Accueil Politique & SociétéÉducation Changer le nom d’école « maternelle », et pourquoi pas ?

Changer le nom d’école « maternelle », et pourquoi pas ?

par La rédaction

Cette proposition de la députée socialiste Sandrine Mazetier soulevée en décembre dernier a trouvé ses détracteurs plus d’un mois après. Le questionnement est pourtant légitime.


Sandrine Mazetier veut rebaptiser l’école maternelle : cette information relevée le 31 janvier par LeLab d’Europe 1 a commencé à provoquer un petit débat. Dans une question écrite au ministre de l’Education nationale, la députée de Paris remet en question l’appellation « école maternelle ».

Sandrine Mazetier souligne que « cette dénomination institutionnelle, qui figure dans le code de l’éducation, laisse entendre que l’univers de la petite enfance serait l’apanage des femmes et véhicule l’idée d’une école dont la fonction serait limitée à une garderie. »

Pour la députée, « remplacer ce nom genré par un nom neutre redonnerait symboliquement aux pères la place qui leur revient dans l’éducation de leur enfant, et repositionnerait l’école dans son rôle éducatif différent de celui des parents. »

A vrai dire, cette question de la députée n’est pas toute récente : elle date du 18 décembre 2012 et s’inscrivait dans le cadre du débat sur la refondation de l’école. Si LeLab l’a popularisée, c’est semble-t-il l’UNI, le très droitier syndicat étudiant, qui l’avait exhumée la veille. Et pour l’UNI, le débat est clos d’entrée de jeu : la remise en cause du terme « école maternelle » est le signe de « l’influence inquiétante des adeptes les plus farfelus et les plus radicaux de la théorie du genre sur le gouvernement et la majorité socialiste ».

Et le syndicat de s’interroger : « Le gouvernement n’a-t-il pas d’autres priorités en matière de réforme scolaire ? » Comme si ce qui n’est pas prioritaire n’était pas légitime. On retrouve là la même levée de boucliers qu’on avait observée lors de la campagne (menée à bien) pour la fin du terme « mademoiselle » dans les formulaires administratifs.

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Théorie du genre et théorie du complot

L’égalité filles/garçons au cœur de la refondation de l’école

3 000 postes (seulement) pour scolariser les moins de 3 ans

Trop de femmes profs ? Chatel contredit l’Elysée

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

21 commentaires

rsl 1 février 2013 - 10:27

Quelles sont les idées de nom pour remplacer « Ecole Maternelle » ? Finalement, s’il y a une bonne idée ça pourrait convaincre…

Répondre
arnaudbihel 1 février 2013 - 10:40

« rsl »
Quelles sont les idées de nom pour remplacer « Ecole Maternelle » ? Finalement, s’il y a une bonne idée ça pourrait convaincre…

Sandrine Mazetier propose : « « première école », ou encore « école élémentaire » si l’école couramment appelée primaire destinée aux 6-11 ans prenait officiellement le nom « d’école primaire » ».

Répondre
Floréale 1 février 2013 - 13:05

« Ecole de la Petite Enfance », j’aurais trouvé ça bien.

Répondre
RLC 1 février 2013 - 18:43

« arnaudbihel »

« rsl »
Quelles sont les idées de nom pour remplacer « Ecole Maternelle » ? Finalement, s’il y a une bonne idée ça pourrait convaincre…

Sandrine Mazetier propose : « « première école », ou encore « école élémentaire » si l’école couramment appelée primaire destinée aux 6-11 ans prenait officiellement le nom « d’école primaire » ».

L’école destinée aux 6-11 ans s’appelle déjà officiellement l’école élémentaire. Avec l’école maternelle, elle forme l’école primaire.

Répondre
celine 1 février 2013 - 19:01

École enfantine me semble pas mal, simple à prononcer et clair au niveau du sens. De plus ça rappelle l’expression «classe enfantine» qu’on utilisé parfois pour désigner les classes uniques maternelles.
En tant qu’enseignante en maternelle je suis pour mais comme tout changement de mot ça va être difficile de changer les habitudes.

Répondre
Laurent Delage 1 février 2013 - 19:03

En pays de langue allemande, on dit « Kindergarten », jardin d’enfants.

Répondre
Lili 1 février 2013 - 19:30

« Laurent Delage »
En pays de langue allemande, on dit « Kindergarten », jardin d’enfants.

Certes mais le jardin d’enfant et l’école maternelle sont deux choses différentes dans leur réalité. Le jardin d’enfant allemand s’apparente plus à la garderie, de l’expérience qu’en ont mes amis expatriés.

Répondre
sylombard 1 février 2013 - 20:54

Autant j’ai farouchement milité pour la suppression du Mademoiselle, autant je trouve risible de vouloir changer l’appellation de l’école maternelle.
Quel père se sent ostracisé par cette appellation ou rejeté par le système scolaire ?
Quelle mère se dit « je suis plus importante dans vie de mon enfant pendant cette période scolaire » que son père à cause de cette appellation ?
Quel enfant pense que sa mère est plus importante que son père à cause de cette appellation ?
Ce qui compte, c’est que les pères, autant que les mères, aillent à cette école, accompagnent les sorties scolaires, s’intéressent aux travaux des enfants ramenés à la maison, aillent aux portes ouvertes, aux réunions avec les enseignants. L’appellation de l’école, franchement, on s’en fiche.

Quel est le problème ?

Certaines choses prioritaires peuvent être légitimes, mais les choses inutiles sont… inutiles.

Répondre
sylombard 1 février 2013 - 20:55

pardon, je suis allée trop vite dans mon post précédent :
certaines choses NON prioritaires peuvent être légitimes.

Répondre
Laurent Delage 1 février 2013 - 21:09

« Lili »

« Laurent Delage »
En pays de langue allemande, on dit « Kindergarten », jardin d’enfants.

Certes mais le jardin d’enfant et l’école maternelle sont deux choses différentes dans leur réalité. Le jardin d’enfant allemand s’apparente plus à la garderie, de l’expérience qu’en ont mes amis expatriés.

« Lili »
[quote name= »Laurent Delage »]En pays de langue allemande, on dit « Kindergarten », jardin d’enfants.

Il me faut donc préciser: Le Kindergarten, c’est l’école pour tous les enfants de 4 à 6 ans, entre la crèche et le cours préparatoire donc. Il y a un encadrement et un projet pédagogique qui permet à l’enfant de se socialiser et d’apprendre tout ce qu’un enfant de cet âge peut apprendre (dessiner, bricoler, fabriquer, chanter, compter, écrire, etc.). La différence essentielle avec le système français, c’est que les activités pédagogiques se déroulent de 9h à 13h du lundi au vendredi. L’après-midi est optionnel et ressemble plus à une garderie où chaque enfant vaque à ses occupations, mais encadré et soutenu par les maîtres/maîtresses.

Répondre
loulie 2 février 2013 - 17:44

C’est vrai que cette école n’a rien de « maternelle » puisque ce n’est pas les mères qui s’occupent de enfants. En ce qui me concerne ce nom m’a toujours donné l’impression que je me faisais voler mon côté maternel : ce n’est pas aux instits et aux atsem d’être maternels avec mes enfants. Je trouverais donc logique de désigner cette école avec un terme qui corresponde plus à la réalité des choses : première école, école initiale…

Répondre
Papa antoine 2 février 2013 - 20:55

Vraiment ridicule, il n’y a pas d’autre mots. Je ne sais pas s’il faut en rire ou en pleurer, que nous ayons des députés qui soient payés pour sortir des inepties pareilles… Je suis père de 2 enfants en bas âge et c’est la première fois, à la lecture de cet article, que je fais le lien entre école maternelle et « lien maternel »… Je m’occupe beaucoup de mes 2 enfants, mon fils est en grande section de maternelle j’ai même travaillé à temps partiel pendant 3 ans, et jamais, mais jamais, je n’ai pensé que « l’univers de la petite enfance serait l’apanage des femmes » à l’évocation de l’école maternelle! L’école maternelle est devenu un terme générique qui porte déjà aujourd’hui le sens d’école enfantine ou école de la petite enfance. Il faut vraiment avoir l’esprit tordu pour y voir un signe de sexisme ou je ne sais quoi. Je pense qu’il y a suffisamment d’autres combats légitimes pour ne pas perdre de temps sur une telle absurdité…

Répondre
Papa antoine 2 février 2013 - 21:21

Pour me répondre à moi-même, un véritable accès des hommes au travail à temps partiel pour pouvoir s’occuper de leurs enfants (tout le monde n’a pas la même chance que moi) serait un vrai combat légitime et qui vaille la peine de bousculer les lignes actuelles. Un homme doit être par définition carriériste et un homme prêt à mettre sa carrière entre parenthèses est presque toujours mal vu dans son entreprise (et subtilement sanctionné par un blocage des évolutions de carrière/ augmentations…) et ça c’est autrement plus grave que le nom des écoles maternelles. Avis à Mme Mazetier, je vous propose de mettre votre énergie au service d’un combat autrement plus ambitieux que celui de faire changer le nom des écoles maternelles.

Répondre
meg 3 février 2013 - 12:26

« Papa antoine »
Pour me répondre à moi-même, un véritable accès des hommes au travail à temps partiel pour pouvoir s’occuper de leurs enfants (tout le monde n’a pas la même chance que moi) serait un vrai combat légitime et qui vaille la peine de bousculer les lignes actuelles.

si vous lisiez d’autres articles sur les nouvelles news, vous verriez que les féministes ici s’occupent aussi de favoriser l’implication des pères dans le soin à leur progéniture.
Pour le mot « maternelle » dans « école maternelle », si c’est sans importance comme vous le dites, laissez faire ce changement qu’on y passe pas 110ans. J’ai toujours trouvé contradictoire de perdre son temps a lutter contre des choses qu’on déclare « ridicules ». Puisqu’il y a tant de luttes plus sérieuses et importantes, que faites vous ici à perdre votre temps et votre énergie sur un sujet aussi futile ?

Répondre
Jnet 4 février 2013 - 10:59

Sauf erreur de ma part, la « maternelle » s’appelle l’école « pré-élémentaire » et forme, avec l’école « élémentaire », la scolarité « primaire ». J’utilise indifféremment « maternelle » et « pré-élem' » parce que le terme « maternelle » m’agace: il n’est pas question de maternité à l’école, en fait, c’est seulement la survivance de cette vieille idée que ce sont forcément les femmes qui doivent s’occuper des petits zenfants (même si l’on n’y pense plus aujourd’hui, Papa Antoine, c’est bien de ce cliché que vient « école maternelle »).
Et si l’on trouve que « pré-élémentaire » est trop administratif, on peut effectivement trouver plus joli: j’aime bien « petite école »… Comme pour Mademoiselle, on ne changera pas l’usage par décret, en deux semaines, mais on peut tout de même supprimer ce « maternelle » fâcheux des textes officiels, ça ne coûte pas cher !

Répondre
Sophia 4 février 2013 - 12:20

« Jnet »
mais on peut tout de même supprimer ce « maternelle » fâcheux des textes officiels, ça ne coûte pas cher !

Bah si justement ca coute cher!
Voir très cher! je bosse en informatique, et j’ai eu l’occasion de participer à la suppression de « mademoiselle » pour UNE SEULE application officielle de notre gouvernement (Sachant qu’il faut compter en dizaine, voir en centaine le nombre de projets administratifs). Et globalemnet pour cette seule suppression, ca coute plusieurs milliers d’euros….
Alors certes, en argent inutile, on est pas encore aux 12 millions d’Hadopi, mais n’oubliez pas que ce genre de modifications « insignifiantes » se retrouveront sur vos feuilles d’impots à la fin…

Répondre
Depallens 4 février 2013 - 17:33

« loulie »
C’est vrai que cette école n’a rien de « maternelle » puisque ce n’est pas les mères qui s’occupent de enfants. En ce qui me concerne ce nom m’a toujours donné l’impression que je me faisais voler mon côté maternel : ce n’est pas aux instits et aux atsem d’être maternels avec mes enfants. Je trouverais donc logique de désigner cette école avec un terme qui corresponde plus à la réalité des choses : première école, école initiale…

Pourquoi pas « école enfantine » comme en Suisse?

Répondre
Jnet 5 février 2013 - 10:18

« Sophia »

« Jnet »
mais on peut tout de même supprimer ce « maternelle » fâcheux des textes officiels, ça ne coûte pas cher !

Bah si justement ca coute cher!
Voir très cher! je bosse en informatique, et j’ai eu l’occasion de participer à la suppression de « mademoiselle » pour UNE SEULE application officielle de notre gouvernement (Sachant qu’il faut compter en dizaine, voir en centaine le nombre de projets administratifs). Et globalemnet pour cette seule suppression, ca coute plusieurs milliers d’euros….
Alors certes, en argent inutile, on est pas encore aux 12 millions d’Hadopi, mais n’oubliez pas que ce genre de modifications « insignifiantes » se retrouveront sur vos feuilles d’impots à la fin…

Vous m’apprenez quelque chose… Savez-vous où trouver des infos sur ce type de sujets ?
(A titre personnel, je pense que ces modifications sémantiques sont très loin d’être anondines dans leur portée symbolique, donc je suis toute prête à subir la répercution en impôts)

Edit: @Sophia j’ai l’esprit d’escalier. Pourriez-vous m’expliquer en quoi consistent ces coûts ? Quelles applications ? Qui servent à faire quoi ? Et de quelle façon la modif engendre-t-elle un coût ?

Répondre
Minipousse 6 février 2013 - 14:01

Tout dépend de comment les applications sont codées. Mettons que l’application crée les formulaire. Il va falloir les modifier, les tester, les mettre en production. Ensuite, les nouveaux formulaires n’auront plus de case « mademoiselle ». Quand les gens vont les remplir et les renvoyer, il va falloir modifier les programmes de lecture de fichier, qui devront pouvoir prendre en compte à la fois ceux avec « mademoiselle » et ceux sans. Si c’est un simple enregistrement en base de données, ça ira, ca sera un peu cher en tests, mais ca s’arrêtera là.
Mais si par contre, il y a des regles métiers qui vont dépendre de ce « mademoiselle », typiquement de règles de changement de nom, des liens obligatoire avec une date de mariage ou la production d’un certificat, là il va y avoir des règles de navigation dans l’application à revoir, des risques de regressions, et surtout un balayage intégrale de l’application, pour peu qu’elle soit un peu vieille, pour voir tous les endroits où il faudra faire des adaptations. Ca peut effectivement couter très cher…

Répondre
Jnet 6 février 2013 - 16:51

« Minipousse »
Tout dépend de comment les applications sont codées. Mettons que l’application crée les formulaire. Il va falloir les modifier, les tester, les mettre en production. Ensuite, les nouveaux formulaires n’auront plus de case « mademoiselle ». Quand les gens vont les remplir et les renvoyer, il va falloir modifier les programmes de lecture de fichier, qui devront pouvoir prendre en compte à la fois ceux avec « mademoiselle » et ceux sans. Si c’est un simple enregistrement en base de données, ça ira, ca sera un peu cher en tests, mais ca s’arrêtera là.
Mais si par contre, il y a des regles métiers qui vont dépendre de ce « mademoiselle », typiquement de règles de changement de nom, des liens obligatoire avec une date de mariage ou la production d’un certificat, là il va y avoir des règles de navigation dans l’application à revoir, des risques de regressions, et surtout un balayage intégrale de l’application, pour peu qu’elle soit un peu vieille, pour voir tous les endroits où il faudra faire des adaptations. Ca peut effectivement couter très cher…

Très intéressant. Je ne peux pas m’empêcher de penser que l’on se simplifierait bien la vie, à long terme, si l’on abandonnait complètement ces histoires de changement de nom: des cases madame/monsieur, nom de famille, nom d’usage et le problème est réglé pour la nuit des temps…

Répondre
VDN 7 février 2013 - 10:43

Enculer les mouches, c’est sexiste?

Répondre

Laisser un commentaire