Dominique Voynet ne veut pas se salir les mains

par Isabelle Germain

dominiquevoynetMaire Europe Ecologie Les Verts de Montreuil (Seine-Saint-Denis) depuis 2008, seule maire EELV d’une ville de plus de 100.000 habitants, Dominique Voynet ne briguera pas un nouveau mandat.


Dominique Voynet, maire EELV de Montreuil (Seine-Saint-Denis) ne se présentera pas à sa réélection aux prochaines municipales de mars 2014. La raison ? La dégradation de la vie politique. Sur son site internet, elle explique :
« Parce que je souffre profondément de la dégradation de la vie politique et du climat qui conduit, à Montreuil (…) à englober tous les politiques d’une même suspicion, et de plus en plus souvent d’un même mépris, ceux qui ne cumulent pas comme ceux qui cumulent, ceux qui sont intègres comme ceux qui sont corrompus, ceux qui brossent leurs clientèles dans le sens du poil comme ceux qui refusent d’accorder des passe-droits, y compris à leurs plus proches amis »

L’ex ministre de l’environnement ajoute : «Je mesure que, pour être réélue, je devrais me résoudre à des compromis, à des alliances, à des prises de position qui bousculent mes valeurs et mes convictions et me conduiraient à ne plus me ressembler ».
Elle refuse « d’user du mensonge, de la calomnie et de l’insulte
 » et veut par son geste, réveiller les consciences.

Changer la politique en profondeur
Elue en 2008 à la tête d’une liste réunissant des écologistes et des dissidents socialistes, Dominique Voynet est la seule représentante des Verts (EELV) à la tête d’une mairie de plus de 100.000 habitants. Sur France Inter mardi matin, elle a détaillé les motivations de ce choix : « J’ai voulu dire stop, ça ne peut plus continuer comme ça. C’est violent, insupportable, grossier, et ça contribue je crois, à éloigner les Français de la politique. » Au micro, elle a ajouté avoir espéré voir à Montreuil moins de clientélisme, moins de communautarisme, moins de passe droits. « On prétend dénoncer la corruption, et il y a tellement de corrompus réélus. »

Elle a également dénoncé la montée du racisme au sein de la mairie du 93, expliquant : « quand j’entends dire à Montreuil, ‘on ne recrutera que des Français comme agents locaux’, je trouve que ça pue. Je trouve que ça pue, et je n’ai pas envie de cautionner ça. »

Parrains
S’agit-il d’un règlement de compte ? Dans sa lettre de quatre pages disponible sur son site internet, la maire de Montreuil n’hésite pas à utiliser le terme « parrain » pour qualifier certains de ses adversaires politiques. Elle affirme ainsi : « Il se trouvera sans doute des commentateurs de la vie locale pour ricaner de mon choix, pour évoquer « la peur de perdre » ou « la fatigue émotionnelle ». Comme si le risque de perdre n’était pas inscrit dans le génome de ceux qui, comme moi, assument leur engagement dans un parti loin d’être majoritaire et leur refus obstiné de baiser la bague de quelque parrain que ce soit. »

Interrogée par France Inter à ce sujet, alors qu’on lui demande si Claude Bartolone, président de l’Assemblée nationale, ancien président du Conseil général de Seine-Saint-Denis, est le « parrain » visé, Dominique Voynet lâche, laconique : « «C’est amusant que vous ayez songé à lui ! (…) Je décris des mécanismes. Quand on n’a pas de parrain qui porte sur vous une aile protectrice, c’est compliqué de faire son trou en politique et de le faire proprement.»

Et puis elle en a assez des insultes que l’on ne réserve qu’aux femmes et qui rendent la politique encore plus violente pour elles. Un maire doit avoir de l’autorité mais si une femme montre de l’autorité, elle est la cible de bien des reproches, moqueries et soupçons de non féminité. Alors elle dit stop.

Dominique Voynet, était à la fois la seule maire écologiste d’une ville de plus de 100.000 habitants et une des rares femmes à la tête d’une grande ville. Son refus de se salir les mains aura eu raison d’un début de commencement de parité.

Lire aussi dans Les Nouvelles NEWS

Lepage, Voynet, Royal… et NKM réclament la transparence sur les OGM

Gouvernement : femmes à part

 

Partager cet article

2 commentaires

Lène 27 novembre 2013 - 08:02

Il faut de dire que son bilan est controversé, et que sa pratique démocratique plus que criticable…
Il s’agit peut-être tout simplement d’un calcul politique?

Répondre
Eric 27 novembre 2013 - 13:25

« Français » n’est pas une « race »

Répondre

Répondre à Eric Annuler la réponse