Accueil Eco & Social Bientôt un allongement du congé paternité ?

Bientôt un allongement du congé paternité ?

par La rédaction

A nouveau recommandé par un rapport d’experts, l’allongement du congé paternité pourrait être inscrit dans un projet de loi en 2021. Mais rien n’est certain.

Une commission d’experts, présidée par le neuropsychiatre Boris Cyrulnik, a remis au gouvernement, mardi 8 septembre, un rapport sur les « 1000 premiers jours de l’enfant » préconisant de faire du soutien aux jeunes enfants et à leurs parents une « priorité de l’action publique ». Et le secrétaire d’État chargé de l’Enfance et des Familles, Adrien Taquet a assuré que les mesures préconisées allaient être expertisées par le gouvernement et donneraient lieu à des annonces d’ici la fin du mois. Il s’est même avancé en affirmant à l’AFP que des mesures pourraient être inscrites dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) 2021, notamment renforcer l’accompagnement des familles et allonger le congé paternité.

Véritable serpent de mer, la question de l’allongement du congé de paternité est un point essentiel pour favoriser l’égalité femmes-hommes au foyer comme au travail. Au foyer pour installer de bonnes habitudes de prise en charge des enfants par les deux parents dès le départ. Et au travail pour faire baisser l’hostilité de certains employeurs envers les femmes. Avec le congé de paternité, qu’ils embauchent un homme ou une femme, ces employeurs devront gérer des absences. Ce qui ferait baisser le « risque maternité ».

Depuis une mesure adoptée par Ségolène Royal, alors ministre de la Famille en 2002, ce congé est de 11 jours. Il est optionnel et indemnisé par l’assurance maladie. Actuellement, sept pères sur dix le prennent.  Ce congé était venu renforcer le congé de naissance obligatoire de trois jours, à la charge de l’employeur.

Depuis 2002, beaucoup de rapports, travaux et autres préconisations ont été produits. Pour n’en citer que quelques-uns : en 2011, un rapport de l’IGAS, piloté par Brigitte Grésy, préconisait un congé paternité d’au moins 4 semaines pour un meilleur partage des temps parentaux. Idem dans un rapport sénatorial en 2013. En 2017, quatre ministres demandaient à nouveau à l’IGAS un état des lieux et des pistes d’amélioration pour le congé de paternité. Et à chaque fois, les recommandations allaient dans le sens de l’allongement du congé paternité. Sans que l’idée ne se concrétise.

Elle a même fait un pas en arrière lorsqu’Emmanuel Macron, en 2019 s’était opposé à une directive européenne sur « l’équilibre entre vie professionnelle et vie privée des parents » préconisant l’allongement du congé paternité et du congé parental au motif que ce serait financièrement insoutenable. (lire : Congé parental : une directive européenne a minima)

Adrien Taquet pourra-t-il tenir son engagement (prudent) ? Difficile à dire. Il est probable que le coût de la mesure effraie une bonne partie de l’électorat d’Emmanuel Macron. Et, l’élection présidentielle se profilant, la mesure pourrait bien être à nouveau remisée…

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire