Accueil Economie Daniel Lebègue : féminiser la gouvernance d’entreprise

Daniel Lebègue : féminiser la gouvernance d’entreprise

par Isabelle Germain

Mieux diriger les entreprises. A l’occasion de la parution du Livre vert de la Commission européenne sur la gouvernance d’entreprise, le président de l’Institut français des administrateurs (l’IFA) insiste sur la nécessaire évolution des pratiques pour professionnaliser et diversifier les profils des administrateurs. Interview.


daniel lebegue

Quelle est la finalité du Livre vert sur la gouvernance d’entreprise que la Commission européenne vient de rendre public ?

Ce livre vert est l’aboutissement d’une consultation lancée en avril dernier par Michel Barnier, en charge à la Commission européenne des services financiers, des droits des sociétés et de la gouvernance d’entreprise. Il liste un certain nombre de questions portant sur les enjeux et les thèmes d’actualité liés  la gouvernance d’entreprise, fruits des consultations menées auprès des acteurs engagés sur cette problématique : dirigeants d’entreprise, actionnaires, administrateurs, organisations syndicales, associations, think tanks… Plusieurs centaines de contributions qui constituent le socle d’une réflexion, laquelle aboutira en septembre à la décision de la Commission soit de proposer un projet de directive – une loi européenne –, soit de formuler des recommandations sur les thèmes suivants : compétences des administrateurs, composition du conseil et notamment diversité des profils des administrateurs (professionnelle, internationale, hommes/femmes), protection des actionnaires minoritaires, droits donnés aux actionnaires sur la rémunération des dirigeants, participation des salariés au capital des entreprises, ou encore mise en place et le suivi des pratiques de bonne gouvernance…

Comment l’IFA s’inscrit dans cette démarche ?

Lire aussi

> Féminisation fulgurante des CA… Mais la parité est toujours très loin

> Laurence Parisot en campagne contre le sexisme

> Egalité professionnelle: encore un délai pour les décrets

> Une proposition de loi pour la parité en économie

> En route vers la parité dans les entreprises

L’IFA a été créé en 2003 et a publié pas moins de 27 rapports ou guides pratiques sur la gouvernance d’entreprise. En 2005, nous avons créé une Confédération européenne des associations d’administrateurs (Ecoda), avec des structures équivalentes chez nos voisins. Nous avons décidé, et c’est une première, d’élaborer une réponse commune à ces questions et de l’adresser à la Commission. Nous souscrivons à la quasi-totalité des évolutions proposées dans le livre vert, mais nous pensons qu’il est préférable de privilégier l’autorégulation, en incitant les entreprises à mettre en place des bonnes pratiques par la pédagogie, la formation et la professionnalisation, plutôt que d’opter pour des dispositions légales contraignantes.

Comment, selon vous, peut-on aller dans le sens d’une meilleure gouvernance au sein des conseils d’administration ?

Etre administrateur, ce n’est pas une fonction que l’on exerce en dilettante. On doit s’y former, s’y investir, accepter d’être évalué sur ses pratiques et son travail. C’est pourquoi l’IFA a toujours défendu l’idée d’une professionnalisation de cette fonction.

De ce point de vue, les pays scandinaves sont bien plus en avance que nous. Pour se préparer à être administrateur, il est nécessaire d’acquérir certaines connaissances ou de les mettre à jour. Ces connaissances de base portent sur le contrôle de l’information financière et boursière, la gestion des risques, les normes comptables internationales. Des compétences très précises qui touchent à la stratégie de l’entreprise et à l’évaluation des cadres dirigeants, et qu’il est nécessaire de remettre à jour constamment. Ensuite, lorsqu’on devient administrateur, on se doit d’apprendre les métiers de l’entreprise, ses marchés, ses clients, ses technologies. Enfin, un administrateur doit également développer des compétences comportementales, apprendre à travailler avec les autres membres de conseil, le management de l’entreprise. Certains manifestent parfois un ego surdimensionné et sont incapables d’écouter les autres.

Pour promouvoir cette professionnalisation, vous avez lancé plusieurs initiatives, en particulier en faveur des femmes…

Pour la première fois en 2010, nous avons lancé en partenariat avec nos homologues canadiens et Sciences Po, la nouvelle formation / certification « Administrateur de sociétés certifié » (ASC) qui consacre l’excellence en matière de gouvernance d’entreprise.

Pour suivre cette formation continue de douze jours étalés sur six mois, les candidats sont d’abord choisis sur dossier puis passent une épreuve orale et écrite, portant sur leurs acquisitions. La première promotion de certifiés a terminé son cursus au début de l’été. Sur 25 personnes, 15 ont obtenu la certification, dont les deux tiers étaient déjà administrateurs. Nous recevons beaucoup de candidatures féminines. Nous sommes particulièrement attentifs à promouvoir la présence des femmes au sein des conseils et les promotions comptent autant de femmes que d’hommes. Dès 2005, l’IFA avait recommandé que les sociétés cotées se donnent des objectifs pour féminiser les conseils d’administration qui ne comptaient que 7,5% de femmes. Or, en 2009, ce chiffre n’avait quasiment pas évolué : entre 8 et 8,5%. Quand la députée Marie-Jo Zimmermann a lancé l’idée d’une loi pour imposer des quotas de femmes au sein des CA, nous avons soutenu cette initiative. La loi impose aux entreprises de plus de 500 salariés de compter 40% de femmes à l’horizon 2017, ce qui représente 8 000 postes d’administratrices pour 1 800 sociétés. Nous sommes convaincus que cette féminisation ne pourra qu’améliorer la qualité de la gouvernance d’entreprise. En Norvège, où la parité est totale, les patrons reconnaissent eux-mêmes qu’ils travaillent beaucoup mieux en 2011 qu’en 2005.

Pour atteindre cet objectif, il est nécessaire de mettre en place des mesures d’accompagnement. La formation/certification en est une. Nous avons également mené une première opération de mentoring pour laquelle des administrateurs expérimentés de l’IFA accompagnent de futures administratrices pendant six mois. Sur les 3 000 membres de l’IFA, 20% sont des femmes, soit un vivier de 600 futures ou actuelles administratrices qui aspirent à une meilleure visibilité. Nous avons également mis en place une bourse aux mandats : les entreprises nous font part de leurs offres pour pourvoir des mandats et nous les adressons à tous les adhérents. Sur chaque offre, nous proposons entre 20 et 30 candidatures féminines de qualité. Nous travaillons également avec différents réseaux et clubs de femmes diplômées de grandes écoles et nouons des partenariats pour favoriser la formation et le mentoring. Nous avons ainsi lancé un partenariat avec l’ordre des experts comptables dont la toute nouvelle présidente, Sophie Picard, a créé un club de femmes regroupant 300 professionnelles de l’audit auxquelles nous proposons formations, mentoring, accès à la bourse aux mandats.

Propos recueilis par Pascale Colisson

En savoir plus :

http://www.ifa-asso.com/ (site de l’IFA)

http://www.ecoda.org/about_fr.html(site d’Ecoda)

http://www.ecoda.org/ecoDa%27sresponsetoEUgreenpaperonCGforlistedcompanies.pdf (réponse publique d’Ecoda après la publication du Livre vert de la CE)

http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=COM:2011:0164:FIN:FR:PDF (Livre vert de la CE)

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

4 commentaires

marie-noelle dufreno 27 juillet 2011 - 06:34

Il est temps que l’on mette en avant le rôle prépondérant de la femme en matière de gestion, rôle qu’elle exerce depuis la nuit des temps au sein de la communauté humaine.

Répondre
Entreprendre 27 juillet 2011 - 09:23

Pour toutes celles qui souhaitent créer et diriger leur entreprise, le blog http://entreprendre.ardeche.fr/ vous aide et vous accompagne dans la création de votre entreprise. Bonne démarche.

Répondre
Oups.. 31 juillet 2011 - 20:29

juste une petite rectification, la présidente de l’ordre des experts comptable s’appelle Agnès Bricard et non pas Sophie Picard..

Répondre
fredeclavel 2 janvier 2012 - 20:27

Pour toutes celles qui souhaitent entreprendre renseignez vous chez les pionnières de votre région. http://www.federationpionnieres.org
entreprendre c’est prendre en main son destin

Répondre

Laisser un commentaire