Accueil Politique & Société Elections municipales : un pas vers la parité

Elections municipales : un pas vers la parité

par Isabelle Germain

C’est inédit ! A la tête des 10 plus grandes villes de France : cinq femmes. Dans les 41 villes de plus de 100.000 habitants :  12 femmes. Elles sont essentiellement de gauche et écolo.

Depuis 2014, Anne Hidalgo était un peu l’arbre qui cache la forêt d’hommes à la tête des villes de France. La socialiste élue à Paris faisait presque oublier que 16 % seulement des mairies avaient pour édile une femme. Et depuis le 28 juin 2020, la voici réélue, avec une forte majorité. Mais désormais elle va se sentir moins seule parmi les maires de France.

Elles seront cinq femmes à la tête des mairies des 10 plus grandes villes de France. A Marseille, la situation est compliquée mais ce sera une femme : la liste de gauche dirigée par l’EELV Michèle Rubirola a remporté l’élection devant celle de la présidente LR de la Métropole Martine Vassal. La première liste a obtenu 42 sièges, la deuxième en a 39. Mais l’élection de la maire par le nouveau conseil municipal dépend de deux autres listes qui ont obtenu des sièges : sur qui se porteront les voix de l’ex-sénatrice socialiste Samia Ghali qui a 8 sièges et celles du sénateur dissident de droite Bruno Gilles qui a 3 sièges ? Réponse dans quelques jours.

À Nantes, la socialiste Johanna Rolland a été réélue. Elle était devenue la première femme maire de cette ville en 2014. 

À Strasbourg aussi, ce n’est pas la première fois qu’une femme dirigera la ville mais c’est la première fois qu’une écologiste arrive en tête.  Jeanne Barseghian, EELV, a su tenir tête à une alliance LR/LREM. Avant elle, l’ex-ministre de la culture socialiste Catherine Trautmann avait été la première femme à diriger la ville de 1989 à 1997 puis de juin 2000 à mars 2001, et l’UMP Fabienne Keller lui avait succédé de 2001 à 2008,

À Lille, la socialiste Martine Aubry a eu chaud. A 227 voix près elle a remporté l’élection. Elle était devenue la première femme maire de Lille en 2001 et va attaquer son quatrième mandat.

Les hommes des cinq autres grandes villes sont l’écologiste Grégory Doucet à Lyon ; Jean-Luc Moudenc à Toulouse – estampillé LR avec le soutien de LREM-; Christian Estrosi à Nice -LR lui aussi- part pour un troisième mandat; le socialiste Michaël Delafosse est élu à Montpellier. Et à Bordeaux, c’est l’écologiste Pierre Hurmic qui a brisé la tradition de la ville à droite.

Dans les 42 villes de plus de 100.000 habitants, la proportion de femmes est moindre puisqu’elles sont 12 pour une quarantaine de villes mais, là aussi, on continue de progresser. A Rennes, par exemple, Nathalie Appéré a été reconduite. Sa ville était arrivée première dans notre palmarès des villes les plus engagées pour l’égalité des sexes en 2015

lire : Palmarès de l’égalité en ville : Rennes n° 1 et beaucoup de silences

Dans les autres grandes villes la plupart des femmes nouvellement élues viennent de gauche et ne boudent pas le côté encore exceptionnel et révolutionnaire de l’avènement d’une femme à la tête d’une ville. A Besançon, Anne Vignot, à la tête d’une liste EELV, PS, PCF, Génération.s nouvellement élue tient à le faire remarquer . « Je suis la première maire femme, écologiste, de Besançon et j’en suis extrêmement fière » a-t-elle déclaré. Cette ingénieure au laboratoire de chrono-environnement du CNRS a pour programme « L’écologie sociale ». A Poitiers, la candidate EELV Léonore Moncond’huy l’a emporté contre un socialiste. A Quimper, c’est une socialiste qui sera la première femme maire de la ville, Isabelle Assih. Une socialiste aussi à Périgueux, Delphine Labails qui a battu un candidat sortant LR. Elle affiche son combat en faveur des droits des femmes.

Il faut aller du côté de Biarritz pour trouver une femme de droite en tête, élue pour la première fois. La LR Maider Arosteguy. Parmi celles qui conservent leur siège à droite citons la maire sortante LR de Mulhouse, Michèle Lutz réélue dimanche. A Aix-en-Provence, c’est la LR Maryse Joissains-Masini qui conserve son siège. Tandis qu’à Amiens, la centriste Brigitte Fouré est élue avec les voix de LREM.

Il faudra attendre des chiffres globaux pour voir quelle est la réelle avancée vers la parité. Rappelons que, d’après le Cevipof, à l’issue du premier tour des élections municipales, 18% des maires élus dans les communes de plus de 1 000 habitants étaient des femmes. Et 21% dans les communes de moins de 1 000 habitants.

Mais  la progression des femmes dans les grandes villes semble indéniable. Et la plupart des femmes élues le sont pour la première fois…. Tout comme bon nombre de maires EELV. Comme si un besoin de renouveau s’exprimait à travers ces élections, malgré la très forte abstention.

Sur la photo : (de gauche à droite et de haut en bas) : Martine Aubry, Anne Hidalgo, Jeanne Barseghian, Léonore Moncond’huy, Anne Vignot, Maider Arosteguy.

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire