Accueil Sans catégorie Cochons de canards : L’Obs dans le lit de DSK

Cochons de canards : L’Obs dans le lit de DSK

par Isabelle Germain

DSKObsLa presse va mal. Dans la course aux couvertures trash, Le Nouvel Observateur emporte la palme en publiant les bonnes feuilles d’un livre dans lequel Dominique Strauss-Kahn est qualifié de « mi-homme, mi-cochon »


 

Cochon qui s’en dédit ! Lorsque l’affaire Strauss-Kahn a éclaté au mois de mai 2011, Le Nouvel Observateur était comme la plupart des journaux français (sauf Les Nouvelles NEWS)… indigné. Indigné que la justice américaine traite DSK comme un vulgaire malfrat. Indigné que la plèbe ne veuille pas croire qu’il n’était qu’un aimable libertin. Jusqu’à ce jour de mai 2011, les journalistes français étaient priés par leur hiérarchie de taire les turpitudes du patron du FMI (le journaliste Jean Quatremer, qui travaillait sous les ordres de Laurent Joffrin, actuel patron du Nouvel Observateur, l’avait dénoncé). Le journalisme s’arrêtait aux portes des chambres d’hôtel, affirmaient ces indignés. L’omerta sur les violences sexistes était de mise…

Deux ans plus tard, alors que l’homme est à terre, le même hebdomadaire publie les « bonnes feuilles » d’un livre de la sulfureuse Marcela Iacub (auteure, en janvier 2012, de Une société de violeurs, ouvrage dans lequel elle prend position pour DSK et contre les féministes). Dans Belle et Bête, à paraître le 27 février chez Stock, l’auteure échafaude la théorie du « cochon ». Après avoir entretenu pendant sept mois, en 2012, une liaison avec l’ancien directeur du FMI, « elle en a tiré un livre vertigineux », nous dit l’hebdomadaire. Vertigineux… Les « bonnes feuilles » n’apprennent pas grand chose de nouveau, pas même de détails croustillants. L’auteure qui a défendu DSK dès mai 2011 dans Libération emballe son euphémisation du viol dans une généralité : on est tous un peu cochon. Au passage, elle égratigne Anne Sinclair qui aurait fait de DSK son « caniche ». Bref, de la réflexion de haut vol digne d’un magazine d’information sérieux. Une thèse qui, encore une fois minimise le viol, les violeurs seraient de gentils petits cochons.

Le « mi-homme, mi-cochon » n’apprécie pourtant pas. Réponse de DSK dans une lettre ouverte publiée par Le Point : il éprouve un double dégoût, pour l’auteure du livre et plus encore « à l’égard du Nouvel Observateur qui, inquiet de perdre des lecteurs, et on comprend pourquoi, imagine son salut en s’avilissant dans une publication commerciale et crapoteuse qu’on croyait réservée à la presse de caniveau. »

Cette couverture est la énième d’une longue série qui voit les magazines d’information lorgner à travers les serrures des chambres à coucher…

Ajouts :

Libération a consacré sa Une du 22 février au même livre

« Non, non, non, et non » Christine Angot, dans Le Monde dit non à ceux qui font le rapprochement entre le livre de Iacub et son oeuvre. »La littérature ce n’est pas ça. » ça ? « se précipiter vers une soi-disant corne de taureau, avec une idée en tête… » Angot, elle a raconté comment son père l’a violée. « La littérature montre comment le réel tient. » Au passage « Je note que tous ces papiers ont été écrits par des hommes, Aeschimann, Bourmeau, Garcin, Lefort, Lançon. Pourquoi ça leur plaît ? C’est simple. Marcela Iacub défend l’idée qu’un cochon sublime ça existe, et que ça plaît aux femmes. Dans Une semaine de vacances on voit le contraire. Ça ne plaît pas à la jeune fille. »

Clémentine Autain qui a fait une opération contre le viol dans Le Nouvel Observateur (« Je déclare avoir été violée » : le manifeste dans L’Obs) n’apprécie pas (voir ici).

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Les éditeurs attisent le marché de la rivalité féminine

Ces unes qui détestent les femmes

Le poison de la misogynie

Anne Sinclair, retour de la femina dolorosa

Sur DSK :

Sexe et pouvoir : l’exception médiatique française

Le vent tourne pour DSK, le mépris des femmes reste

L’affaire DSK et l’omerta sur les violences sexuelles

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

5 commentaires

5 commentaires

Lirelle 21 février 2013 - 15:51

mi-cochon seulement ? Iacub vient de se tirer une balle dans le pied avec ce bouquin… c’est pas les féministes qui la regretteront ^^

Répondre
michlentse 22 février 2013 - 14:14

M. Iacub a entretenu une liaison avec DSK APRES « l’affaire du Sofitel » ? Y a un jeu de mots avec « bête », qui ne se réfère ici pas au règne animal, non ? (cela dit, c’était peut-être un sacrifice pour les besoins de « la cause » : celle du fric et de la couverture médiatique !? dans ce cas, c’est ledit DSK qui est bien bête…)

Répondre
Soso 23 février 2013 - 20:42

Tout ça laisse sans voix. On ne sait plus quoi en dire … Mélange de misogynie crasse et de mercantilisme

Répondre
Ann 25 février 2013 - 21:18

Cette récupération du « cochon » pourrait bien n’être qu’une histoire de fric .Et prétendre avoir voulu mourir d’aimer est une grosse ficelle pour se dédouaner .
Détruire quelqu’un comme elle le fait relève en effet plutôt d’un reportage- infiltration . Pas d’une histoire d’amour/aventure de 7 mois.
Son vocabulaire pour parler des autres femmes est vulgaire et condescendant sur fond de « putes » ou l’équivalent.
Quant à son explication de la situation du Sofitel NYC relève de l’intime conviction présentée comme une réalité.
Et son avis sur le couple Sinclair-DSK est d’un mépris total pour les deux.
Espérons que les femmes détesteront son approche de sa situation proposée et que les hommes ne l’aimeront pas non plus, par projection.

Répondre
Ann 26 février 2013 - 22:17

L’affaire portée en justice par DSK nous livre un message envoyé par MI
à DSK , s’excusant d’avoir du prétendre qu’elle était amoureuse de lui et prétendant, cette fois, que le ton du livre est de la faute …. des autres.
Bien empêtrée MI.

Répondre

Répondre à michlentse Annuler la réponse