Accueil Politique & SociétéFamilles Le nouveau « non » de l’UMP à l’homoparentalité

Le nouveau « non » de l’UMP à l’homoparentalité

par La rédaction

Comme annoncé par le gouvernement, des députés UMP comptent revenir, à l’Assemblée, sur le feu vert accordé par le Sénat le mois dernier à l’insémination artificielle pour les lesbiennes. Retour au projet de loi initial : la procréation assistée sera permise aux pacsés, mais hétérosexuels.


Le 7 avril, les sénateurs, contre l’avis du gouvernement, inséraient au projet de loi sur la bioéthique une disposition ouvrant la voie à la procréation assistée pour les couples de lesbiennes. Elles seraient des centaines chaque année à se rendre en Belgique pour avoir recours à cette pratique réservée en France, à l’heure actuelle, aux seuls couples hétérosexuels. L’article 20 du texte adopté par le Sénat ouvre l’assistance médicale à la procréation (AMP) aux « personnes formant le couple », alors que la législation actuelle la réserve à « l’homme et la femme formant le couple ». Et fait disparaître la notion de « caractère pathologique » de l’infertilité.

Il s’agirait dès lors de considérer l’AMP non plus seulement comme une réponse à une infertilité médicale, mais aussi sociale – induite par le fait que le couple est homosexuel.

Pas question, répondait alors aux sénateurs le ministre Xavier Bertand, qui promettait de revenir sur cette disposition au cours de la navette parlementaire. C’est ainsi qu’à l’Assemblée nationale, où le texte revient en deuxième lecture à partir du mercredi 25 mai, la version amendée par la commission des lois, à l’initiative de l’UMP – prévoit de refermer la porte.

Le texte qui sera soumis aux députés, adopté en commission mercredi 11 mai, prévoit de revenir à l’état initial de la loi. L’article 20 prévoit ainsi : « L’assistance médicale à la procréation a pour objet de remédier à l’infertilité d’un couple ou d’éviter la transmission à l’enfant ou à un membre du couple d’une maladie d’une particulière gravité. Le caractère pathologique de l’infertilité doit être médicalement diagnostiqué. »

Il s’agit de confirmer que « le recours à l’aide médicale à la procréation est réservé au traitement d’une infertilité médicalement diagnostiquée, et non pas sociale », confirment les députés dans l’explication de l’amendement correctif. Un verrou pour les couples homosexuels, qui vient contrebalancer l’une des avancées du projet de loi, dans le même article : l’ouverture de la PMA aux couples liés par un pacte civil de solidarité.

L’exposé des motifs du projet de loi le confirmait : tout en ouvrant la PMA aux couples liés par un Pacs, ils s’agissait de « mettre en exergue la condition médicale d’infertilité permettant à un couple d’accéder à ces techniques ». Celui d’un amendement parallèle, présenté en commission, est tout aussi éclairant : « si l’éducation et l’affectif dans le développement de l’enfant, l’origine de sa filiation est bien la rencontre entre un homme et une femme ».

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

7 commentaires

Kyrie 12 mai 2011 - 18:04

Quelle inanité dans l’argumentation, quel vide! Ils ne peuvent pas se marier, ils ne peuvent pas avoir de gosses (du moins tant qu’on peut les empêcher) parce que:
– on a toujours fait comme ça
– y faut un papa et une maman pour faire des bébés.

Plus les occasionnels mensonges sur les effets sur les gosses d’homosexuels, les éventuels accès de frénésie religieuse (moins en France qu’ailleurs, ceci dit) et les débilités profondes qu’on a pu lire récemment sur l’égalité des genres.

Pourquoi pourrit on la vie de ces gens, pourquoi les stigmatisons nous dans la loi, ajoutant aux persécutions qu’ils subissent au quotidien?
PARCE QUE.

Parce qu’ils sont la minorités, parce qu’ils sont trop faible politiquement, parce qu’ils font peur et parce que c’est tellement plus simple et plus confortable de ne rien changer.
Mais je suis une optimiste. J’ai espoir que dans une génération ou deux l’idée même de refuser des droits (mariage, adoption, insémination,…) à des gens sur la simple base de leur orientation sexuelle sera devenue pour une immense majorité aussi choquante que l’idée de refuser les mêmes droits à des noirs, par exemple.

Répondre
skai 13 mai 2011 - 13:47

Je suis d’habitude très ouvert sur beaucoup de sujets.

Mais j’avoue que pour le bien de l’enfant, j’ai des doutes sur l’homoparentalité. C’est déjà assez compliqué de gérer un Oedipe dans un couple hétéro, alors en brouillant les cartes un peu plus, c’est décidément pas gagné.

Mais pour le coup ce n’est ici qu’un avis novice, j’ai beaucoup d’amis et famille homo, mais aucun en couple stable, donc je ne suis pas ici impartial.

Répondre
Kyrie 14 mai 2011 - 00:15

Freud, encore et toujours… Il n’y a pas plus controversée et bancale (surtout quand on essaye de la mettre au féminin, ou d’inclure l’homosexualité) que cette vieille théorie. (je n’ai jamais bien digéré la partie ou les filles sont censées être « frustrées » de ne pas avoir de pénis)
Vous sous estimez les capacités d’adaptation des enfants. Ils ne sont pas « faits » pour être élevés par un père et une mère, bien que ce soit souvent le cas et considéré comme la famille traditionnelle.

Mais ne me prenez pas au mot, renseignez vous!
Pourquoi ne pas se pencher un peu sur des données un peu plus solides et constater que les enfants élevés par des couples gays (nés dans des mariages hétéros, nés par insémination, adoptés par des couples gays,… la science à assez de recul) sont en moyenne exactement aussi heureux, aussi bien bien développés…

De plus, ce genre d’argument peut sembler étrange quand on pense que les célibataires on le droit d’adopter en France, sans que cela soulève d’opposition.

Répondre
NR 77 19 mai 2011 - 08:44

Je suis toujours surprise de la violence avec laquelle les pro-homoparentalité imposent leurs arguments comme des vérités et comme la seule vision du monde valable pour être dans le « bien ».
Il n’y a pas de vérité en la matière, juste des espoirs, des désirs, des valeurs, des histoires de vie de part et d’autres qui ne peuvent peut être pas se croiser.

Répondre
Francesca 19 mai 2011 - 14:44

mais c’est pas possible qu’en 2011 et en France il existe encore de tels propos!!!!

OUVREZ LES YEUX et arrêter avec toute discrimination qui soit!!!!
Les enfants de familles homoparentales vont très bien, alors pourquoi renvoyer des milliers de personnes à l’étranger pour donner de l’amour et fonder une famille????

Répondre
NR 77 21 mai 2011 - 11:52

Merci Francesca de confirmer mon propos.

Quelles sont vos sources pur vous affirmations ?

Vous trouverez la réponse à votre question sur ce site avec l’excellent article http://www.lesnouvellesnews.fr/eduquer-les-filles-pour-eviter-un-monde-surpeuple

Répondre
Espanet 18 février 2013 - 16:51

Que la guauche s occupe des vrais problemes de notre societe au lieu de ceder a la demande des minorités telles que mariage homo, homoparentalité, maison a shoot, droit de vote aux etrangers etc…
Les priorités des Francais restent a juste titre: l’emploi, le logement, la prise en charge des personnes âgées, la sécurité…
Demain les couples hétéro vont par facilité demander le re ours aux meres porteuses et pourquoi ne pas l autoriser!… Et bien non !!! Laisson faire la nature et gardons les lois qui ont fondées notre société sur ce modèle.
Chacun est libre de ses moeurses, mais cela ne doit pas entrainer la modification des lois ou la majorité des Francais ne se reconnaissent pas.

Répondre

Laisser un commentaire