Accueil MédiasBuzz Angèle, son frère et le procès du féminisme

Angèle, son frère et le procès du féminisme

par Camille Saint-Cricq

Clip « Balance ton quoi »

Parce que son frère est accusé d’agression sexuelle, la chanteuse engagée Angèle est la cible d’attaques dénonçant le féminisme. Qui fait le plus de bruit ?

Au cœur d’une tourmente qu’elle n’a aucunement provoquée : la chanteuse Angèle, engagée, féministe. Une jeune artiste remarquée notamment pour son titre « Balance ton quoi ».(lire : « BALANCE TON QUOI », LE CLIP D’ANGÈLE DANS L’ANTI-SEXISM ACADEMY FAIT UN TABAC).

Son frère, le rappeur Roméo Elvisa, a été accusé de violences sexuelles sur Instagram. Sa victime avait partagé des captures d’écran d’un échange avec le jeune homme qui reconnaissait les faits. Très vite, le 9 septembre, Roméo Elvisa a présenté des excuses : « Je regrette sincèrement ce geste et surtout je réitère publiquement les excuses déjà exprimées de nombreuses fois en privé et en personne », a-t-il écrit sur les réseaux sociaux.

Mais sa petite sœur Angèle qui n’avait rien demandé à personne, a été attaquée de toutes parts avec le haschtag  #BalanceTonFrère. Sa page sur Instagram a été envahie de commentaires haineux. Certains lui intimaient l’ordre de « faire un choix » entre son engagement féministe et son frère, exigeaient un commentaire, ironisaient, conspuaient les féministes, balançaient des messages stupides. Avec force insultes et vulgarité… La lecture des posts avec le haschtag #BalanceTonFrère donne la nausée.

Du coup Angèle a fini par s’exprimer aussi sur Instagram :. « De la même façon que je me bats aux côtés des femmes et minorités négligées, je condamne les actes qui vont à l’encontre de mes principes » Elle poursuit: « C’est d’autant plus important qu’il s’agit d’un proche et heurtant de l’apprendre ainsi. Une prise de conscience globale est à venir et un changement des mentalités s’impose, encore, toujours et partout. C’est tout ce que je souhaite. »

De nombreuses personnalités ont apporté leur soutien à Angèle et à son combat féministe. La chanteuse Clara Luciani sans détour : « À tous les cons qui osent s’en prendre à Angèle, vous n’avez pas plus de cœur que de cerveau. Je ne peux même pas vous appeler porc parce que ce serait vous attribuer les deux », L’écrivaine Sophie Fontanel : « Pensées pour la jeune femme (@angele_vl m) qui se prend aujourd’hui le plus monstrueux hashtag qui se puisse imaginer : #balancetonfrere. Elle en est là, notre humanité ? » L’essayiste Mona Chollet a renchéri : “On se sent tout de suite tellement mieux quand on trouve une femme à accuser des violences d’un homme.” Et Caroline de Haas, représentante de #noustoutes a expliqué dans Ouest-France « Ceux qui s’en prennent à Angèle veulent faire taire les femmes ».

Ces mots peuvent-ils faire le poids face à la déferlante de discours misogynes mettant en accusation le féminisme ? Peuvent-ils opérer le « changement de mentalités » que la chanteuse appelle de ses voeux ? Réponse compliquée.

Face aux réseaux sociaux, les journaux ont globalement dénoncé les internautes mettant en accusation Angèle, même si certains ont mis un peu de temps à comprendre comme Nagui, dans l’émission La bande originale sur France Inter ce mercredi. Il recevait Léa Salamé, journaliste sur la même radio, pour présenter son nouveau livre « Femmes puissantes ». « Depuis 3 jours, on met Angèle en accusation, qu’est-ce que ça veut dire ? » demandait-elle Et l’animateur Nagui de relativiser ainsi « Dès que quelqu’un fait une petite sortie route (…) on l’attaque, c’est ce principe de tribunal » des réseaux sociaux. Sauf qu’Angèle n’avait pas fait de « sortie de route ». Heureusement, sur le plateau Leïla Kaddour a remis les idées en place et ajouté : « Et on tape les femmes avec une délectation plus grande ». Et les médias ont abondamment repris les messages haineux des internautes. Pas sûr que le bruit médiatique féministe couvre celui des misogynes aujourd’hui encore.

Lire aussi dans Les Nouvelles News

 POUR SA PROMO, UN CHANTEUR UTILISE L’ATTAQUE SEXISTE CONTRE ANGÈLE)
ENCORE DES RELENTS DE HAINE ANTIFÉMINISTE DANS LA VIEILLE PRESSE
QUAND UNE JEUNE CINÉASTE FAIT BARRAGE AU HARCÈLEMENT SEXUEL
Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire