Accueil CultureScience Les “Femmes de la NASA” de LEGO au grand jour

Les “Femmes de la NASA” de LEGO au grand jour

par La rédaction

La firme danoise mettra en vente le 1er novembre une boîte mettant en scène quatre femmes qui ont marqué l’histoire de la conquête spatiale.

L’annonce encore virtuelle, en février dernier, avait fait grand bruit. Elle se concrétise aujourd’hui : les “Femmes de la NASA” de LEGO seront mises en vente le 1er novembre, vient d’indiquer la société danoise, en dévoilant la version finalisée de cette boîte.

Elle mettra en scène quatre femmes qui ont marqué l’histoire spatiale des Etats-Unis : Sally Ride, qui fut en 1983 la première Américaine dans l’espace (voir : Sally Ride, pionnière dans l’espace et femme de sciences) ; Nancy G. Norman, astronome qui a contribué au téléscope Hubble ; Mae Jemison, première Afro-Américaine dans l’espace, en 1992 ; et Margaret Hamilton, informaticienne qui a conçu les logiciels embarqués du programme Apollo. C’est la célèbre photo la montrant, en janvier 1969, auprès de la pile des lignes de code, qui a inspiré son personnage dans la boîte LEGO.

Photo de gauche par Draper Laboratory [Domaine Public], via Wikimedia Commons

 

Il manquera toutefois une personne par rapport au projet initial : Katherine Johnson, mathématicienne et ingénieure qui a travaillé au calcul des trajectoires des missions Mercury et Apollo, et principal personnage du film Hidden Figures (Les Figures de l’ombre). Selon Lego, « Katherine Johnson a choisi de ne pas faire partie de ce kit ».

Ce projet “Femmes de la NASA” avait été proposé par la scientifique Maia Weinstock, dans le cadre du concours LEGO Ideas, qui permet à des particuliers de soumettre leurs idées pour la création de nouvelles séries de figurines.

« Les femmes ont joué des rôles essentiels dans l’histoire du programme spatial américain. Et pourtant trop souvent leurs contributions sont ignorées ou sous-estimées – d’autant plus que les femmes ont, historiquement, dû lutter pour se faire accepter dans le domaine des sciences, technologies, ingénierie et mathématiques (STEM) », expliquait Maia Weinstock, qui entendait donc avec ses “Femmes de la NASA” « permettre aux jeunes et aux adultes d’en savoir plus sur l’histoire des femmes dans les STEM ».

En 2014, une première série de femmes scientifiques avait vu le jour de cette façon, à l’initiative de la docteure Ellen Kooijman, une géochimiste suédoise.

Voir : Lego déconstruit (un peu) les stéréotypes

 

 

 

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire