Accueil MédiasNumérique Haut débit, basse parité

Haut débit, basse parité

par La rédaction

Le nouveau comité « France très haut débit » ne compte que des hommes.


Décidément, la parité a du mal à exister dans les instances créées par le nouveau gouvernement.  Et le monde du numérique peine toujours à intégrer des femmes. Les 10 membres du nouveau comité de concertation « France très haut débit » qui viennent d’être nommés sont tous des hommes. La moitié d’entre eux sont des représentants de l’Etat, l’autre des représentants des collectivités locales.

Cette nouvelle instance, qui doit instruire et analyser des différentes options et la concertation avec les acteurs intéressés, ne risque-t-elle pas de livrer des analyses un peu biaisées ?

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

La République mollit sur la parité

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

4 commentaires

Maréchal 6 mai 2013 - 17:32

Oui, il faut dire que l’univers des télécommunications est très très masculin et sur les infrastructures du des côté élus c’est vraiment un sujet de « mecs ». Une élue m’avait dit un jour « les élus aiment creuser des tranchées, les élues, elles, réfléchissent à ce qu’on fera circuler dans les tuyaux… » Bref, les élus sont plutôt « tuyaux » et les élues plutôt « usages ». Mais lot de consolation, sur ce sujet deux femmes ministres tiennent les rennes Fleur Pellerin côté économie numérique et Cécile Duflot pour l’aménagement du territoire.

Répondre
Sosso 7 mai 2013 - 06:35

Ccomme quoi, c’est pas parce que la ministre du numérique est une femme que ça suit derrière

Répondre
Lili 7 mai 2013 - 23:42

« Sosso »
Ccomme quoi, c’est pas parce que la ministre du numérique est une femme que ça suit derrière

… vous avez raison, je n’en revient pas que malgré un ministère tenu par une femme et gouvernement où Najat Vallaud-Belkacem fait quand même un énorme travail de sensibilisation et obtient quelques résultats (faut quand même le reconnaître…), ce genre de choses arrive.

Certes le vivier « élus locaux et représentants de l’Etat » est très masculin, mais enfin 10 membres ça fait 5 femmes à trouver, c’est largement possible…

Une honte.

Répondre
Lili 7 mai 2013 - 23:46

… Fleur Pellerin c’est une femme qui a beaucoup de qualités mais certainement pas celle d’être une révolutionnaire, ni même de se faire remarquer par ses prises de positions osées.

C’est un cas typique de femme qui est arrivée au sommet par hyper-adaptation individuelle à un système défavorable au collectif dont elle est membre, bref qui a adopté un comportement « stéréotypiquement masculin » pour réussir dans un milieu sexiste.

Répondre

Laisser un commentaire