“Ramenez nos filles”, mobilisation grandissante pour les lycéennes nigérianes

Malalabringback
Photo : Malalafund.org

Trois semaines après l'enlèvement au Nigéria de plus de 200 lycéennes par Boko Haram, les pressions pour les retrouver s'accentuent, dans le pays et au-delà. Rassemblement ce lundi soir à Paris.


 

Elles voulaient devenir professeures, médecins, avocates. C'est pour cela qu'elles étaient retournées dans ce pensionnat de Chibok, dans le nord du Nigéria, une région reculée en proie aux conflits. Un peu plus tôt dans l'année, le lycée avait fermé ses portes, par crainte des représailles des groupes armés qui sévissent dans la région. Ces mêmes groupes armés qui ont détruit

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d'exister.

Je suis abonné·e,
je me connecte

Je m'abonne à partir de 1€

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour ajouter cet article à votre classeur.

css.php