Forte mobilisation pour l’égalité en Tunisie

par La rédaction

Plusieurs milliers de personnes sont descendues dans la rue, lundi 13 mai en Tunisie, pour la défense des droits des femmes et de l’égalité. Il s’agissait là du plus grand rassemblement d’opposition depuis le mois avril. Cette journée marquait l’anniversaire de la promulgation du Code du Statut Personnel (CSP), en 1956, qui a accordé aux Tunisiennes un statut privilégié dans le monde arabe.

Le principal mot d’ordre des manifestations de ce 13 août était l’appel au retrait d’un projet d’article de la future constitution, l’article 28, qui évoque la « complémentarité », et non l’égalité des sexes. (Lire : 13 août, anniversaire amer en Tunisie).

Sans rentrer dans le vif de la polémique, l’ONU Femmes s’est même invitée dans le débat. L’organisme a tenu à rappeler que « la Tunisie a tenu dans la région un rôle de pionnier pour l’égalité de genre et les droits des femmes ».

Le parti islamiste Ennahdha, majoritaire, qualifie cette contestation de « provocation et d’exagération ». Mais la mobilisation semble avoir eu de l’effet, puisque dans le même temps les responsables du parti ont multiplié les déclarations dans lesquelles ils affirment leur attachement à l’égalité des sexes et au CSP. C’est là une « affaire tranchée », a déclaré le chef du gouvernement provisoire, Hamadi Jebali

Reste que, pour l’heure, Ennahdah n’entend pas revenir sur cet article 28. Le débat n’est donc sans doute pas clos. D’autant que la rédaction de la future constitution, dans sa globalité, prend du retard. L’Assemblée nationale constituante ne terminera pas ses travaux à l’automne, comme prévu, mais plus vraisemblablement début 2013.

 

Partager cet article

1 commenter

jacques raffin 8 septembre 2012 - 19:08

Il doit y avoir une coquille dans la première phrase de l’article…
Si vous corrigez, inutile de garder mon commentaire.

Répondre

Laisser un commentaire

Are you sure want to unlock this post?
Unlock left : 0
Are you sure want to cancel subscription?