Accueil Sans catégorie Les violences sexuelles de guerre nourries par la culpabilisation des victimes

Les violences sexuelles de guerre nourries par la culpabilisation des victimes

par La rédaction
Zainab Bangura, représentante spéciale de l'ONU sur les violences sexuelles en situation de conflit. UN Photo/Mark Garten

Zainab Bangura, représentante spéciale de l’ONU sur les violences sexuelles en situation de conflit. UN Photo/Mark Garten

Un nouveau rapport de l’ONU sur les violences sexuelles comme tactique de guerre souligne que la stigmatisation des survivantes est au cœur de la stratégie des agresseurs. Il faut remettre en cause les « normes sociales sous-jacentes ».


 

« La honte et la stigmatisation font partie intégrante de la logique du recours à la violence sexuelle en tant que tactique de guerre ou de terrorisme », dénonce le dernier rapport annuel de l’ONU sur les violences dans les conflits armés. Le document appelle à reconnaître les victimes de violences sexuelles liées aux conflits comme des victimes légitimes de conflits et de terrorisme.

Ce rapport annuel, qui doit être présenté au Conseil de sécurité le 15 mai, examine les violences sexuelles liées aux conflits commises au cours de l’année 2016 dans 19 pays pour lesquels l’ONU dispose d’informations fiables1.

Le document déplore que « les violences sexuelles continuent d’être employées comme une tactique de guerre » et évoque des « viols de masse et stratégiques ». Il établit une liste de 46 parties qui se seraient systématiquement livrées à des viols et à d’autres formes de violence sexuelle dans des situations de conflit armé. Il s’agit principalement d’acteurs non-étatiques – groupes rebelles ou terroristes, comme Daech – mais parfois des forces armées étatiques, en RDC au Soudan et Soudan du Sud, et en Syrie.

« Il faut que les personnes ayant subi des violences sexuelles obtiennent justice et que cela se sache »

Les auteur.e.s du rapport font part d’une « préoccupation » particulière au sujet de la stigmatisation que subissent les survivantes. Une stigmatisation qui est d’ailleurs au cœur de la stratégie des agresseurs. Ils « savent que ce type d’actes peut transformer les victimes en parias, et ainsi briser les liens familiaux et communautaires », souligne le rapport. En insistant donc : il est « nécessaire de remettre en cause les normes sociales sous-jacentes » qui peuvent conduire à « normaliser » les violences faites aux femmes « et perpétuent la pratique consistant à culpabiliser les victimes ».

Et de poursuivre : « Il est donc nécessaire que les agents de l’État et les chefs coutumiers établissent clairement, par leurs prises de position publiques et leur comportement, que toute violence sexuelle est strictement interdite, que l’auteur de l’acte est le seul à porter la culpabilité et que personne d’autre ne saurait être stigmatisé comme coupable ».

Les auteur.e.s du rapport se disent, en outre, particulièrement préoccupé.e.s par le sort des enfants nés d’un viol « qui peuvent eux aussi être marginalisés pendant toute leur vie en raison de la stigmatisation qu’ils subissent et de l’incertitude liée à leur statut juridique ».

« Pour que la consolidation de la paix et la réconciliation se concrétisent, il faut que les personnes ayant subi des violences sexuelles obtiennent justice et que cela se sache », insiste le rapport.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Nadia Murad : “Vous et vos familles ne sont pas les seuls à mériter la vie”

Viols comme crimes de guerre et crimes contre l’humanité : première à la CPI


 

1/ Il s’agit de13 pays en situation de conflit (Afghanistan, République centrafricaine, Colombie, République démocratique du Congo, Irak, Libye, Mali, Myanmar, Somalie, Soudan du Sud, Soudan, Syrie et Yémen), de 4 pays dans des situations post-conflictuelles (Bosnie-Herzégovine, Côte d’Ivoire, Népal et Sri Lanka) et 2 autres pays ou la situation demeure « préoccupante » (Burundi et Nigéria).

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

1 commenter

PATRIARCA 4 mai 2017 - 15:27

Attention au titre de votre article qui prête à confusion, sur ce sujet délicat, et ne restitue d’ailleurs pas le fond du rapport de l’Onu ni l’analyse que vous en faites.

Répondre

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com