Accueil Politique Des hommes ministres, des femmes secrétaires d’Etat

Des hommes ministres, des femmes secrétaires d’Etat

par La rédaction

Le nouveau gouvernement compte 90% de femmes parmi les secrétaires d’Etat. Un ministre accusé de violences sexistes est toujours en poste, un autre est sorti. De nouveaux ministres anti-mariage pour tous font leur entrée.… L’égalité femmes-hommes n’est pas une priorité.

Bien sûr, la Première ministre est une femme. Mais la composition du gouvernement donne à voir une parité alambiquée. – Sur 16 ministres de plein exercice : 11 hommes, 5 femmes – Sur 15 ministres délégués : 9 hommes, 6 femmes – Sur 10 secrétaires d’État : 1 homme, 9 femmes. Ministères régaliens : 4 hommes, 1 femme.

Dans le jeu d’équilibriste du remaniement ministériel consécutif aux élections législatives, le président Emmanuel Macron et la Première ministre Elisabeth Borne ont créé bien des déconvenues sur le front de la parité. Les associations féministes ont très vite pu compter les femmes à chaque strate de la nouvelle équipe gouvernementale et le résultat est sans appel : les postes les plus prestigieux sont confiés à des hommes.

Bien sûr, les féministes ont été soulagées d’apprendre que Damien Abad quittait le gouvernement. Accusé de viol à plusieurs reprises avec de nombreux témoignages concordants, l’éphémère ministre est visé par une enquête préliminaire par le parquet de Paris, après le dépôt d’une plainte pour tentative de viol, lundi 27 juin. 

Mais Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, voit son périmètre être élargi. Accusé de viol mais tranquillisé par des classements sans suite, il avait tout de même reconnu des faits qui peuvent être qualifiés d’abus de pouvoir en promettant à des femmes d’intervenir dans des dossiers contre des faveurs sexuelles. De nombreuses manifestations ont eu lieu depuis sa nomination.

Lire : AFFAIRE DARMANIN : POURQUOI LA « PRÉSOMPTION D’INNOCENCE » EST HORS-SUJET

Autre motif d’inquiétude : parmi les nouveaux ministres, certains se sont ouvertement affichés dans les manifestations contre le mariage pour les couples homosexuels. A tel point qu’Andy Kerbrat, député La France insoumise (LFI) de Loire-Atlantique, déplore : « la Manif pour tous se retrouve promue par le remaniement ». Carole Cayeux, nouvelle ministre déléguée aux collectivités territoriales est maire Les Républicains (LR) de Beauvais depuis 21 ans, elle avait soutenu François Fillon en 2017. En 2013, elle s’était farouchement opposée à la loi sur le mariage pour tous au cours de son mandat de sénatrice.

Autre figure de droite traditionnelle : Christophe Béchu prend la suite d’Amélie de Montchalin, battue aux législatives, à la tête d’un ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires. Le maire d’Angers, proche d’Edouard Philippe, venu comme lui des rangs de LR, a été sénateur (2011-2017) et député européen (2009-2014). Sa nomination fait bondir les écolos : Christophe Béchu avait notamment voté contre l’interdiction des pesticides tueurs d’abeilles en 2016. Le nouveau ministre s’est aussi distingué par le passé par une hostilité à ce qu’il semble considérer comme la promotion de l’homosexualité. Une vidéo de Public Sénat de 2016 tourne sur les réseaux sociaux : Christophe Béchu expliquait alors pourquoi il avait fait retirer des affiches de prévention du VIH à Angers montrant des couples gay… au nom de ce qu’il considère être la protection des enfants. Et Clémentine Autain, députée LFI, rappelle qu’il avait signé une tribune contre le mariage pour tous dans le très droitier journal Valeurs Actuelles.

Le nouveau ministre sera entouré de deux ministres délégués hommes et deux secrétaires d’Etat femmes. Les deux hommes : Clément Beaune, ministre délégué chargé des transports et Olivier Klein, ministre délégué chargé de la ville et du logement. Les deux secrétaires d’État : Bérangère Couillard en charge de l’écologie et Dominique Faure à la ruralité.

Autre membre du gouvernement très remarquée : Marlène Schiappa « fait son retour » disent les gazettes qui se languissaient depuis que la médiatique ministre avait quitté le gouvernement après l’élection présidentielle. Secrétaire d’Etat puis ministre déléguée pendant le premier quinquennat d’Emmanuel Macron, elle est, cette fois-ci secrétaire d’Etat chargée de l’économie sociale et solidaire et de la vie associative.
Autant de femmes que d’hommes dans ce gouvernement mais bien davantage de pouvoir pour les hommes que pour les femmes.

Pour soutenir l’info-égalité

JE FAIS UN DON

LesNouvellesNews.fr est financé seulement par vos dons – défiscalisés à 66% (un don de 100€ vous coûte 33€)

Laisser un commentaire