Accueil DiversNominations Claire Hédon bientôt Défenseuse des Droits

Claire Hédon bientôt Défenseuse des Droits

par Camille Saint-Cricq

Journaliste, présidente d’ATD-Quart Monde, Claire Hédon devrait succéder à Jacques Toubon à la tête de l’autorité indépendante appelée « Défenseur des Droits »

L’autorité indépendante qui a pris la suite de la Halde (Haute autorité de lutte contre les discrimination et l’exclusion) était, depuis sa création il y a six ans, dirigée par Jacques Toubon qui arrivera au terme de son mandat fin juillet. Claire Hédon a été choisie par l’Elysée pour lui succéder à la tête du « Défenseur des Droits ». Sa candidature doit encore être entérinée par la « commission concernée » de l’Assemblée nationale et du Sénat, et elle devrait prendre ses fonctions fin juillet. Le rôle de l’autorité indépendante qu’elle dirigera est de  veiller « au respect des droits et libertés »

Journaliste engagée, Claire Hédon a rejoint le mouvement ADT-Quart Monde dès le début de sa carrière, lorsqu’elle réalisait des reportages pour Radio France International (RFI). Si elle s’est posé des questions sur la compatibilité de son métier de journaliste avec son engagement associatif, elle y a rapidement répondu : c’est un engagement pour la justice sociale qui l’anime. Elle l’expliquait dans Les Nouvelles News lorsqu’elle est devenue présidente de l’ONG qui lutte contre l’extrême pauvreté en 2015.

Lire : CLAIRE HÉDON, PRÉSIDENTE D’ATD QUART MONDE POUR CONVAINCRE

Ces deux engagements sont d’ailleurs intimement liés. L’extrême pauvreté est avant tout un problème d’accès à l’information et aux droits pour les plus pauvres et, pour les responsables politiques, un problème de bonne compréhension du phénomène de pauvreté et des discriminations.

Dans une interview au quotidien La Croix il y a un an elle expliquait : « La question de la dignité est étroitement liée à celle de l’accès aux droits. La pauvreté n’est pas simplement un manque de revenus, mais aussi la difficulté à faire valoir ses droits, dans l’accès au travail, au logement, à l’éducation, aux soins, à la culture. De l’égale dignité découle celle de la participation des personnes. On l’a vu avec les gilets jaunes : une partie du problème tient au sentiment de n’être pas écouté par les pouvoirs publics. C’est la même chose pour les plus pauvres. On prend des décisions qui les concernent sans jamais leur demander leur avis, se privant de leur expérience et de leur intelligence. »

Claire Hédon siège également, depuis 2017, au Comité consultatif national d’éthique dans les rangs des membres issus de la société civile. Avant l’élection présidentielle de 2017, elle avait lancé « l’appel des solidarités » avec Nicolas Hulot pour lutter contre les exclusions.

Elle  devra donc succéder à Jacques Toubon, ancien ministre de Jacques Chirac, plutôt à droite, qui n’a pas hésité à s’opposer au gouvernement. Sa nomination avait laissé sceptiques notamment les défenseurs des droits des homosexuels par exemple. Et il s’est révélé fervent défenseur de leur cause. Sur bien des sujets, il a épinglé le gouvernement.  Il a par exemple demandé l’interdiction des lanceurs de balle de défense (LBD) et prôné une « déontologie de la sécurité ».  Il y a quelques jours il fustigeait « l’insuffisance des politiques publiques » » sur les questions de discriminations à l’emploi, au logement, à l’éducation et aux contrôles policiers et réclamait la création d’un « observatoire des discriminations ». Il a également évoqué le caractère « systémique » des discriminations basées notamment sur la couleur de peau ou l’origine supposée des personnes.

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire