Accueil International A Davos, pas de tremplin pour la parité

A Davos, pas de tremplin pour la parité

par La rédaction

Le Forum économique mondial de Davos ouvre ses portes ce mercredi 26 janvier. Parmi les 2 500 décideurs qui se retrouvent dans la station de ski suisse, 20% de femmes. Cette proportion a doublé en vingt ans, et le Forum assure oeuvrer pour la parité, mais les avancées restent modestes. Pas de quoi, justement, dépasser ce plafond de 20%. Un tiers des « partenaires stratégiques » du Forum n’envoient que des hommes à Davos.

Représentants des élites économiques, politiques, médiatiques… 2 500 grands de ce monde se côtoient dans la petite station suisse de Davos, en cette fin de semaine, pour la 41ème session annuelle du World Economic Forum (WEF). Parmi eux, environ 500 femmes. Une sur cinq. Une écrasante représentation masculine, loin d’être étonnante puisque Davos se veut le miroirs des grands décideurs de ce monde, lesquels sont, en grande majorité, des hommes. Certes, la proportion de femmes progresse : il y a 20 ans, elles n’étaient que 10% au Forum de Davos. Mais cela signifie-t-il qu’il faudra encore 20 ans pour atteindre ne serait-ce que 30% ? Une proportion considérée par plusieurs études comme le seuil de « masse critique » pour que les femmes parviennent à faire entendre une parole différente au sein des instances de décision.

Le WEF se fait fort d’oeuvrer pour accroître la représentation féminine. Un de ses programmes, co-fondé il y a 10 ans par la fille du créateur du WEF, est consacré aux leaders féminins et à la parité. C’est lui qui édite chaque année le Global Gender Gap report. En octobre 2010, ce classement mondial de la parité faisait état d’une glissade de la France à la 46ème place. Un classement récemment repris en France, dans les hémicycles de l’Assemblée et du Sénat pour justifier l’adoption de quotas de genre dans les conseils d’administration des grandes entreprises.

Quotas a minima

Pour autant, si les discours récemment entendus à Davos admettent eux aussi la nécessité de quotas pour faire progresser la parité, le WEF est encore loin de s’appliquer cette règle. Il a communiqué, cette année, sur la mesure incitative mise en place envers ses 100 « partenaires stratégiques » – ses plus gros donateurs. Ceux-ci ont droit à 5 « badges blancs » (l’accréditation de luxe) au lieu de 4, si au moins une femme fait partie de cette délégation. Une mesure a minima. Car non seulement elle n’incite pas à aller au-delà d’une proportion de 30%, mais elle n’empêche pas les compagnies de n’envoyer que 4 hommes.

C’est ce que feront un tiers d’entre elles cette année, selon le site efinancialnews. De fait, plusieurs de ces « partenaires stratégiques » ne comptent qu’une seule femme, voir aucune (à l’image de Swiss International Air Lines) dans leurs instances de direction, rappelle Sasha Galbraith dans une tribune publiée par le Washington Post. Pour cette spécialiste du management au féminin, « c’est là que le WEF pourrait avoir un impact : en refusant les compagnies exclusivement masculines ».

Il est vrai que l’organigramme du WEF lui-même reste très masculin. Comme son fondateur et directeur Klaus Schwab, ses 7 « managing directors » sont des hommes. A l’échelon inférieur, on ne compte que 3 femmes sur 13 « senior directors ».

La génération qui vient fera-t-elle mieux ? Chaque année, le WEF distingue ses « global young leaders », environ 200 jeunes personnalités, dans les domaines économique, politique, culturel, médiatique ou de la société civile (une liste hétéroclite, où la ministre indienne Agatha Sangma côtoie le champion de tennis suisse Roger Federer). La promotion 2010 a été la plus proche de la parité jusque là, avec 38% de jeunes femmes mises à l’honneur. Au dessus du seuil critique, mais encore loin de l’égalité.

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

2 commentaires

de profundis 27 janvier 2011 - 07:24

bon, ça ne s’améliore pas vite mais au moins ils commencent à se poser des questions… C’est un début.

Répondre
loptimiste 28 janvier 2011 - 19:49

Allez soyons optimiste, si on double à nouveau dans 20 ans 40% de femmes à Davos et peut être, si vraiment ca s’accélère, la parité dans 30…. C’est bon je verrai cela avant de mourrir. Et si on respectait ces proportions pour les hommes au Women’s Forum ??

Répondre

Laisser un commentaire