenir toutes les formes de violence à l’encontre des femmes en agissant sur les facteurs sociaux et culturels sous-jacents ».

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Lutter contre les violences de genre, un objectif de développement

Asie/Pacifique : un homme sur deux violent

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire