Accueil Politique & Société Au PS, retour vers le futur antérieur

Au PS, retour vers le futur antérieur

par La rédaction

Opération sauvetage ratée chez les éléphants du PS. Une photo 100 % hommes semble donner le  coup de grâce.

Patrick Kanner, le chef de file du groupe PS au Sénat l’avait annoncé au début du mois de juillet, il allait réunir les « éléphants » du PS pour son pot de fin de session, le 17 juillet… Fance Info présentait les invité.e.s : « l’ancien président de la République, François Hollande, qui devrait même prendre la parole; les anciens Premiers ministres Bernard Cazeneuve, Lionel Jospin et Jean-Marc Ayrault ; les anciens dirigeants du PS Martine Aubry et Jean-Christophe Cambadélis et même les présidents de régions et de départements. »

Dont acte, le 17 juillet, Patrick Kranner publiait sur twitter une photo de ce petit groupe avec cette annonce : « Aucune nostalgie mais au contraire, un esprit de combat dans la fierté collective. Comme le disait Pierre Mauroy : ‘nous sommes les héritiers de l’avenir’. »

Une « fierté collective assez peu partagée au sein du PS dont les membres ont plutôt tendance à faire profil bas depuis les débâcles des diverses élections, jusqu’aux récentes Européennes où le parti a péniblement obtenu 6 % des suffrages. « Au Parti socialiste, difficile de trouver un responsable enthousiasmé par cette initiative personnelle de Patrick Kanner » écrit même France24.

Et très vite, une autre photo de ce pot d’été a été mise en ligne par France Inter pour illustrer un article soulignant un autre objectif de cette rencontre : pousser la candidature à la présidence, en  2022, de l’ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve. Et la photo qui illustre le sujet est terrible. On n’y voit que des hommes, plutôt âgés. L’entre soi masculin soulignant davantage encore le côté « ancien monde » du tableau. Et le titre ouvre la porte à toutes les plaisanteries : « Le PS met Bernard Cazeneuve en orbite pour la présidentielle de 2022. » Illico, les internautes ont ressorti des extraits du film de Michel Audiard, le Pacha avec cette phrase :« quand on mettra les cons sur orbite, t’as pas fini de tourner. »

Il y avait pourtant deux femmes dans l’assemblée, la maire de Lille Martine Aubry et la présidente du groupe des députés socialistes Valérie Rabault . Elle avait dû batailler pour obtenir la présidence seule, car son groupe, qui n’avait jamais été présidé par une femme, voulait un binôme homme /femme.

Un internaute a jauni la photo d’un parti qui ne parvient décidément pas à se moderniser.

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire