Accueil Economie Auto-discrimination salariale chez les entrepreneuses ?

Auto-discrimination salariale chez les entrepreneuses ?

par Arnaud Bihel

Une étude menée auprès de patron.ne.s aux États-Unis observe que les femmes se versent un salaire 20% moins élevé que leurs homologues masculins. Mais quand elles en prennent conscience elles comblent cet écart.


 

Les femmes chef d’entreprise auraient-elle tendance à s’auto-discriminer ? C’est l’un des constats d’une étude réalisée auprès de patrons et patronnes de petites entreprises aux États-Unis, rapporte le New York Times. Les entrepreneuses, qui décident de leur rémunération, s’accordent une paie inférieure de 20% à ce que s’octroient les hommes dans la même situation.

C’est là un « résultat inattendu », selon cette étude menée par des économistes du Babson College, une école de commerce états-unienne. Ils ont analysé les données fournies par un millier de participant.e.s (quasiment autant de femmes que d’hommes) au 10,000 Small Businesses – un programme de soutien aux créateurs et créatrices de petites entreprises développé par la banque Goldman Sachs.

Au début de ce programme, les créatrices d’entreprises participantes se versaient en moyenne un salaire équivalent à 80% de celui que se versaient leurs homologues masculins. Ce qui correspond à la moyenne globale de l’écart de salaire femmes/hommes à temps plein aux États-Unis

Toutefois, au bout de six mois de participation au programme, les femmes avaient augmenté leurs salaires bien davantage que les hommes : l’écart était passé de 20 à 8%.

L’étude évoque « deux possibles raisons à cette évolution. La première, c’est que les participantes ont pris conscience, dans le cadre du programme, de l’importance du salaire qu’elles se versent pour montrer aux investisseurs potentiels la bonne santé de leur entreprise. La seconde, c’est qu’au cours des échanges entre participant.e.s, elles ont eu l’occasion de comparer les salaires en vigueur et de développer leur propre mise en valeur ».

Mais comment expliquer l’écart initial entre salaires masculins et féminins ? Interrogée sur ce point par le New York Times, l’une des auteures de l’étude, Patricia Green, reste prudente : « Je ne sais pas si c’est parce qu’elles se réfèrent aux autres salaires féminins, si c’est par manque de confiance ou par souci d’économies pour l’entreprise sur leur propre salaire ».

En Europe, une enquête menée par le réseau européen de femmes cadres et entrepreneures EPWN mettait en avant le « complexe de la bonne élève » : 75% des « femmes privilégiées » interrogées se disent insatisfaites de leur rémunération. Mais la moitié d’entre elles admet ne pas négocier d’augmentation.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire