Accueil International 13 août, anniversaire amer en Tunisie

13 août, anniversaire amer en Tunisie

par La rédaction

TunisieEgalite

Le débat sur la question de l’égalité homme/femme dans le projet de constitution tunisienne se déplace dans la rue à l’occasion de la journée anniversaire du Code du Statut Personnel.


 

 

La « journée de la femme » en Tunisie aura une tonalité particulièrement militante ce lundi 13 août. Cette journée marque l’anniversaire de la promulgation du Code du Statut Personnel, le 13 août 1956, qui a accordé aux Tunisiennes un statut privilégié dans le monde arabe. Mais « alors que nous devrions saisir cette opportunité pour enregistrer d’autres acquis pour les femmes, nous nous retrouvons face à des propositions rétrogrades et passéistes », s’emporte un collectif d’associations tunisiennes.

Car depuis quelques jours, c’est la place accordée aux femmes dans le projet de constitution tunisienne qui inquiète. Ce projet évoque la « complémentarité » de la femme « avec l’homme au sein de la famille » et en fait une « associée de l’homme dans le développement de la patrie ». (Lire : Complémentarité ou égalité pour les femmes tunisiennes ? )

Ennahda tente de rassurer

Ainsi, la femme ne serait définie qu’en fonction de l’homme : c’est ce que dénoncent plusieurs associations et partis progressistes qui appellent à une révision de cet article pour y faire apparaître le terme d’égalité, et non ceux de complémentarité et d’associée. Le parti Ennahdha, majoritaire au sein de l’assemblée, refuse une réécriture tout en tentant de calmer le jeu. Son leader Rached Gannouchi a encore assuré dans un discours, mercredi 8 août, son attachement à l’égalité des sexes. Tandis que la vice-présidente de l’Assemblée nationale constituante (ANC),Meherzia Laâbidi, promettait que la future constitution comportera « un article qui consacrera le principe d’égalité entre les sexes».

Des discours insuffisants pour rassurer. Pour la secrétaire générale du Parti républicain, Maya Jeribi, les acquis de la femme tunisienne sont menacés « à l’intérieur comme à l’extérieur de l’hémicycle de l’Assemblée constituante ».

Ambiance tendue

Alors que plus de deux cents personnes ont manifesté, jeudi 9 août, devant le siège de l’ANC à Tunis, la mobilisation dans la capitale tunisienne s’annonce forte lundi 13 août. Elle s’annonce également tendue, car les autorités ont interdit aux manifestant-e-s de défiler sur l’avenue Habib-Bourguiba – celui qui fut l’initiateur du Code du Statut Personnel. Dimanche 5 août, une manifestation anti-gouvernementale avait dégénéré sur cette même avenue. La blogueuse Lina Ben Mehnni évoque ici les violences policières dont elle a été victime et témoin.

En France, un collectif d’associations appelle à un rassemblement ce même lundi 13 août à Paris « pour la sauvegarde des droits des femmes tunisiennes ». Selon le collectif français, il est « urgent d’agir et de réclamer haut et fort, une égalité parfaite entre les femmes et les hommes et d’inscrire cette égalité, dans le marbre de la constitution. »

 

 

Photo : Manifestation le 9 août 2012 devant l’ANC. © Lina Ben Mehnni « A tunisian girl »


A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire