Accueil Politique & SociétéFamilles Guerre de positions sur la famille homoparentale

Guerre de positions sur la famille homoparentale

par La rédaction

Après l’apparition de la notion de genre en classe de première, c’est celle de la famille homoparentale dans le programme de terminale littéraire qui crée des remous.


 

Le 13 octobre, le Journal officiel dévoilait le programme d’un nouvel enseignement : « Droit et grands enjeux du monde contemporain », pour les élèves de terminale littéraire à la rentrée 2012. L’un des thèmes de droit concernera « l’évolution de la famille », ainsi détaillé : « Après avoir constaté l’absence de définition de la famille, on montrera, par une analyse juridique et historique, qu’elle a profondément évolué et qu’elle est devenue multiforme (famille biologique, adoptive, monoparentale, homoparentale, recomposée, nucléaire, élargie) et on proposera aux élèves d’en rechercher une définition. »

Le 31 octobre l’ADFH, Association des familles homoparentales, se réjouissait de cette « prise en compte des familles homoparentales dans le programme éducatif ».

Attention, tenait à préciser le même jour le ministère de l’Éducation nationale : « la mention de ces questions de société ne signifie aucunement qu’elles aient une reconnaissance et une définition légales. » D’autant que la position officielle de l’UMP est tranchée : le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels constituent « une attaque en règle contre la famille ».

Le 2 novembre, c’est au tour de la secrétaire d’État chargée de la famille de donner son avis, collant à celui de Luc Chatel : « Claude Greff rappelle que l’étude des familles homoparentales, parmi d’autres sujets de société, au programme des classes de Terminale littéraire ne vaut pas reconnaissance de l’homoparentalité dans le système juridique français. » Et de tacler l’ADFH : il est « erroné » de voir dans ce programme » une victoire ou le signe avant-coureur d’une évolution significative du Droit de la famille. »

Le même jour deux autres associations, l’APGL (association des parents gays et lesbiens) et Les Enfants d’Arc en Ciel, entrent dans le débat. Elles se réjouissent dans un communiqué commun de l’entrée de l’homoparentalité dans les programmes scolaires, fruit d’un « travail collectif ». Mais elles « déplorent que l’abord des familles homoparentales soit alors réservé aux élèves des terminales L, et qu’il soit cantonné à la question juridique. » Et rappellent que le vide juridique actuel « fragilise les familles et les enfants vivant au sein de ces familles ».

Claude Greff signale qu’elle « exprimera sur ces questions sa position dans les semaines qui viennent. » Avec un peu de retard puisqu’en juillet elle annonçait une « feuille de route » pour septembre ou octobre. Et la secrétaire d’État tient à souligner que « la famille homoparentale est un fait social qui concerne un nombre restreint de personnes ».

Un nombre restreint ? L’APGL estime pour sa part que jusqu’à 250 000 enfants en France vivraient avec au moins un parent homosexuel. Et pour l’association, qui a rencontré la secrétaire d’État le 27 octobre, la position de Claude Greff est déjà claire : elle « a clairement fait connaître son opposition à toute évolution législative en faveur des familles homoparentales », considérant que « la société n’est pas prête et doit encore évoluer ».

Avant cette rencontre, l’APGL avait dénoncé la création d’un « Fonds de Dotation pour la Fondation de la Famille » aux accents traditionalistes… et parrainé par Claude Greff.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Offensive traditionaliste contre l’éducation au genre

Politique familiale : choc de cultures UMP / Terra Nova 

L’argumentaire choc de l’UMP pour le couple hétérosexuel

L’homoparentalité n’est pas protégée par la Constitution

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

FClerfeuille 3 novembre 2011 - 08:06

À terme, la reconnaissance de l’homoparentalité par la loi est de toute façon inéluctable. La famille homoparentale existe, c’est un fait. Nos représentants ne pourront pas détourner le regard ad vitam aeternam.

Répondre
FClerfeuille 3 novembre 2011 - 11:56

Le mois dernier, un juge a accordé l’autorité parentale conjointe à deux femmes pacsées :

http://france-info.com/france-societe-2011-11-03-homoparentalite-un-juge-de-bayonne-amorce-un-changement-de-572747-9-12.html

Répondre

Laisser un commentaire