Accueil CultureScience Le cerveau et le genre, nouvelle polémique

Le cerveau et le genre, nouvelle polémique

par La rédaction
Par Neil Conway sur Flickr (CC BY 2.0)

Par Neil Conway sur Flickr (CC BY 2.0)

Nouvelle controverse scientifique sur les prétendues différences entre cerveau masculin et féminin. Alors que revient également le débat sur la « théorie du genre ».


 

Le cerveau a-t-il un sexe ? Le 7 décembre, LePoint.fr donnait la parole au neurobiologiste Jean-François Bouvet, qui répond à cette question par l’affirmative. Une prise de position aussitôt contestée par Odile Fillot sur le blog « Allodoxia » consacré à la vulgarisation scientifique. Pour elle, le discours de Jean-François Bouvet n’est rien d’autre que « de la désinformation grossière qui se fait passer pour de la vulgarisation, transformée en expertise scientifique par la magie des médias ».

Sur LePoint.fr, le scientifique (qui n’est neurobiologiste que de très loin, souligne Allodoxia) développe la thèse selon laquelle « ce ne sont pas systématiquement les mêmes zones qui fonctionnent pour répondre à une tâche déterminée ». Même s’il prend soin de nuancer : « il est encore très compliqué de démêler ce qui relève de l’éducation ou du déterminisme biologique », il affirme que les différences sont avérées en ce qui concerne l’orientation spatiale et le langage. Pour cela, il s’appuie principalement sur une étude scientifique « révolutionnaire » de l’université de Durham, selon laquelle « le cerveau des femmes fonctionne de façon asymétrique avant l’ovulation mais de façon symétrique après, ce qui change sa façon d’aborder les problèmes ». Problème, souligne Odile Fillot : cette étude n’est qu’une ébauche, ses auteurs eux-mêmes en conviennent.

Pour la blogueuse, cette mise en avant du discours sur la différence sexuée des cerveaux est à mettre en rapport avec le retour du débat sur la « théorie du genre », portée par des « papesses », selon Jean-François Bouvet. Deux députés UMP viennent en effet de demander la création d’une « commission d’enquête sur l’introduction et la diffusion de la théorie du gender en France ». Une initiative qui s’inscrit elle même dans le débat sur le mariage pour tous.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

J’ovule, j’peux pas tout faire

Le travail domestique rend les femmes intelligentes

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

11 commentaires

Irène Delse 10 décembre 2012 - 10:05

Dommage que les ouvrages de Cordelia Fine (Delusions of Gender) ou Lise Elliott (Pink Brain, Blue Brain) sur le développement de différences homme/ femme somme toute assez relatives au niveau du cerveau, et leur plus ou moins bonne compréhension actuelle, n’aient pas encore été traduits en France.

Répondre
Berenice 10 décembre 2012 - 11:42

C’est pathétique les obscurantistes de nos jours sont des députées UMP qui exigent que le politique vérifie que la science est acceptable… Avec des personnes pareilles on en serait encore à croire que le soleil tourne autour de la terre.

Répondre
arnaudbihel 10 décembre 2012 - 13:47

« Irène Delse »
Dommage que les ouvrages de Cordelia Fine (Delusions of Gender) ou Lise Elliott (Pink Brain, Blue Brain) sur le développement de différences homme/ femme somme toute assez relatives au niveau du cerveau, et leur plus ou moins bonne compréhension actuelle, n’aient pas encore été traduits en France.

D’ailleurs le débat continue d’agiter également le monde anglophone. Lisa Wade y revenait justement hier sur Sociological Images : http://thesocietypages.org/socimages/2012/12/09/the-truth-about-pink-and-blue-brains/?utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+SociologicalImagesSeeingIsBelieving+%28Sociological+Images%3A+Seeing+Is+Believing%29

Répondre
Lili 10 décembre 2012 - 15:46

Ca se serait bien que Mme Fillot (ou quelqu’un d’autre) fasse valoir son droit de réponse auprès du point.fr, parce que répondre à un article de LePoint.fr par un article sur un blog confidentiel, c’est pas franchement ce qui s’appelle de l’efficacité…

Répondre
hic 10 décembre 2012 - 17:33

Etait passée plus inaperçu cet exercice de Sebastien Bohler sur arretsurimages, joli soupe neurologico-sociale sur les attirances hétérosexuelles des hommes et des femmes ainsi que la vénalité de ces dernières.
http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=5378

Bohler qui a d’ailleurs fait l’objet d’une note sur le site cité d’allodoxia dans un article sur les déformations des vulgarisateurs scientifiques à propos des « différences hommes-femmes », qui sont, comme chacun le sait, incommensurables.
http://allodoxia.blog.lemonde.fr/2012/04/25/psychologie-evolutionniste-et-biologie/#ref11

Répondre
Lène 10 décembre 2012 - 19:09

…les travaux de Catherine Vidal, également neuro-biologiste, tendant à démontrer qu’il n’y a pas de différences de fonctionnement du cerveau entre hommes et femmes, c’est à dire que les différences inter-individuelles sont plus grandes que celles observées entre le groupe masculin et le groupe féminin. Il me paraît évident que l’affirmation contraire (selon laquelle le fonctionnement est radicalement différent) vise encore une fois à légitimer les différences (pour ne pas dire inégalités) acquises par l’éducation et la culture… Je crois aussi que ces stéréotypes sont profondément ancrés dans les esprits, y compris dans ceux les plus progressistes, de façon plus ou moins pernicieuse

Répondre
fpsfemme 12 décembre 2012 - 13:39

« le cerveau des femmes fonctionne de façon asymétrique avant l’ovulation mais de façon symétrique après, ce qui change sa façon d’aborder les problèmes », selon ce docte professeur.
je suppose que quand on est prépubère, enceinte ou ménopausée, le cerveau ne fonctionne pas du tout ?

Répondre
ostier 19 décembre 2012 - 21:33

Les femmes et les féministes sont tombées dans le piège de la ‘théorie du genre’ ; on ne parle plus des hommes et des femmes, encore une théorie qui évite les vraies questions, l’intellectualisme qui oublie le quotidien des femmes, de toutes les femmes. La journée contre les violences contre les femmes a ‘oublié’ l’excision et les femmes d’asie qui n’ont pas pu naître ou pas pu grandir, en inde et en Chine, il y en a des millions ; il n’y a même pas de mot pour désigner ce crime contre l’humanité, mais il y a la théorie du genre !

Répondre
09 Aziza 20 décembre 2012 - 09:35

Mais enfin, combien de fois faudra-t-il le répéter, LA THÉORIE DU GENRE N’EXISTE PAS! Il s’agit d’études féministes , philosophiques, sociologiques sur le déterminisme de genre, et les normes!
Ceci dit , rappelons nous un fait important: en 1942, des scientifiques ont été chargés d’examiner la taille du cerveau des personnes juives, pour en tirer des conséquences de différence…comme quoi, remplacer le terme « femme », par « juif », ou « noir » fait avancer le débat …

Répondre
valentini 8 février 2014 - 07:37

Boom pâte à boum achtung !
Causons ! Créons ! Cocorico !
Papa est à Strasbourg
Maman est à Toulouse
Papy travaille de nuit
Mamie le dimanche

Qui suis-je ? Le chien ?

Répondre
David Gasnier 3 juillet 2014 - 03:37

Ce qui est bizarre, c’est que toute hypothèse ou étude scientifique qui ne va pas dans le sens des féministes est systématiquement dénigré comme réactionnaire et idéologique, comme si le féminisme et le progressisme étaient idéologiquement neutres, enfin je rappel que Catherine Vidal n’a produit aucune étude sur les relations entre sexe et cerveau, elle ne fait que critiquer des études faites par d’autres.

Répondre

Laisser un commentaire