Accueil Sport Escalade de gros plans sur les fesses et d’excuses

Escalade de gros plans sur les fesses et d’excuses

par Camille Saint-Cricq

La fédération internationale d’escalade a présenté à nouveau des excuses à la grimpeuse autrichienne Johanna Färber après nouvelle diffusion de gros plans sur ses fesses en championnat.

Filmée par les équipes de production de la Fédération internationale d’escalade (IFSC) pour une retransmission des championnats du monde de Moscou mi-septembre, la grimpeuse autrichienne Johanna Färber a encore vu que, au beau milieu de son ascension, un gros plan de ses fesses avait été diffusé à l’antenne.

Après un vent de grogne sur les réseaux sociaux, la fédération a présenté ses excuses à l’athlète. « L’IFSC condamne l’objectivation du corps humain et prendra des mesures supplémentaires pour y mettre fin et protéger les athlètes », peut-on lire dans un communiqué. 

Et le président de l’IFSC, Marco Scolaris, ajoute : « Combien de fois les choses devront-elles être mal faites avant que nous apprenions à les faire correctement ? »

Oui, combien de fois ? Lors de la Coupe du monde en Juin, un épisode identique s’était produit. Johanna Färber avait alors publié un message sur les réseaux sociaux disant à quel point elle avait été gênée. Elle demandait clairement aux équipes de production « d’arrêter de sexualiser les femmes dans le sport et de commencer à apprécier leurs performances ». La Fédération internationale d’escalade avait alors déjà présenté ses excuses.

Natalie Berry, ancienne grimpeuse britannique, explique dans  Sky News les effets délétères de ce genre d’image pour la pratique du sport par les femmes : « Le fait que cet incident grossier se reproduise pour la même athlète est très inquiétant et décevant, à une époque où le sport attire plus d’attention qu’avant et où davantage de filles et de femmes sont initiées à l’escalade. » Si le corps des femmes est sexualisé et fait oublier le talent des sportives, les filles continueront d’être intimidées et renonceront à s’exposer en compétition.

Et ces images sont délétères aussi pour les compétitrices. « En tant qu’athlète, la confiance en soi compte beaucoup dans la compétition » ajoute Natalie Berry. « Si les athlètes ont le sentiment que le corps est présenté de manière inadéquate à l’écran, cela pourrait affecter injustement leurs performances ainsi que leur mental. »

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com