Des femmes prêtres ? Jamais !

par La rédaction

BarbarinPour le cardinal Barbarin, les éventuelles évolutions de l’Église catholique ont une seule limite : l’ordination de femmes prêtres.


 

Des femmes prêtres ? Cela n’arrivera jamais dans l’Église catholique. C’est ce qu’a réaffirmé le 12 février le cardinal-archevêque de Lyon, Philippe Barbarin, cité par Reuters.

A l’heure où l’Assemblée nationale adoptait la loi ouvrant le mariage aux couples de même sexe, celui qui s’opposait farouchement au mariage homosexuel s’est montré plus ouvert sur certaines questions. Il s’est ainsi dit « prêt à baptiser un enfant de couple homosexuel », car il « souhaite l’amour de Dieu. ». Le cardinal Barbarin envisage également que l’Église puisse évoluer sur le mariage des prêtres : « Autoriser les prêtres à se marier? Ça a déjà existé. Et la situation actuelle peut changer », a-t-il déclaré au Club de la presse de Lyon (avant de nuancer ces propos).

En revanche, le sacrement reste une affaire d’hommes. Le cardinal s’est montré catégorique sur ce point : « Ce qui ne changera jamais en revanche, c’est l’impossibilité pour les femmes de devenir prêtre. » Et de conclure, pour bien enfoncer le clou : « Il y a beaucoup de choses qui peuvent changer, mais pas tout ».

L’Église Anglicane permet déjà aux femmes d’accéder à la prêtrise. En décembre, le National Catholic Reporter, une revue catholique progressiste états-unienne, interpellait le Vatican en ces termes :« Interdire aux femmes l’ordination est une injustice que l’on ne doit plus accepter » (Lire : Aux États-Unis, croisade pour les femmes prêtres).

 

Photo : le cardinal Barbarin en mai 2012. Par CATECHISTA_2.0

Partager cet article

15 commentaires

Elsangels 14 février 2013 - 09:42

Excellente raison pour les femmes de refuser d’épouser un prêtre.
Vive les Femen.

Répondre
marieven 14 février 2013 - 10:43

les 3 religions monothéistes sont et restent les derniers bastions antiféministes, c’est à dire anti-femmes !

Répondre
Amarillys Taylor 15 février 2013 - 02:39

Pourquoi appartenir a une telle « religion »?

Répondre
Elsangels 15 février 2013 - 07:05

Et si nous portions plainte collectivement contre Monsieur Barbarin le Bien Nommé pour propos racistes/sexistes ? Ce n’est pas interdit par la loi, tout bonnement ?

Répondre
larroque florence 15 février 2013 - 13:16

Cher Monsieur Barbarin, me croyez-vous assez stupide pour avoir envie d’adhérer à la plus vaste organisation patriarcale jamais inventée ?

Répondre
Lili 16 février 2013 - 12:06

« Amarillys Taylor »
Pourquoi appartenir a une telle « religion »?

On n’appartient pas à une religion parce qu’on a pesé le pour et le contre, l’abbé Pierre d’un côté et Barbarin de l’autre, et que le bilan est « globalement positif ». On n’appartient d’ailleurs jamais à une religion. On la pratique. On est membre d’une église. Qu’on peut quitter librement.

On pratique une religion parce qu’on croit en Dieu et qu’on vit une expérience spirituelle riche dans un cadre proposé. Une religion n’est pas un parti politique.

Le reste n’est que conséquences. Et donc il y a des catholiques, des musulman-e-s et des juif-ve-s féministes, parce que les personnes ne se réduisent pas à l’un ou l’autre de ces aspects.

Répondre
Lili 16 février 2013 - 12:08

« larroque florence »
Cher Monsieur Barbarin, me croyez-vous assez stupide pour avoir envie d’adhérer à la plus vaste organisation patriarcale jamais inventée ?

C’est vrai que c’est une bonne solution : partir, comme ça on est sûr que rien ne change et en plus on peut se mettre du côté des donneurs de leçons, de « bons » contre les « méchants », et même de ceux qui ont raison contre ceux qui ont tort.

Sinon on peut aussi rester et faire avancer les choses, mais c’est sûr il faut savoir encaisser les coups.

Du reste on adhère pas à une religion, qui n’est pas un parti politique ou une association, parce qu’on en a envie. On vit une foi (ou pas). Donc la question ne se pose pas en ces termes.

Répondre
Lili 16 février 2013 - 12:15

« Els »
Et si nous portions plainte collectivement contre Monsieur Barbarin le Bien Nommé pour propos racistes/sexistes ? Ce n’est pas interdit par la loi, tout bonnement ?

Je signale que ces propos ne sont pas sexistes. (d’autres l’ont été). Ils signalent une inégalité sexistes, mais ils n’affirment aucune inégalité de capacité. Barbarin d’ailleurs ne dit pas si c’est bien ou mal, il dit que c’est impossible. Du reste, où est le racisme là-dedans?

Lorsque Mgr Vingt-Trois a insulté les femmes (« il ne suffit pas de porter une jupe encore faut-il avoir un cerveau ») des femmes catholiques ont effectivement porté plainte. Elles l’ont fait devant un tribunal religieux catholique, ce qui était encore plus intelligent car obligeait l’Eglise à s’auto-réguler et a évoluer.

En revanche je me suis souvent demandé ce qui se passerait si une femme se présentait au séminaire et, étant refusée, portait plainte. Prêtre n’est pas une profession et ne dépend pas du droit du travail, mais en droit civil ça doit être jouable. Cependant l’Eglise catholique est régie par le droit canon, donc une question juridique qui serait sans doute historique.
Personnellement je ne le souhaite pas mais la question serait intéressante.

Question tranchée aux US l’an dernier, un jugement a reconnu aux églises le droit de se conformer à leur droit « privé » en refusant de les assimiler à des organisations publiques.

Répondre
Lili 16 février 2013 - 12:23

« marieven »
les 3 religions monothéistes sont et restent les derniers bastions antiféministes, c’est à dire anti-femmes !

Anti-femmes, certainement pas, il y a peu de lieu où j’entends autant de glorification et de positif sur les femmes que dans l’Eglise. C’est pour ma part là que ma fierté de femme c’est construite en partie.

Là que j’ai vu des gens secourir les femmes en détresse, leur permettre la parole, dire et redire qu’un homme viril est un homme qui respecte, aime sa femme, et qui s’occupe de ses enfants, là que je vois les couples les plus égalitaires, parce que l’Eglise (les églises) reste un des lieux de lutte contre la dictature du travail, du fric-roi, de la performance à tout prix, de l’homme à belle bagnole, fier de ses 70 h et de son pognon. En lien avec le fait que les femmes catholiques,comme les autres, ont fait des études, travaillent, et exigent l’égalité de leur mari.

Anti-égalité hommes-femmes, indubitablement, en raison d’une vision de la femme comment dire…. dépassée, obsolète (fondée il y a 2000 ans forcément…). Mais quoiqu’en pense Barbarin, ça change, et ça n’a pas fini de changer…

Répondre
Lili 16 février 2013 - 12:24

« Els »
Excellente raison pour les femmes de refuser d’épouser un prêtre.
Vive les Femen.

C’est sûr, se montrer à poil devant la télé, c’est une façon d’honorer l’intelligence, la culture et la réflexion des femmes particulièrement pertinente. C’est bien connu, pour faire avancer leurs droits les hommes se baladent le sexe à l’air.

Répondre
Elsangels 16 février 2013 - 13:42

« Lili »

« Els »
Excellente raison pour les femmes de refuser d’épouser un prêtre.
Vive les Femen.

C’est sûr, se montrer à poil devant la télé, c’est une façon d’honorer l’intelligence, la culture et la réflexion des femmes particulièrement pertinente. C’est bien connu, pour faire avancer leurs droits les hommes se baladent le sexe à l’air.

Les hommes n’ont pas besoin de se balader le sexe à l’air : il est érigé en totem partout (Obélisques, tours…) !
Je me suis interrogée sur la forme de l’action des Fémen ; j’étais sceptique, au départ. Mais j’en suis venue à penser que c’est une façon de se le réapproprier, ce corps féminin, en en faisannt un usage différent de celui qu’en font les hommes, pour le sortir de son rôle de séduction exclusivement. Et finalement, je trouve cela plutôt intelligent… hé oui !

Répondre
Elsangels 16 février 2013 - 13:48

« Lili »

« Els »
Et si nous portions plainte collectivement contre Monsieur Barbarin le Bien Nommé pour propos racistes/sexistes ? Ce n’est pas interdit par la loi, tout bonnement ?

Je signale que ces propos ne sont pas sexistes. (d’autres l’ont été). Ils signalent une inégalité sexistes, mais ils n’affirment aucune inégalité de capacité. Barbarin d’ailleurs ne dit pas si c’est bien ou mal, il dit que c’est impossible. Du reste, où est le racisme là-dedans?

Lorsque Mgr Vingt-Trois a insulté les femmes (« il ne suffit pas de porter une jupe encore faut-il avoir un cerveau ») des femmes catholiques ont effectivement porté plainte. Elles l’ont fait devant un tribunal religieux catholique, ce qui était encore plus intelligent car obligeait l’Eglise à s’auto-réguler et a évoluer.

En revanche je me suis souvent demandé ce qui se passerait si une femme se présentait au séminaire et, étant refusée, portait plainte. Prêtre n’est pas une profession et ne dépend pas du droit du travail, mais en droit civil ça doit être jouable. Cependant l’Eglise catholique est régie par le droit canon, donc une question juridique qui serait sans doute historique.
Personnellement je ne le souhaite pas mais la question serait intéressante.

Question tranchée aux US l’an dernier, un jugement a reconnu aux églises le droit de se conformer à leur droit « privé » en refusant de les assimiler à des organisations publiques.

Les voilà donc « au-dessus des loi » !

Effectivement, le « jamais » de Barbarien n’est pas raciste à proprement parler, mais j’assimilais les deux termes -sexiste et raciste- dans la mesure où tous deux débouchent sur une discrimination
du même type.

Merci pour votre intéressante contribution.
E.

Répondre
alison52 18 février 2013 - 16:28

Pourquoi il y a-t-il encore des imbéciles pour envoyer leurs enfants au caté, les faire baptiser, croire que les écoles privées sont « humanistes »… et faire l’autruche quand chacun sait que les curés ont violé souvent les enfants ?

Répondre
SALIERE 20 février 2013 - 20:00

Point n’est question de femme. Les femmes sont pour la réligion catholique -(entre autre) au mieux des adjuvants (celles qui aident dans une quêtes comme dans les contes), des incubateurs de prophètes (mêmes, évidement), et de serviles servantes. Elles, peuvent être, bien entendu, ces furies libidineuses qu’il convient de punir, dompter et asservir.

Répondre
gonzague 4 avril 2013 - 15:24

Pour celles et ceux qui veulent étudier à fond la question, je signale quelques références.

Les recensions des derniers livres sur les femmes prêtres sont sur le site de FHEDLES : http://fhedles.fr/wp-content/uploads/recensions_femmes_pretres_nov2012_FHEDLES2.pdf

Eglantine Jamet Moreau donne une conférence à Paris sur l’ordination des femmes chez les Anglicans. L’occasion de comprendre comment les décisions ont été prises là-bas. Jeudi 23 mai 2013, 19h-21h30, Salle Dumont, 45 rue de la Glacière, 75013 Paris. Son livre sur la question est recensé ici : http://fhedles.fr/textes-en-ligne/jamet-moreau-le-cure-est-une-femme-lordination-des-femmes-dans-leglise-dangleterre/

Une bibliographie sérieuse en français ici : http://fhedles.fr/wp-content/uploads/Acc%C3%A8s-Femmes-aux-minist%C3%A8res-ordonn%C3%A9s-biblio1.pdf

Répondre

Répondre à Lili Annuler la réponse