Accueil Sport Voile pour les footballeuses adopté à l’unanimité des hommes présents

Voile pour les footballeuses adopté à l’unanimité des hommes présents

par Isabelle Germain

Une assemblée de dirigeants du football mondial déroge à ses propres règles pour accepter le voile pour les filles


C’était le voile ou la censure… L’alternative perdante-perdante laissée aux footballeuses de certains pays n’a pas beaucoup ému l’International Football Association Board (IFAB), organe garant des lois du jeu de la FIFA (fédération internationale du foot), qui a fini par céder aux demandes de la Confédération asiatique (AFC) et du Prince Ali Bin al Hussein de Jordanie, un des six vice-présidents de la Fifa.

La décision d’autoriser le voile sur les terrains de foot, quasiment prise en mars dernier, a été adoptée à l’unanimité des hommes présents lors d’une réunion de l’IFAB à Zurich le 5 mars. Une décision prise dans la foulée de deux autres concernant des sujets aussi cruciaux pour les droits humains que la technologie sur la ligne de but ou l’arbitre assistant additionnel.

Oubliées donc les règles de la FIFA, selon lesquelles « l’équipement de base obligatoire ne doit présenter aucune inscription politique, religieuse ou personnelle. »

Discrimination, stigmatisation, euphémisation

C’est un coup très dur pour les valeurs universelles du sport et les droits des femmes. Les associations féministes qui ont tenté de mobiliser l’opinion sans être beaucoup relayées par les médias, expriment leur stupeur : « La FIFA bafoue la neutralité du sport et introduit l’inégalité entre les footballeuses. » écrit par exemple la Ligue du droit international des femmes. « En prenant cette décision, non seulement ils mettent en danger les joueuses musulmanes qui résistent encore, mais ils introduisent une discrimination entre les porteuse du costume islamiste et les autres. Enfin ils acceptent l’introduction d’un signe qui stigmatise le corps de toutes les femmes. »

Mais le monde du foot ne semble pas mesurer la gravité de sa décision. Le très populaire commentateur sportif Pierre Ménes l’a commentée en ces termes sur twitter : « La FIFA autorise aussi le port du voile intégral. Ça doit être pratique pour le jeu de tête …. »

A celles qui l’interpellent pour faire remarquer qu’il ferait mieux d’utiliser sa notoriété à autre chose qu’un trait d’humour vaseux, il répond que les réactions à son tweet font peur… Peur de qui, de quoi ? Cet art de retourner les situations fait partie de l’entreprise d’euphémisation des questions concernant les droits des femmes.

Laisser un commentaire