Accueil Politique & SociétéÉducation Dégenrer les jouets ne dérange plus trop

Dégenrer les jouets ne dérange plus trop

par La rédaction

Légo annonce qu’il met fin aux jouets étiquetés pour « filles » ou pour « garçons »… Sans susciter de réactions excessivement outrées. Un progrès enfin ?

Suite à une enquête mondiale, menée pour Légo, par l’Institut Geena Davis sur le genre dans les médias, le fabricant de jouets a décidé de mettre fin aux produits étiquetés pour « filles » ou pour « garçons » nous apprenait The Guardian. Désormais, les jouets seront à choisir en fonction des goûts de l’enfant et non de son sexe. Les produits seront présentés par thèmes désignés «éléments de passion.»

L’étude menée auprès de 7 000 parents et enfants âgés de 6 à 14 ans dans sept pays, montre que les enfants, et, plus encore, leurs parents font des choix orientés selon le sexe traditionnellement associé à certains jouets.  L’étude montre aussi que les filles sont plus disposées à transcender les « normes de genre » que les garçons. Les activités considérées comme féminines étant moins valorisées et plus ennuyeuses que les activités considérées comme masculines.  82 % des filles se voient bien jouer au football et voient bien les garçons faire du ballet, mais seulement 71 % des garçons voient les choses ainsi. Ils ont peur des moqueries. L’étude confirme aussi que les parents encouragent davantage les garçons à faire du sport ou des activités scientifiques et poussent les filles vers la danse ou la cuisine.

Pas de polémique !

Curieusement, alors que le mot « genre » fait habituellement pousser des cris d’orfraie dans les médias conservateurs, cette fois-ci, la nouvelle est presque accueillie avec indifférence. Est-ce un signe encourageant pour la déconstruction des stéréotypes ? Il est un peu tôt pour s’en réjouir. Une polémique sur le sujet ne rentrait manifestement pas dans l’agenda politique du moment… Mais rien de dit qu’il n’y en aura pas.

En 2012, quand Super U proposait un catalogue de Noël montrant des petites filles avec des voitures et des garçons à la dînette pour participer à l’effort de déconstruction des stéréotypes sexués (Lire : Super U, père Noël contre les stéréotypes), ça passait comme une lettre au père Noël. Mais un an après, le catalogue 2013 de la même enseigne avait suscité des appels au boycott, peu nombreux mais bien relayés dans les médias. Entre-temps, le gouvernement de l’époque avait envisagé, dans un projet de loi, que l’école élémentaire « assure les conditions d’une éducation à l’égalité de genre » déclenchant une sorte d’hystérie dans le débat public. (Lire : Le catalogue U excite les dérangés du genre)

Cette fois-ci, même « les grandes-gueules » sur RMC/BFM d’ordinaire plutôt conservateurs n’ont rien vu de mal à l’initiative de Légo et ont même fait remarquer que c’était finalement un retour à un temps où Légo faisait des jouets unisexes. La presse de droite a simplement repris l’article du Guardian sans  se fâcher. Même Eugénie Bastié, pourfendeuse en cheffe du féminisme quand il s’attaque à la construction sociale de genre, n’a pas tiqué. Elle était très occupée à critiquer un nouveau rapport parlementaire sur ce sujet. (voir ses tweets ici)

Les Français.es sont-ils enfin réconciliés avec la mixité des jouets ?… à suivre.

Lire aussi dans Les Nouvelles News

NOUVELLE CHARTE CONTRE LES JOUETS SEXISTES

DES JOUETS NON SEXISTES POUR AUGMENTER LE NOMBRE D’INGÉNIEUR.E.S

AU ROYAUME-UNI, DES RAYONS JOUETS DE MOINS EN MOINS SEXUÉS

EN 2011 L’UMP VOULAIT PARLER DE GENRE À LA MATERNELLE

DANS LES CATALOGUES DE NOËL, LES GARÇONS PEUVENT MAINTENANT FAIRE LE MÉNAGE (MAIS IL FAUT BIEN CHERCHER)

MANUELS SCOLAIRES : PAPA, MAMAN ET LEURS PETITS STÉRÉOTYPES

« TOUS À POIL », TOUS PARANOS

 

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

1 commenter

delphine dispa 18 octobre 2021 - 08:27

La raison pour laquelle Lego change ? « parce que c’était au détriment des garçons ».
La désexualisation des Lego est très bien. Je déplore juste que ça soit plus par considération pour les petits garçons qu’il y a ait une action.

Répondre

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com