Accueil Economie Augmentation salariale : « Les femmes demandent autant que les hommes mais ne reçoivent pas »

Augmentation salariale : « Les femmes demandent autant que les hommes mais ne reçoivent pas »

par La rédaction
Via Pixabay

Via Pixabay

Les femmes négocieraient moins leur salaire que les hommes ? Non, selon une étude menée en Australie. Les différences salariales s’expliqueraient tout simplement par une « pure discrimination ».


 

Fin 2013, trois femmes cadres sur dix interrogées dans une enquête du réseau EPWN disaient « éprouver des difficultés à demander une augmentation » et jugeaient une négociation salariale « plus difficile pour une femme que pour un homme. »

Cette situation, documentée par plusieurs études, s’expliquerait par une forte socialisation sexuée, un manque de confiance et le poids des stéréotypes qui conduiraient les femmes à rester prudentes. Mais cette explication communément admise est battue en brêche par des données venues d’Australie.

« Les hommes sont 25% plus susceptibles d’obtenir une augmentation que les femmes »

Une étude réalisée par des chercheur.e.s de la Cass Business School et des universités américaines du Wisconsin et de Warwick, se basant sur 4 600 travailleurs et travailleuses de 800 entreprises australiennes, conclut en effet que les femmes négocient leur salaire autant que les hommes, mais avec un succès moindre. En moyenne, les hommes sont 25% plus susceptibles d’obtenir une augmentation que les femmes.

C’est la première étude qui compare des salarié.e.s selon leur nombre d’heures travaillées. Auparavant, les recherches mélangeaient à la fois les employé.e.s à mi-temps et à plein temps, biaisant ainsi les résultats : les personnes à temps partiel – principalement des femmes – rechignent davantage à négocier leur salaire.

Cette fois les calculs sont plus précis : les temps plein masculins et féminins sont comparés ensemble. Même chose pour les temps partiels. Et là aussi, aucune différence entre les sexes n’est visible. Des résultats d’autant plus pointus que l’Australie est le seul pays qui enregistre systématiquement les conditions et les résultats des demandes – ou non – d’augmentation salariale, pour chaque employé.e.

« Une pure discrimination envers les femmes »

Mais alors quelles sont les raisons de cette différence salariale ? Les hommes demanderaient-ils plus fréquemment une augmentation ? Non, « il n’y a aucune différence », souligne Andrew Oswald, co-auteur de l’étude. Laquelle conclut : « Les femmes demandent mais ne reçoivent pas ».

Une seule réponse est apportée : « Après avoir vu ces résultats, je pense que nous devons accepter qu’il y ait un élément de pure discrimination contre les femmes », lâchait Andrew Oswald. Un peu d’espoir tout de même : « Les jeunes femmes demandent des augmentations salariales au même taux que les jeunes hommes et obtiennent autant satisfaction qu’eux », analyse Amanda Goodall, co-auteure de l’étude. Les chercheurs notent toutefois en conclusion que leurs résultats s’appliquent à « l’Australie moderne », pas forcément ailleurs.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire