Accueil Médias Viré pour insulte sexiste

Viré pour insulte sexiste

par Isabelle Germain

Le journaliste sportif Pierre Salviac qui collaborait régulièrement à RTL a été remercié à la suite d’un tweet insultant.


 

« A toutes mes consœurs, baisez utile, vous avez une chance de vous retrouver première Dame de France » : c’est le message posté par le journaliste Pierre Salviac, spécialiste du rugby, mercredi après-midi sur le réseau Twitter. Illico, ses « consœurs » ont réagi : « En tant que ‘consœur’ de @pierresalviac je demande à son employeur @RTLFrance de réagir et de le licencier. » En insultant la compagne du nouveau président de la République, il insultait toutes les femmes. Interpellé, Jacques Esnoux, le patron de la radio, a immédiatement réagi sur Twitter, s’adressant publiquement à Pierre Salviac : « Ton tweet est absolument intolérable. J’y vois un sexisme vulgaire inqualifiable que je condamne ». Et la station d’annoncer en fin d’après-midi : « Pierre Salviac était jusqu’à ce jour un collaborateur occasionnel de RTL parmi d’autres médias. A compter de ce jour, RTL met un terme à toute forme de collaboration avec Pierre Salviac ».

Sur Twitter, la discussion se poursuit sur le thème : son licenciement tout de même… Réponses : d’abord, il est simplement « collaborateur occasionnel », il a d’autres sources de revenus. S’il avait fait une vanne raciste, il aurait été viré sur le champ, pourquoi pas pour une vanne sexiste. Et puis la situation est autrement rude pour les victimes de harcèlement sexuel qui ont perdu leur job et n’ont plus aucun recours contre leur harceleur.

Homophobie et racisme

L’intéressé a répondu sur Twitter : « J’ai commis un pénalty et pris un carton rouge. Qu’on ne compte pas sur moi pour contester l’arbitre. J’ai trop de respect pour #RTL », a-t-il écrit. Plusieurs journaux rapportent qu’en janvier dernier, réagissant à un sondage sur le mariage homo, Pierre Salviac tweetait : « 63% de la population favorable au mariage #gay. Il y avait déjà beaucoup d’enc. dans ce pays. Cela ne va pas s’arranger [smiley wink] ». Sexisme et homophobie font souvent bon ménage. En tout cas, c’est une première : pour une fois, les femmes qui s’indignaient n’ont pas été tournées en ridicule. Cette fois-ci c’est celui qui insultait les femmes qui a été sanctionné.

Lire aussi : Le CSA épingle l’apologie du harcèlement sexuel sur RMC

En novembre dernier Rue89 avait recensé les perles de Pierre Salviac sur Twitter : « Si je comprends bien #Delanoe est trahi par #Aubry qu’il avait soutenue. Ai-je enfin compris pourquoi il n’est pas un homme à #femmes? #PS » ; « #crise Chaque jour j’entends aggravation du taux de chômage Mais depuis 2 mois dans mon immeuble ce sont des étrangers (turcs) qui rénovent? » ; « A Paris Brancion l’Afrique s’installe. Après les résidents les commerces: kebab, chateaurouge, boucherie hallal. Demain lieu de culte? #jmekas ».


 

Ajout, 12 mai : A la demande du Plus Nouvel Obs « confrontons nos idées », j’ai expliqué pourquoi je dis merci à Pierre Salviac. Le texte est visible sur Le Plus Nouvel Obs ici ou ci-dessous.

Merci Pierre Salviac, le seuil de tolérance au sexisme est en baisse

Le message posté par le commentateur sportif Pierre Salviac mercredi sur Twitter insultait la compagne du président de la République, les femmes journalistes, ses « consœurs » et à travers elles, toutes les femmes. « A toutes mes consœurs, baisez utile, vous avez une chance de vous retrouver première Dame de France ». En réaction, une journaliste présente sur Twitter, Alice Coffin a réclamé le licenciement de l’auteur du tweet. Après une seconde de surprise, je l’ai suivie dans cette voie.

Jacques Esnoux, patron de la station de radio RTL a ensuite indiqué son intention de se séparer du chroniqueur… Surprise ! En général, les femmes sont priées d’avoir de l’humour et de s’esclaffer. C’est d’ailleurs ce qui ressort un peu aujourd’hui des commentaires qui sont faits sur la toile.

La réponse de RTL était-elle proportionnelle à l’attaque ? D’abord, il faut relativiser ce licenciement : Pierre Salviac est un contributeur occasionnel, la fin de sa collaboration avec RTL ne va pas le mettre dans l’embarras. Et je suis beaucoup plus inquiète pour les victimes de harcèlement sexuel qui ne sont plus protégées par la loi depuis une décision du Conseil constitutionnel (voir ici). Ensuite, il est probable que l’éviction de Pierre Salviac couronne l’ensemble de son œuvre. Il a multiplié les propos racistes, sexistes, homophobes sur son compte Twitter et s’en est pris violemment à Ségolène Royal. Le twitt de mercredi est sans doute la goutte d’eau qui a fait déborder le vase. De nombreux commentateurs se demandent bien sûr si la réaction de RTL aurait été aussi prompte si la principale personne visée n’avait été la compagne du président de la République…

Qu’importe ! Une insulte sexiste est publiquement sanctionnée et c’est cela qui est important. Cette expression « baiser utile », je l’avais entendue, quand j’étais étudiante. Un de nos professeurs se pavanait au milieu d’un groupe de filles et nous conseillait de « baiser utile » si on voulait faire carrière. La suite a montré que le soupçon pèse toujours sur les femmes qui réussissent… Et les propositions utiles pèsent souvent aussi.

Avec cette décision de RTL, le seuil de tolérance aux insultes sexiste peut baisser, de la même façon que le seuil de tolérance aux insultes racistes a diminué à mesure que des esprits éclairés se révoltaient. « Je déchirerai les rires banania sur  tous les murs de France » écrivait Léopold Sédar Senghor, dans Hosties noires… Ces rires qui confortaient le racisme. Cette fois-ci, le rire de Pierre Salviac n’a pas conforté le sexisme. Il faudra d’autres actions d’éclat pour que les femmes ne soient plus considérées comme des prostituées en puissance.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

16 commentaires

Vanessa 9 mai 2012 - 20:26

C’est vrai, pour une fois, le sexiste a été sanctionné, mais est-ce que son licenciement est dû à son sexisme ou à la position de la personne visée par le sexisme ? Moi je n’en sais rien, mais ça vaut le coup de se poser la question.

Répondre
isabelle germain 10 mai 2012 - 05:57

« Vanessa »
C’est vrai, pour une fois, le sexiste a été sanctionné, mais est-ce que son licenciement est dû à son sexisme ou à la position de la personne visée par le sexisme ? Moi je n’en sais rien, mais ça vaut le coup de se poser la question.

Visée par le sexisme ?

Répondre
Lili 10 mai 2012 - 07:30

Aurait-il été viré s’il avait adressé une insulte à une femme qui ne soit pas la compagne du président de la République? C’est une question qui peut se poser.

Répondre
K2S 10 mai 2012 - 17:34

Ce tweet sexiste s’ajoute à l’indignation +++ générale qui a suivi l’abrogation de la loi sur le harcèlement sexuel . Cette décision du CC a stupéfait, et fait du remue méninge. ça a sans doute un peu aidé aussi à sensibiliser sur ce sujet du sexisme non sanctionné.
En plus tout le monde semble avoir compris que ni l’insultée ni son compagnon n’ont l’intention d’être indulgents face à ce genre de dérapage. C’est tant mieux,comme avertissement pour marquer les mentalités et pour toutes les autres femmes

Répondre
Louis M 10 mai 2012 - 23:43

En quoi est-ce sexiste ? Est-ce que les hommes ne peuvent pas baiser utile ?

Répondre
lili 11 mai 2012 - 09:27

M Salviac a pris soin de s’adresser spécifiquement « à mes consoeurs ». Il aurait pu s’adresser à tous ses confères et consoeurs, à ses « amis journalistes », ou « aux journalistes ». Ca aurait été insultant mais non sexiste. Mais non, il a lui-même insisté la dimension sexiste de l’insulte en la réservant à ses consoeurs.

Répondre
ramsès 11 mai 2012 - 15:44

Le licenciement de Salviac est du au fait qu’il s’en est pris à la compagne d’un personnage important, et pas au fait que sa blague est sexiste. Ce n’est pas un acte de défense des droits des femmes–dont les directeurs de chaine se contrefichent–mais de léche-culterie.
Et en plus, il ne l’a pas faite à l’antenne, c’était un message privé. De quoi je me mêle?
Les blagues sexistes m’insupportent, mais je ne vais pas non plus suggérer de virer tous ceux qui en font.
Le licenciement de Salviac relève donc de la censure, ou de l’autocensure politique.
Je ne vais pas pleurer sur ce journaliste, qui est coutumier de ce genre de blagues d’équipe de rugby en goguette, mais un simple avertissement aurait suffi, la censure politique, j’aime pas trop.
C’est inquiétant pour l’avenir.

Répondre
Jean Pierre 11 mai 2012 - 16:06

L’insulte sexiste n’étant que le prétexte, dame première milite très certainement pour la liberté de la presse.
Oui mais c’était sous sarko que la presse n’était pas libre sous la gauche …. ce sera le goulag ou rien. Nous l’avons voulu, nous l’avons.

Répondre
isabelle germain 11 mai 2012 - 20:28

@Ramses et @Jean-Pierre j’ai aussi rédigé un texte pour le + Nl Obs ici http://leplus.nouvelobs.com/contribution/549870-merci-pierre-salviac-le-seuil-de-tolerance-au-sexisme-est-en-baisse.html#reaction : oui, le fait que la compagne du président de la République ait été visée ne nous a pas échappé mais cette affaire montre que le seuil de tolérance au sexisme est en baisse et ce n’est pas mal du tout

Répondre
Vincenzo 13 mai 2012 - 09:21

faut le fusiller ! comme tous les gens qui ne sont pas de gauche !

Répondre
d. nelly 14 mai 2012 - 08:20

Si j’ai bien compris les réactions une blague sexiste ne doit pas toucher une femme connue, une journaliste, une femme de gauche.
Par ailleurs on ne doit pas licencier un journaliste, plutôt de droite, qui aime les blagues sexistes, racistes, homophobes si ces plaisanteries touchent une femme connue, journaliste, mariée à un président de gauche.
DONC : valorisons les blagues sexistes, racistes, homophobes lorsqu’elles ne sont pas sur twitter et ne concernent pas des personnes connues et plus ou moins reconnues.
DONC : légitimons au nom de la vie privée (twitter…), de la liberté d’expression tous les propos qui visent à dégrader autrui.
DONC : un journaliste de droite a plus de chance de se faire licencier sous un gouvernement de gauche qu’un humoriste sous un gouvernement de droite.
Et enfin : et le droit ? la loi ? Le respect ; ben on s’en fout, ce qui compte ce sont les discours partisans des connus et des inconnus de la toile. B.E.U.R.K.

Répondre
danielle 14 mai 2012 - 21:50

« Louis M »
En quoi est-ce sexiste ? Est-ce que les hommes ne peuvent pas baiser utile ?

Si vous lisez bien ce que dit ce présentateur sportif, il s’adresse à ses consoeurs (…et dans consoeurs…il y a ….soeur 😉 ; il parle aussi de première dame de France or aucune ambiguité possible, consoeur et dame sont bien des femmes. Il ne s’est pas trompé, il s’agit bien d’insultes adressées aux femmes et à certaines en particulier. Le sexisme au même titre que l’homophobie et le racisme n’ont pas leur place sur la place publique et nulle part ailleurs. Le fait que la personne visée fut connue a juste permis de révéler au grand jour ce que des million de femmes subissent au quotidien dans leur vie professionnelle et privé.

Répondre
ramsès 17 mai 2012 - 14:13

« cette affaire montre que le seuil de tolérance au sexisme est en baisse et ce n’est pas mal du tout »

Hélas non,le seuil de tolérance pour les remarques sexistes pour les femmes ordinaires n’est pas en baisse.
Demandez aux milliers de femmes qui sont l’objet de telles remarques au travail si elles ont constaté une nette baisse récemment, la réponse est non.
VT n’est protégée de ces remarques que par le statut présidentiel de son mari: dans les cultures traditionnelles, on ne touche pas à la femme du chef, elle est sanctuarisée, intouchable, inviolable (alors queles femmes célibataires ou de rang inférieur ne le sont pas) –si elle se tient à sa place bien sûr. Si elle déborde des limites assignées à son rôle d’épouse dévouée et en retrait, elle est l’objet d’attaques féroces, de Marie Antoinette à Lady Di.
VT risque de prendre rapidement la deuxième direction, vu sa personnalité forte.

Répondre
Sans déc 27 juin 2012 - 18:28

Mais vraiment, comment voulez-vous être crédibles avec autant de mauvaise foi ?

« danielle »

« Louis M »
En quoi est-ce sexiste ? Est-ce que les hommes ne peuvent pas baiser utile ?

Si vous lisez bien ce que dit ce présentateur sportif, il s’adresse à ses consoeurs (…et dans consoeurs…il y a ….soeur 😉 ; il parle aussi de première dame de France or aucune ambiguité possible, consoeur et dame sont bien des femmes.

Bah oui, pour que ça marche dans l’autre sens il aurait fallu que Mme Trierweiler soit présidente et son mari journaliste…

« danielle »
Il ne s’est pas trompé, il s’agit bien d’insultes adressées aux femmes et à certaines en particulier.

Je vois pas trop où est l’insulte adressée aux femmes de manière globale, faudrait arrêter un peu la parano. Certes c’est de mauvais goût, mais la seule insulte qu’il y a là-dedans vise Valérie Trierweiler (j’imagine que le sous-entendu de la blague est que cette dernière n’a aucun talent et n’est arrivé là qu’en « couchant utile »).

Pour mettre les choses en perspective : si Marine Le Pen avait été élue, est-ce que cela aurait été une insulte à tous les hommes qu’un avocat dise, en référence à Louis Aliot « A tous mes confrères, baisez utile, vous avez une chance de vous retrouver premier Monsieur de France » ? Je ne crois pas !

Répondre
Claude 29 août 2012 - 14:57

« Jean Pierre »
L’insulte sexiste n’étant que le prétexte, dame première milite très certainement pour la liberté de la presse.
Oui mais c’était sous sarko que la presse n’était pas libre sous la gauche …. ce sera le goulag ou rien. Nous l’avons voulu, nous l’avons.

C’était du journalisme, pour vous, ce tweet ?

Répondre
Claude 29 août 2012 - 15:10

Pour mettre les choses en perspective : si Marine Le Pen avait été élue, est-ce que cela aurait été une insulte à tous les hommes qu’un avocat dise, en référence à Louis Aliot « A tous mes confrères, baisez utile, vous avez une chance de vous retrouver premier Monsieur de France » ? Je ne crois pas ![/quote]

Monsieur, ce débat se tient dans un contexte sociétal de domination masculine dans lequel l’idée majoritairement répandue reste celle que les hommes et les femmes ont des rôles différents à jouer pour ce qui concerne la séduction et la sexualité ; et précisément, que les hommes ont dans ce champs toute liberté (ils y seront toujours considérés comme ayant bien agi, surtout s’ils baisent à droite à gauche, ce sera considéré comme une preuve de virilitéou au pire comme un motif de plaisanterie) alors que les femmes y sont en permanence condamnées (quand elles sont trop séduisantes on les appelle des putes, quand elles réussissent professionnellement on place aussitôt l’analyse dans ce champs sexuel pour pouvoir les accuser d’avoir couché pour réussir, même quand elles se font violer elles sont présumées coupables – dans l’esprit du quidam, plus dans celui de la loi, mais c’est assez récent). Par conséquent l’inversion fallacieuse des rôles que vous proposez est tout simplement un non-sens.

Répondre

Laisser un commentaire