Des femmes et des hommes qui changent le monde

par La rédaction

FPThinkers_h150Le Top 100 des « penseurs mondiaux » du magazine Foreign Policy compte un tiers de femmes, dont plusieurs jeunes militantes des droits humains. Les Français.e.s se distinguent dans le domaine de l’économie.


 

En 2010, ce sont des penseuses de l’écologie qui se distinguaient dans le classement des « penseurs mondiaux » (« global thinkers ») du magazine US Foreign Policy. Dans le classement 2012, ce sont principalement des artisanes du changement politique qui sont à l’honneur.

C’est l’une d’elles, la birmane Aung San Suu Kyi, qui occupe d’ailleurs la première place de Top 100. La dissidente libérée partage cette place avec le général Thein Sein, qui a favorisé l’ouverture politique en Birmanie.

La Pakistanaise Malala Yousafzai, 15 ans, symbole de la lutte pour l’éducation des filles, est 6ème. C’est une autre jeune Pakistanaise, la blogueuse Sana Saleem, 25 ans, qui ferme ce classement.

On retrouve aussi dans les 20 premières places la tunisienne Ahlem Belhadj et la syrienne Rima Dahli. Les trois membres du groupe Pussy Riot condamnées en Russie figurent aussi dans le Top 20. Foreign Policy salue également la lutte pour les droits de l’Homme au Bahreïn, incarnée par quatre militants dont deux jeunes femmes, les sœurs Maryam et Zainab Al-Khawaja, 25 et 29 ans.

A l’honneur également, des militantes institutionnelles, comme la présidente du Malawi Joyce Banda (22ème), « qui imagine une nouvelle Afrique libérée de la corruption ». Ou encore Sima Samar (41ème), la présidente de la Commission indépendante des Droits de l’Homme en Afghanistan.

Lire aussi : Chez les maîtres du monde, 9 hommes sur 10

Au total, la liste des 100 personnalités distinguées par Foreign Policy cette année compte un tiers de femmes.

Côté français (même si trois sur quatre sont en poste aux Etats-Unis), ce sont les économistes qui se distinguent. Et à parité. Esther Duflo, régulièrement saluée outre-Atlantique, bien plus qu’en France, pour ses travaux sur la pauvreté, pointe à la 62ème place. La patronne du FMI Christine Lagarde, à la 27ème place, est distinguée « pour avoir, contrairement à d’autres, investi au Moyen-Orient ».

Mais on trouve également Thomas Pitetty et Emmanuel Saez, ensemble à la 24ème place. Pour Foreign Policy, les tenants de la « révolution fiscale » en France sont aussi les inspirateurs du mouvement ‘Occupy Wall Street’, pour avoir « révélé à quel point les inégalités de revenus sont devenues criantes aux Etats-Unis ».

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire