Européennes : le PS enterre la parité

par Arnaud Bihel

.

Un coup médiatique au détriment de la parité, pourtant promise. Le syndicaliste Edouard Martin, qui s’est fait connaître en luttant, en vain, pour la survie de l’usine ArcelorMittal de Florange, conduira la liste socialiste dans le grand Est aux élections européennes.

Première conséquence : Catherine Trautmann, qui avait conduit la liste dans le grand Est en 2009, et qui est l’actuelle présidente de la délégation des socialistes français au Parlement européen, est rétrogradée en deuxième place.

Deuxième effet Martin : le PS dit adieu à la parité des têtes de liste pour les Européennes. Une parité que le parti s’était pourtant engagé à assurer. Un mois plus tôt, le PS annonçait ses têtes de listes : on comptait 4 hommes et 3 femmes – en attendant la liste d’outre-mer (Voir : Européennes : à quoi ressemble la parité au PS ?). Désormais, elles ne sont plus que 2 femmes à mener une liste, quand ils sont 5 hommes.

 

Partager cet article

2 commentaires

luce44 21 décembre 2013 - 18:15

Nouvelle manifestation du sexisme : une femme est priée de rétrograder pour laisser passer un homme en premier, quelle que soit son expérience. Mr Martin aurait pu être candidat sans souffler la tête de liste à une femme et faire passer la parité aux oubliettes. N’a-t-il pas la hauteur de vue pour respecter ce principe et accepter d’être en deuxième position. C’est honteux comme les femmes sont traitées.
La pratique, c’est vraiment bien plus difficile que les discours.

Répondre
Eric 21 décembre 2013 - 21:57

« N’a-t-il pas la hauteur de vue pour respecter ce principe et accepter d’être en deuxième position »

Reprocher à Martin son manque de galanterie, lui qui vient de commettre la trahison politique la plus spectaculaire depuis Besson, c’est comme reprocher à un braqueur de banque d’avoir grillé un feu en quittant les lieux du crime.

Répondre

Répondre à luce44 Annuler la réponse