Accueil Médias Dodo chez Taddeï : prostitution heureuse sur le service public

Dodo chez Taddeï : prostitution heureuse sur le service public

par Isabelle Germain

dodosaumureMardi dernier sur France 3, « Dodo la saumure » a fait l’apologie des « souteneurs » de prostituées. Et malgré les réactions indignées, toujours pas de contre-feu.

Pendant plus de 20 minutes, face à un Frédéric Taddeï précisant à plusieurs reprises que son invité n’est pas inquiété dans l’affaire DSK, Dominique Alderweireld a pu s’exprimer très librement sur la télévision de service public, mardi 11 décembre. Surnommé « Dodo la Saumure », l’homme est tenancier de « bars montants » et autres « salons de massage » en Belgique, le long de la frontière française. L’animateur du « magazine culturel » de France 3 Ce soir ou jamais l’affirme à plusieurs reprises : en Belgique, les maisons closes ne sont pas interdites. Alors Dodo la Saumure peut deviser gentiment sur le « métier normal » qu’il exerce. Frédéric Taddeï ne mentionne pas qu’il a été condamné à cinq ans de prison avec sursis par la justice belge en juin 2012 pour ses activités de proxénétisme. La loi belge, un peu ambigüe, interdit le proxénétisme mais autorise les bars et salons de massage.

Euphémismes et glorification

Tout le répertoire des euphémismes et autre glorification du proxénétisme y passe : les « filles » ? Il les soutient… moralement même ! Les maisons closes ? Mais ça a toujours existé mon bon monsieur, c’est ridicule de les interdire ! Dodo la Saumure se montre érudit, citant un édit de Ferdinand 1er ou l’épouse de Périclès qui tenait une maison de débauche. Et l’animateur d’opiner, ça a toujours été mal vu… Alors Dodo poursuit, c’est un métier « naturel ».

L’argent ? Bah, il prend 50% de ce que les « filles » gagnent pour se payer et payer ses charges… L’animateur de l’émission ne cherche pas à approfondir le sujet… 50% ! Et Dodo, de continuer sur ce ton débonnaire sans contradiction. Frédéric Taddeï aborde brièvement la question de la traite des « filles »… Pas chez moi, dit Dodo, elles sont consentantes. Mais l’animateur ne réagit pas quand Dodo trébuche : oui, il fait venir des filles de l’étranger. Il leur « offre » le billet… enfin il le leur avance, rectifie-t-il, et elles doivent rembourser avec leur travail. Un journaliste averti aurait pu lui demander s’il leur confisquait leur papiers jusqu’à ce qu’elles aient remboursé le billet, pratique courante dans le milieu pour éviter qu’elles s’échappent sans rembourser. Il aurait pu aussi demander si les réseaux qui font transiter ces prostituées menacent de s’en prendre aux familles des récalcitrantes, bref, il aurait pu montrer la face sordide de la prostitution et du proxénétisme. Il y avait matière.

Frédéric Taddeï faisait partie de l’équipe formée par Michèle Reiser au sein de la commission sur l’image des femmes dans les médias nommée par le gouvernement en 2009, renouvelée par Roselyne Bachelot en 2011. Michèle Reiser, en intégrant dans cette commission des personnes peu informées sur le sujet, pensait les sensibiliser. C’est réussi ! La commission a été supprimée par l’actuelle ministre des Droits des femmes pour être intégrée au sein d’un nouvel Observatoire de la parité en cours de constitution.

Au lieu de cela, la télévision de service public a donné à voir « un petit chauve qui fait rêver les filles » avec d’entrée de jeu la projection d’un extrait du film Les Bons Vivants, séquence nostalgie et regret de la fermeture des maisons closes.

Voile sur les réactions horrifiées

Plusieurs réactions « horrifiées » se sont fait jour sur la toile. Thalia Breton, porte-parole d’Osez le féminisme a par exemple écrit une longue analyse sur Le Plus, citée dans À dire d’elles qui propose un texte à adresser à France Télévisions. Le Courrier de Diké décrypte le business model du proxénétisme. La chaîne a dû recevoir des dizaines, voire des centaines de courriers.

Mais le programme de ce mardi 18 décembre ne laisse aucune place pour une vision moins joviale du proxénétisme. C’est un autre français exilé en Belgique, pour des raisons fiscales, qui aura la vedette cette fois-ci. Les amateurs de saumure ont pignon sur média. Et ce n’est pas fini : on apprend en fin d’émission que celui qui a micro ouvert sur la chaîne de service public va publier un livre indispensable sur « sa vie, son œuvre ». Une occasion de revenir dans le « magazine culturel » de France 3…

Ajout 18 décembre 

– En raison d’un mouvement de grève, l’émission de ce soir est annulée. (Ce qui ne change pas grand chose pour le sujet).

– Lire aussi : Ce soir, plus jamais ! sur le site de l’Association européenne contre les Violences faites aux Femmes au Travail (AVFT)

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Rescapées de la traite

Prostitution : les clients occupent les médias

Traite humaine : les femmes et les enfants d’abord

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

31 commentaires

31 commentaires

De profundis 18 décembre 2012 - 22:38

au lieu de passer un extrait du film « les bons vivants », Taddeï aurait pu passer un extrait de « chaos » de Coline Serreau

Répondre
Dodue la Morue 19 décembre 2012 - 06:40

Merci d’avoir mentionné mon courrier ! Notez que lorsque je ne suis pas Dodue la Morue, je suis Diké la déesse de la justice (et non Dirké).

Déjà une semaine et nous n’avons toujours pas eu de réponse à nos courriers de protestation. C’est bien le signe que cette parodie d’interview n’est pas un dérapage incontrôlé mais le fruit d’une stratégie de banalisation de la violence prostitutionnelle.

Nous allons continuer à écrire aux responsables des chaînes publiques pour ne pas céder la parole et la place à ceux qui ont mis au point cette stratégie et qui promeuvent la réglementation de la prostitution.

Nos médias ne doivent pas laisser la parole aux criminels, sous couvert de liberté d’expression et d’entreprise !

Répondre
isabelle germain 19 décembre 2012 - 06:53

Coquille corrigée, merci pour votre contribution 🙂

Répondre
Elise 19 décembre 2012 - 08:30

Merci de participer à la dénonciation de cette horreur !

Répondre
hic 19 décembre 2012 - 09:27

Pas de mail pour écrire à france 3, au CSA?

Répondre
Lili 19 décembre 2012 - 09:59

« hic »
Pas de mail pour écrire à france 3, au CSA?

Pour contacter France 3

http://www.france3.fr/emissions/ce-soir-ou-jamais/contact_15703
L’émission a aussi sa page Faceb…. (modérée sans doute, mais bon)

Pour le médiateur de F3:
http://www.france3.fr/participez

Signaler un programme au CSA :
http://www.csa.fr/Services-en-ligne/Formulaire-pour-signaler-un-programme

Répondre
FCKME 19 décembre 2012 - 14:28

ça va les délateurs ??

Répondre
Romain 19 décembre 2012 - 14:58

Heureusement qu’on trouve des journalistes pour lutter contre la liberté de la presse…

Taddei a fait son travail.

Répondre
hic 20 décembre 2012 - 09:08

« FCKME »
ça va les délateurs ??

Pauvre frédérick Taddeï qui n’a aucun pouvoir et qui risque d’être licencié, voire délocalisé à cause des méchantes féministes..

Répondre
FCKME 20 décembre 2012 - 09:53

y zon que ça a foutre les pétainistes, dénoncer, dénoncer à longueur de journée, demain contre le pain rassis, ensuite contre l’internet pédophilique, j’en passe, les sinistres cons.

Répondre
09 Aziza 20 décembre 2012 - 10:56

A mon sens, il n’y a que le porte-monnaie qui frappe bien; les arguments, de pareilles personnes y sont insensibles…Alors, une seule solution: ECRIVONS A LA CHAINE POUR DIRE QU’EN TANT QUE FEMME NOUS NE PAIERONS PAS NOTRE REDEVANCE s’il n’ y a pas d’excuses publiques! vous allez voir, ça va marcher du tonnerre, là, on va les entendre! Alors, à vos plumes ? je le fais dés ce soir!
Aziza

Répondre
luce44 20 décembre 2012 - 12:10

[quote name= »FCKMEy zon que ça a foutre les pétainistes, dénoncer, dénoncer à longueur de journée, demain contre le pain rassis, ensuite contre l’internet pédophilique, j’en passe, les sinistres cons.[/quote]

Le proxénétisme est interdit en France, comment peut_on en faire l’apologie alors qu’il est un délit puni par le code pénal.
Comment inviter un homme qui a été condamné à 5 ans avec sursis par le tribunal de Tournai ? Sue une chaîne publique on défend ainsi des comportements délictueux ?
Et pourquoi aucune personne invitée pour lui porter la contradiction, parler du climat de violence et de contrainte dans la prostitution ? Comme faire croire à cette liberté et cette prostitution heureuse alors que tous les rapports français, européens et internationaux indiquent la progression des trafics humains (80% des personnes prostituées, du système prostitueur, de ses profits considérables, des raisons de la prostitution et de la persistance de ce système hérité de l’inégalité entre femmes et hommes.

Répondre
Romain 20 décembre 2012 - 22:26

Luce44

Quand Duflot, ministre, se déclare favorable à la légalisation de la vente du cannabis, elle ne fait pas « l’apologie » d’un délit, elle participe à un débat de société.

C’est la même chose ici. Rien de plus normal en démocratie.

« Dodo » a fait appel et bénéficie donc de la présomption d’innocence. Et même s’il était condamné, cela n’enlèverait rien à la légitimité de sa parole dans ce débat. Interdit-on à José Bové de débattre des OGM au motif qu’il a fait plusieurs séjours en prison? Bien sûr que non. Il a même été candidat aux présidentielles.

Vous êtes moins regardantes lorsqu’ils s’agit de demander l’opinion de l’activiste de Femen qui a fui son pays plutôt que d’affronter la justice.

Attaquer Taddei et sa chaîne pour avoir invité « Dodo », c’est s’en prendre à la liberté d’expression et au débat démocratique. Nous ne sommes pas encore en dictature féministe. Il faudra attendre encore un peu avant de pouvoir bâillonner tous ceux qui ne pensent pas comme vous.

Répondre
isabelle germain 21 décembre 2012 - 06:45

« Romain »
Luce44

Quand Duflot, ministre, se déclare favorable à la légalisation de la vente du cannabis, elle ne fait pas « l’apologie » d’un délit, elle participe à un débat de société.

C’est la même chose ici. Rien de plus normal en démocratie.

« Dodo » a fait appel et bénéficie donc de la présomption d’innocence. Et même s’il était condamné, cela n’enlèverait rien à la légitimité de sa parole dans ce débat. Interdit-on à José Bové de débattre des OGM au motif qu’il a fait plusieurs séjours en prison? Bien sûr que non. Il a même été candidat aux présidentielles.

Vous êtes moins regardantes lorsqu’ils s’agit de demander l’opinion de l’activiste de Femen qui a fui son pays plutôt que d’affronter la justice.

Attaquer Taddei et sa chaîne pour avoir invité « Dodo », c’est s’en prendre à la liberté d’expression et au débat démocratique. Nous ne sommes pas encore en dictature féministe. Il faudra attendre encore un peu avant de pouvoir bâillonner tous ceux qui ne pensent pas comme vous.

« dictature féministe » comme vous y allez! Ce qui est dit dans l’article et dans la plupart des commentaires c’est qu’il est anormal de ne donner la parole qu’à ceux qui font l’apologie du proxénétisme, de présenter le proxénétisme comme un truc sympa… sans aucune contradiction sur le service public. C’est le message unique en faveur du proxénétisme sur une chaine de service public avec une mise en scène qui ne laisse aucune place à la contradiction… Donc s’il y a une dictature de la pensée, elle est plutôt du coté des promoteurs du proxénétisme

Répondre
Diké 23 décembre 2012 - 09:59

Taddéï a fait un excellent travail d’attaché de presse effectivement : il a réussi à présenter la profession sous un jour enchanteur et nostalgique du passé, grâce à la magie du cinéma et d’un extrait de film de fiction, pas d’un documentaire réaliste.

Taddéï ne pose aucune question dérangeante, malgré les occasions qui se sont présentées (lorsque Dodo reconnaît qu’il prélève 50% des revenus des prostituées, ou que beaucoup d’entre elles sont droguées, ce qui montre que cette situation n’est pas un métier comme un autre).

Il n’avait absolument pas potassé le sujet et s’est contenté de faire des phrases vagues et inachevées (sans parler des fautes de français), attendant que Dodo les termine.

Les interventions médiatiques du FN et des Le Pen sont beaucoup plus débattues dans la presse : faut-il leur donner la parole pour mieux réfuter leurs argumentaires, ou faut-il éviter de relayer leurs idéologies racistes ?

Je repense à l’interview de Marine Le Pen par la journalitste Anne-Sophie Lapix l’an dernier, celle-ci avait étudié le programme économique de MArine Le Pen et a su en montrer les absurdités en quelques minutes d’une interview impertinente.

Mais Taddéï ne s’est pas montré à la hauteur d’un journaliste et n’en a rien fait, tandis que l’intervention de Dodo La Saumure ne fait pas vraiment débat dans la presse.

Il faudra encore du temps avant que le sexisme soit aussi intolérable que le racisme.

Répondre
Seb. 27 décembre 2012 - 21:17

Pour ma part, je n’ai pas spécialement de sympathie pour Dodo la Saumure, seulement dans cet interview Taddeï a fait du Taddeï. Sa démarche annoncée depuis qu’il a lancé cette émission n’est pas de faire office de contradicteur face à ses invités mais au contraire de leur laisser le champ libre pour qu’ils s’expriment. Curieusement c’est la première fois que l’une des ses émissions provoque une telle polémique.

Je persiste, les féministes mainstream me font décidément penser aux catholiques intégristes qui manifestent devant les lieux où se pratique l’IVG ou devant les théâtres où se jouent des pièces qui heurtent leur foi. Comme pour les catholiques intégristes, les féministes mainstream veulent interdire, supprimer, sanctionner, censurer toute manifestation d’opinion non conforme à leur propre doxa.

Répondre
equal 28 décembre 2012 - 14:37

@seb
vous avez vraiment des comparaisons inappropriées… Traitez les féministes de talibans tant que vous y êtes… Pourquoi ne voyez-vous aucun inconvénient à laisser un type faire de la propagande pour le proxénétisme et êtes vous gêné par les protestations des féministes ? Pourquoi refusez-vous aux féministes la liberté d’expression que vous revendiquez pour Taddeï ? En l’occurence, Taddeï n’a pas usé de sa liberté d’expression, il a fait de la manipulation en présentant le proxénétisme comme un truc sympa. Les féministes veulent aussi pouvoir s’exprimer librement et avec autant de temps d’antenne pour dire que le proxénétisme, c’est avant tout la violence, la drogue, l’esclavagisme, éventuellement la traite des femmes. La manipulation des esprits par des infos phallocentrées ça suffit !

Répondre
Seb. 28 décembre 2012 - 19:17

Je ne sais pas où vous avez vu que je souhaitai interdire la liberté d’expression aux féministes. C’est bien les féministes mainstream qui trouvent honteux qu’une personne dont elle ne partage les idées s’exprime sur un plateau télé, qui envoi des courriers de protestation aux CSA et à France 2. Je pense que les catho intégristes ont aussi affirmer pour légitimer les différentes manifestations dont j’ai parlé précédemment, de leur liberté d’expression. Notez qu’il est paradoxale d’invoquer la défense de sa propre liberté d’expression lorsque l’on utilise celle-ci pour précisément contester celle des autres.

Je le répète, il ne s’agit pas de la liberté d »expression mais de celle de ses invités. Reprenez toutes les interviews de Taddeï où il parle de son émission, l’idée c’est justement que l’animateur se place en retrait. Après chacun des invités peut faire la propagande de ce qu’il veut. Il y a d’autres émissions où les animateurs sont plus actifs, mais si toutes les émissions avaient le même fonctionnement on perdrait en variété et possibilité de choix.

Vous me faites rire avec vos expressions du genre « phallocentrées » car en attendant c’est bien les féministes mainstream qui sont convaincues que tout est fait dans ce monde contre les femmes, comme si le monde avait été construit tout autour des femmes afin de les opprimer. Si ce n’est pas une manière de se placer au centre du monde, j’ignore ce que c’est.

Répondre
equal 29 décembre 2012 - 10:36

@seb tant mieux pour vous si je vous fais rire, vous me feriez plutôt pleurer avec vos raisonnements bas de plafond. Quand avez-vous vu Taddeï laisser le même temps de parole et la même liberté de parole au mouvement du nid par exemple ou autres défenseurs des victimes de la prostitution, du proxénétisme et de la traite des femmes ?

Répondre
Seb. 29 décembre 2012 - 13:22

Il a souvent toujours une rubrique dans cette émission où l’un des invités est seul face à Taddeï pendant 20 minutes. Et c’est bien la première fois que ce format suscite de de telles réactions, pourtant c’est n’est pas la première fois que Taddeï reçoit des invités susceptible de créer polémique.

Le mouvement du Nid a pu s’exprimer sur différents plateaux, dans différentes émissions, dans différents reportages. Il y a eu à plusieurs reprises des abolitionnistes sur le plateau de Taddeï. Caroline de Haas a déjà été invitée sur ce plateau. La liberté d’expression c’est aussi la diversité d’expression des opinions, et c’est surtout une tolérance à l’expression des opinions contraires aux siennes.

Pendant qu’on parle de tolérance, vous pourriez user de votre liberté d’expression pour m’expliquer en quoi mes raisonnements sont « bas de plafond ». Il est facile de balancer des qualificatifs qui se veulent insultant, mais qui révèlent surtout votre intolérance ; il l’est moins d’argumenter.

Répondre
equal 29 décembre 2012 - 17:08

@seb vous faites semblant de ne pas comprendre, vous parlez de liberté d’expression quand les critiques qui sont faites parlent de manipulation. Présenter le proxénétisme comme un truc sympa et cool est une manipulation et il faut être un peu bas de plafond ou de très mauvaise foi pour plaider la liberté d’expression.
En outre, Taddeï n’accorde pas le même temps de parole aux féministes. Elles sont toujours face à des contradicteurs, d’extrême droite parfois et ne peuvent s’exprimer que sur des sujets décidés à l’avance.
Vous parlez d’abolitionnisme. La question de l’abolitionnisme est un autre sujet.
C’est bien au nom de la liberté d’expression que les féministes ralent contre le numéro d’illusionniste de Taddeï et dodo la saumure. Que Taddei donne le même temps et la même liberté de parole à des personnes qui connaissent l’horreur du proxénétisme et de la traite des êtres humains, qu’il passe un extrait du film Chaos…

Répondre
Seb. 30 décembre 2012 - 09:43

Je ne sais pas ce qui vous permet de dire que « je fais semblant de ne pas comprendre ». Pourquoi faut-il toujours que pensiez que vos contradicteurs sont de mauvaise foi, sont des manipulateurs ? J’exprime mon opinion, c’est tout.

Le personnage en question est proxénète, c’est évident qu’il ne va pas dire du mal du proxénétisme. De la même manière vous ne ferez pas dire à un végétarien que c’est mal de ne pas manger de viande. Vous pouvez parler de manipulation mais c’est votre point vu, un point de vu subjectif. Dans n’importe quel débat, politique ou autre, on est toujours enclin à accuser ceux qui ne partagent pas notre opinion de manipulation. Il n’en demeure pas moins que si on doit interdire l’expression publique à tous ceux qui sont soupçonnés de manipulation, plus personne ne pourra plus s’exprimer car on est toujours un manipulateur aux yeux de quelqu’un, et particulièrement à ceux de nos contradicteurs.

Je ne sais pas ce qui vous permet de dire que Taddeï n’accorde pas le même temps de parole aux féministes. Il y a pratiquement un débat par mois dans son émission qui touche à une question relative au féminisme, et avec des invités pour et des invités contre. Il est vrai que généralement, de part et d’autres, les positions sont caricaturales, mais c’est un peu la loi dans ce genre d’émission.

Pour ce qui est de l’abolitionnisme, c’est la position du Nid, d’OLF, et généralement celle du féminisme mainstream régulièrement représenté dans les médias, alors que le féminisme est un mouvement d’idées beaucoup plus varié.

Comme je l’ai déjà dit, la liberté d’expression c’est la possibilité d’expression d’une variété d’opinions, la tolérance face aux opinions contraires. La liberté d’expression ne consiste pas à réclamer l’interdiction, la censure des opinions contraires aux siennes ; ou à envoyer des lettres au CSA et à Fr3 lorsque l’on entend à la télé quelque chose qui nous déplaît.

(à suivre)

Répondre
Seb. 30 décembre 2012 - 09:44

(suite)

D’ailleurs, si à la place de Dodo la Saumure l’invité avait été quelqu’un partageant votre opinion, mais que malgré cela cet invité aurait grossièrement menti sur les chiffres, sur des faits précis, je n’imagine pas une seule seconde que vous-vous soyez plainte, ou que vous auriez crié à la manipulation, à l’imposture, et personne n’aurait envisagé d’écrire au CSA ou à Fr3 pour s’en plaindre.

Répondre
equal 30 décembre 2012 - 12:32

@seb bien sur, Dodo la saumure ne va pas dire du mal du proxénétisme, ce n’est pas lui qui est en cause ici, c’est Taddei qui non seulement le laisse s’exprimer mais abonde dans son sens en diffusant un extrait du film les bons vivants. Je ne parle pas de manipulation quand une personne n’est pas de mon avis, je parle de manipulation ici, en l’occurrence quand une télé de service public manipule l’opinion en présentant, de façon univoque le proxénétisme comme un truc sympa de bons vivants. Et je ne vois pas ce qui vous permet de penser que je ne dénonceraient pas des personnes qui fausseraient des chiffres au motif qu’elles seraient du même avis que moi. C’est un pur procès d’intention de votre part

Répondre
Seb. 30 décembre 2012 - 21:35

Ce qui me permets de penser que vous n’auriez pas régis ainsi si l’invité avait été plus conforme à vos opinion, c’est que Taddeï n’a pas traité cet invité différemment que les autres invités du « face à face » et que c’est la première fois que cela donne lieu à une polémique.

Il faut arrêter de prendre les gens pour des imbéciles et de croire qu’ils prennent tous ce qu’ils entendent à la télé pour argent comptant sans jamais exercer le moindre regard critique. A mon avis Dodo la Saumure n’a pas convaincu grand monde, et l’empathie à son égard aurait probablement été plus grande s’il avait été face à un interviewer pugnace.

L’intérêt de ce type d’interview est précisément de mettre à l’aise l’invité pour, autant que possible, qu’il délivre sa vérité avec le moins de retenue possible. Ensuite les téléspectateurs sont capables de juger, de faire la part des choses, et de se forger une opinion.

Répondre
Equal 31 décembre 2012 - 07:15

@seb, vous vous répétez

Répondre
Seb. 1 janvier 2013 - 12:32

Il est certain que sur le fond, je dis à peu près la même chose. Pour autant, il me semble avoir abordé différents aspects de ce même point vu. Pour votre part, vous évitez la question.

Répondre
luce44 2 janvier 2013 - 14:50

La liberté d’expression ne permet pas de faire l’apologie d’un délit sanctionné par le Code pénal français, le proxénétisme. La France a également ratifié de nombreuses conventions internationales réprimant le trafic des êtres humains. La prostitution a été officiellement reconnue comme « violence faite aux femmes » en 2010.
La liberté d’expression comme l’a fort bien dit J. Attali en début d’émission s’arrête là où elle viole la dignité humaine.
Dodo la Suamure a été condamné par le tribunal de Tournai à 5 ans de prison avec sursis et une confiscation de biens issus de ces activités de proxénète.

Répondre
Seb. 2 janvier 2013 - 19:30

Vous voulez dire que toute personne qui affirme par voie de presse, et les responsables de ces médias, que l’usage de drogue n’est pas si nocifs, que tous les dealers ne sont pas des sales types, et que la loi sur les stupéfiants est plus nocive que les stupéfiant, doit être condamnée ?

Répondre
Seb. 2 janvier 2013 - 19:59

(suite)

Au sens de la loi, l’apologie consiste en un encourragement, en une incitation à réaliser l’infraction concernée. Si tout discours qui contesterai le bien fondée de la qualification de crime ou délit de tel ou tel fait, était assimilable à de d’apologie cela briderai considérablement les possibilités de débat sociéatal, et par suite toute possibilité d’évolution. Cela signifierai qu’avant la loi Veil, parler de l’avortement comme quelque chose d’acceptable aurait été illégal.

Répondre
IRVING 17 mars 2013 - 22:31

je trouve que l’émission de Tadéi , est l’une des meilleurs émissions du PAf…..Aprés ses émissions, j’ai toujours l’impression d’avoir appris des choses et d’être plus intelligent….
Mais c’est vrai , c’est une émission qui dérange, malgré sa diffusion tardive

Répondre

Laisser un commentaire