Accueil Economie Discrimination salariale ? Une plainte sans précédent contre le géant britannique Tesco

Discrimination salariale ? Une plainte sans précédent contre le géant britannique Tesco

par Arnaud Bihel

Chez le leader britannique de la grande distribution Tesco, les employées des magasins sont payées largement moins que les employés des entrepôts. La plainte pourrait aboutir à « la plus importante affaire de discrimination salariale de l’Histoire » du pays.


 

Vers une amende record pour cause de gender pay gap  au Royaume-Uni ? Le cabinet d’avocats Leigh Day annonce mercredi 7 février lancer une procédure judiciaire pour discrimination contre le géant des supermarchés Tesco, premier employeur privé britannique. Si elle va à son terme, elle pourrait devenir « la plus importante affaire de discrimination salariale de l’Histoire du Royaume-Uni », estime le cabinet.

Selon les éléments communiqués par Leigh Day, les employés qui travaillent dans les entrepôts, très majoritairement des hommes, sont payés « considérablement plus » que les employées des magasins, en très grande majorité des femmes. Les premiers seraient payés 11 £ à l’heure, les secondes en moyenne 8 £ l’heure. La différence de salaire moyenne pourrait s’élever à 5 000 £ (soit plus de 5 600 euros) par an.

« En terme de valeur apportée à l’entreprise, on ne peut nier que les employées dans les magasins contribuent au moins autant que ceux qui travaillent dans les entrepôts aux vastes profits réalisés par Tesco, dont le chiffre d’affaires s’élevait l’an dernier à 49,9 milliards de £ », commente Paula Lee, l’avocate de Leigh Day qui représente les plaignantes.

Le cabinet d’avocats annonce avoir déjà été contacté par un millier d’employées ou ex-employées de Tesco, et ce sont au total 200 000 personnes qui pourraient être concernées par cette procédure. Les compensations financières totales dues par l’entreprise pourraient alors s’élever à 4 milliards de £, soit 4,5 milliards d’euros.

Leigh Day représente déjà des milliers d’employées dans une procédure en cours contre un autre groupe de distribution, ASDA. Un premier jugement, en octobre 2016, a conclu que les femmes employées des magasins, elles aussi sous-payées par rapport aux hommes qui travaillent dans les entrepôts, effectuent en effet un travail de valeur comparable.

 

Laisser un commentaire