Accueil MédiasBruits et chuchotements Bigard, Jardin, Society et la banalisation des agressions sexuelles

Bigard, Jardin, Society et la banalisation des agressions sexuelles

par La rédaction

Au détour d’un article consacré au comique lourd qui voulait devenir président, des agressions sont décrites par des euphémismes.

C’est dans un court extrait du dernier numéro du magazine Society que l’on peut lire une parfaite démonstration de la banalisation des agressions sexistes, au détour d’un article consacré à Jean-Marie Bigard. Society, lancé en 2015 sur papier, est considéré par le petit monde des médias d’information, comme un exemple de journalisme moderne et impertinent. Son fondateur est un homme, ses financeurs sont des hommes et la place et l’image des femmes dans le contenu est la même que dans les journaux « à la papa » (voir par exemple : Des Etats généraux pour la parité dans les médias)

Un long article de son dernier numéro est consacré à « Bigard, vous avez dit Bigard », l’humoriste lourd qui voulait devenir président. En le lisant, le journaliste de FranceInfo Yann Bertrand a été choqué par ce qui est présenté comme une « anecdote » dans Society et l’a partagé sur Twitter 

Le journal a interviewé l’entourage de la vedette. Parmi eux, l’écrivain Alexandre Jardin qui avait réalisé un film en 1996 dans lequel Bigard était acteur. Il rapporte, en tiquant à peine, un épisode mêlant agression sexiste et mépris de classe. Society écrit : « Alexandre Jardin se souvient pour sa part que, dans la maison que la production lui louait pendant le tournage de son film, Bigard organisait des fêtes où toutes les petites mains étaient invitées, dont les femmes de ménage. » Puis c’est Alexandre Jardin qui parle : « un soir il s’est mis à leur rouler des pelles, à toutes. Elles étaient éberluées, évidemment. Je vais le voir et lui dis ‘ça te vient à l’esprit que tu leur fais un peu peur ?’. Et il me répond : ‘qui regarde ces femmes aujourd’hui ? Qui les a embrassées la dernière fois ?’ Il était en mission, ça partait d’un bon sentiment. On peut penser à faire quelque chose comme ça mais on ne le fait pas. Lui si. »…

Impossible de savoir si ce qui est raconté est vrai. Mais le récit en dit long sur la tolérance des médias à la banalisation des agressions sexistes et au mépris des femmes incarné par Bigard qui n’en est pas à son coup d’essai. Dans cet extrait, à aucun moment les faits ne sont qualifiés clairement « d’agression sexuelle ». A force de lire ce genre de récit dans les médias, les hommes trouvent normal d’agresser sexuellement les femmes et les femmes trouvent normal d’être agressées. Sur twitter, quelques internautes choqué.e.s suggèrent que le procureur de la République déclenche une procédure mais pas sûr que ce soit dans les habitudes de la justice.

Lire aussi dans Les Nouvelles News

#LesMotsTuent : 350 articles épinglés et un début de questionnement dans les médias

Procès Placé : le sexisme, affaire classée

Sexe et pouvoir : l’exception médiatique française (2011)

Cantat confirme la tolérance envers les violences faites aux femmes (2010)

L’immunité amoureuse dans la presse (2011)

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire