Condamnation de Jacqueline Sauvage : « La définition de la légitime défense est trop archaïque »

Procès de Jacqueline Sauvage, croquis d'Eléonore Dougnac
Procès de Jacqueline Sauvage, croquis d'Eléonore Dougnac

Jacqueline Sauvage a été condamnée à 10 ans de prison pour le meurtre de son mari, violent et incestueux. Ses avocates réclament une extension de la légitime défense dans les cas de violences conjugales. Est-ce possible ? Explications et entretien avec les avocates.


 

C'était le 10 septembre 2012. Jacqueline Sauvage, alors âgée de 66 ans, tuait son mari de trois coups de fusil dans le dos, mettant fin à 47 ans de calvaire. Coups, abus sexuels, inceste, les témoignages sont violents. « Il lui fallait toujours un punching-ball pour se soulager », expliquera Sylvie Marot, fille aînée de…

La suite de cet article est accessible sur abonnement. Vos abonnements permettent aux Nouvelles News d'exister.

Je suis abonné·e,
je me connecte

Je m'abonne à partir de 1€

Vous devez vous connecter ou vous abonner pour ajouter cet article à votre classeur.

css.php