Appel à la fin de la « culture du mâle alpha » à la City

par La rédaction

La City de Londres. Wikimedia Commons

Pour réduire le « gender pay gap », en particulier à la City, un rapport parlementaire britannique en appelle à un changement de culture d’entreprise.


 

73 % d’écart entre les bonus des hommes et des femmes, en faveur des hommes : c’est le chiffre « record » d’un rapport réalisé par la Chambre des députés britannique qui a demandé aux entreprises de plus de 250 salariés de déclarer les écarts de rémunération. Et c’est la banque Barclays qui détient ce record.

Le secteur de la banque est le plus inégalitaire avec des écarts de salaire de 49% en faveur des hommes, suivi du secteur de la construction avec 38% de différence. L’écart salarial médian national moyen est de 18,4% en Grande Bretagne.

Le Guardian qui a étudié le rapport du comité du Trésor résume aussi les causes de cet écart salarial et les recommandations pour le résorber, en particulier dans la banque. La « culture du mâle alpha » serait la principale raison invoquée par les femmes pour renoncer à briguer les plus hauts postes des entreprises de la City. Les négociations de bonus très agressives et viriles ne sont pas leur tasse de thé. Idem pour les négociations de postes dans ces structures pyramidales où les femmes se font plus rares vers les sommets de la hiérarchie.

Côté recommandations, les changements culturels demandés dans le rapport reprennent des idées déjà évoquées pour l’égalité professionnelle et rarement mises en œuvre.

D’abord s’appuyer sur des critères objectifs pour octroyer les rémunérations et promotion. Versus agressivité du demandeur. Ensuite « lutter contre la stigmatisation du travail flexible » c’est-à-dire considérer qu’un travail à temps partiel ou une interruption de carrière n’est pas un signe d’incompétence. De même, la lutte contre la culture du présentéisme doit être menée pour ne plus privilégier les carrières de ceux qui restent au bureau sans autre raison que se montrer. Bref, il s’agit d’éliminer les préjugés inconscients dans le recrutement et les gestions de carrière.

Le rapport recommande aussi d’encourager les entreprises à publier des stratégies pour combler les écarts de rémunération entre les sexes. D’autres acteurs doivent être impliqués, les régulateurs doivent donner l’exemple : la Banque d’Angleterre et la Financial Conduct Authority, devraient nommer davantage de femmes à des postes à responsabilité estiment les députés.

Des recommandations logiques, qui nécessitent des politiques volontaristes et pugnaces pour aboutir.

 

Lire aussi dans Les Nouvelles NEWS

Pas de primes sans mixité à la City ? Comme il vous plaira

La finance peine à promouvoir les femmes

Pas assez de femmes, pas de bonus ?

Et notre dossier ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE

Partager cet article

Laisser un commentaire

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?