Accueil Politique & SociétéÉducation Autour de Malala, mobilisation pour l’éducation

Autour de Malala, mobilisation pour l’éducation

par Arnaud Bihel

MalalaNobel_h150Un mois après avoir échappé à la mort, la jeune pakistanaise Malala Yousafzai est plus que jamais un symbole du combat pour le droit des filles à aller à l’école. Un symbole qui fait de l’effet sur le gouvernement pakistanais.


 

Après avoir été grièvement blessée par un taliban, le 9 octobre, dans sa région de Swat au Pakistan, Malala Yousafzai a repris connaissance dans l’hôpital anglais où elle est soignée. Et son combat pour le droit des filles à aller à l’école est plus que jamais sous le feu des projecteurs

Une pétition a été lancée pour que la jeune fille de 15 ans obtienne le prochain prix Nobel de la Paix ; ce serait « envoyer un message clair indiquant que le monde soutient celles et ceux qui se battent pour l’égalité femme-homme et les droits humains, dont le droit à l’éducation pour les filles ». En trois jours, la pétition a recueilli plus de 110 000 signatures. L’initiative  témoigne du symbole qu’est devenu la jeune Pakistanaise, bien au-delà des frontières du Pakistan – avant même l’attaque qui l’a visée, elle était dans sa région un exemple pour les écolières.

L’ancien Premier ministre britannique Gordon Brown, envoyé spécial de l’ONU pour l’éducation mondiale, avait appelé pour sa part à faire du 10 novembre le « Jour de Malala », en soutien à la jeune fille et aux 61 millions d’enfants, dont une majorité de filles, qui sont privés d’école dans le monde. Pour lui, « Malala a déjà gagné le prix qu’elle désirait le plus : la reconnaissance par le gouvernement du droit de chaque enfant à aller à l’école ».

Plus d’un million de personnes ont déjà signé cette autre pétition relayée par Gordon Brown, qui appelle le Pakistan à adopter un plan pour permettre à chaque enfant d’être scolarisé, et tous les pays à rendre hors-la-loi la discrimination à l’égard des filles.

Les autorités pakistanaises, de fait, multiplient les engagements. Le président Asif Ali Zardari a lui-même signé cette pétition, le 10 novembre, tout en lançant au côté de Gordon Brown un projet visant à scolariser plus de 3 millions d’enfants pauvres dans les 4 prochaines années.

Le gouvernement pakistanais est par ailleurs partenaire d’une journée consacrée au droit des filles à l’éducation, organisée par l’Unesco le 10 décembre à Paris. Une nouvelle occasion de rendre hommage à Malala.

 

Lire aussi dans Les Nouvelles NEWS :

Déterminées, livres à la main, contre les armes et l’obscurantisme

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

4 commentaires

colon claude 12 novembre 2012 - 15:49

oui, pour cette jeune fille exemplaire
claude colon

Répondre
Ann 13 novembre 2012 - 09:21

L’occasion de mentionner un film émouvant sur le sujet : le cahier

Répondre
courroux 17 novembre 2012 - 15:19

et que cette pétition soit clairement prétexte à propagande du voile sur des fillettes ne dérange pas les aspirations à l’éducation des filles ? l’éducation des filles faite comment et par qui, par leurs pères qui mouleront de bonnes filles bien sages ? bien soumises au code de pudeur masculin…

elle aurait parait-il le choix de choisir le voile, selon l’instigatrice de la pétition qui prétend que Malala étant plus souvent voilée que tête nue, elle l’aurait choisi !

http://susaufeminicides.blogspot.fr/2012/10/femmes-politiques-feministes.html

Répondre
moustache91 23 novembre 2012 - 13:54

Présentée voilée, certes. Mais le plus important pour cette jeune fille, c’est le pouvoir du savoir non celui d’un bout de tissu…
Elle met plus de discernement à savoir ce qui est important pour elle maintenant et à ruser avec les apparences avec lesquelles elle doit faire avec pour l’instant. Ce n’est pas sans pouvoir qu’on change les choses ; et celles-ci ne changent durablement que de l’intérieur.
Courage Malala pour ta révolution !

Répondre

Laisser un commentaire