Accueil Eco & SocialBien-être et richesses Le ‘Bonheur National Brut’ à l’agenda de l’ONU

Le ‘Bonheur National Brut’ à l’agenda de l’ONU

par Arnaud Bihel

Nouvelles brèches dans le dogme du PIB. A l’initiative du Bouthan, l’ONU consacrera prochainement une table ronde aux indicateurs de bien-être. Tandis que le Royaume-Uni peaufine ses instuments de mesure.


« Le bonheur : vers une approche globale du développement ». Dans cette résolution, adoptée le 21 juillet, l’assemblée générale des Nations Unies se félicite de la proposition du Bhoutan d’organiser au sein de l’institution, dans les prochains mois, une table ronde consacrée à la mesure du bonheur et du bien-être.

Le texte a reçu la signature d’une soixantaine de pays, dont la France. Il invite les membres des Nations unies à élaborer et à mettre en commun de nouvelles mesures du développement prenant davantage en compte le bien-être.

Les signataires reconnaissent que, « de par sa nature même, le produit intérieur brut n’est pas un indicateur conçu pour mesurer le bonheur et le bien-être de la population d’un pays et n’en donne pas une image exacte ». Ils se disent conscients de « la nécessité d’adopter une approche de la croissance économique plus large, plus équitable et plus équilibrée, qui encourage le développement durable, contribue à l’élimination de la pauvreté et favorise le bonheur et le bien-être de tous les peuples ».

Initiatives à tout-va

Le Bhoutan a adopté dès 1972 l’indice du « Bonheur national brut (BNB) ». Lequel repose sur quatres piliers : la croissance et le développement économiques ; la conservation et la promotion de la culture ; la sauvegarde de l’environnement et l’utilisation durable des ressources ; et la bonne gouvernance responsable.

Sous la houlette du petit pays asiatique, quatre conférences internationales se sont déjà tenues sur le BNB entre 2004 et 2008. Et ces derniers temps, les initiatives se sont multipliées pour chercher à dépasser ce sacro-saint PIB. En France depuis deux ans avec les initiatives issues de la commission Stiglitz. Mais aussi à l’échelle de l’OCDE (qui a lancé en mai dernier son Indice « vivre mieux»)… et déjà à celle de l’ONU : le Programme des Nation Unies pour le développement (PNUD), soulignait en novembre qu’il entend s’inscrire dans l’évolution d’une « époque où l’on explore de nouvelles manières de mesurer le bien-être ».

L’Office britannique des statistiques avait également lancé en novembre 2010 son projet de mesure du bien-être national, dont il poursuit la construction et devrait publier les premiers résultats à grande échelle dans un an. L’Office a franchi une première étape en dévoilant, ce lundi 25 juillet, la synthèse de 5 mois de consultation publique (ici en anglais). Plus de 34 000 Britanniques ont donné leur avis, mettant notamment en avant l’importance de la santé, des relations humaines, du travail et de l’environnement.

Pour aller plus loin :

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

Nicowien 2 décembre 2011 - 19:27

Le bonheur à la Bouthanaise ou la vie en rose?

http://nicowien.wordpress.com/2011/11/28/le-bonheur-a-la-bouthanaise/

Répondre

Laisser un commentaire