« Hommes forts » au PS

par Isabelle Germain

PS_Toulouse

La nouvelle direction du Parti Socialiste est paritaire mais les postes clés sont pour les hommes.


« Paritaire et renouvelée »… Lors d’un conseil national à Paris samedi 17 novembre, le premier secrétaire du Parti Socialiste Harlem Désir a présenté sa nouvelle direction. Sur le papier, elle est paritaire. Mais derrière la parité de façade, toutes les fonctions ne se valent pas et les postes clés sont confiés aux hommes.

Lelab.europe1.fr évoque cette nouvelle direction avec ce titre : « qui sont les hommes forts du secrétariat national ? » Et dresse huit portraits : 7 hommes et une seule femme, Frédérique Espagnac, sénatrice des Pyrénées-Atlantiques. Ancienne attachée de presse de François Hollande elle est co-porte parole du PS avec un homme, le sénateur David Assouline.

N°1, n°2, trésorier, fédération, élections

Le  n°2 du parti est Guillaume Bachelay, député de Seine-Maritime, fidèle de Laurent Fabius. La trésorerie est confiée à Jean-François Debat, maire de Bourg-en-Bresse et ancien conseiller de Laurent Fabius. Le crucial secrétariat national aux fédérations est confié à Alain Fontanel, adjoint au maire de Strasbourg qui est aussi nommé « conseiller politique » de Harlem Désir. Christophe Borgel, député de Haute-Garonne reste secrétaire national aux élections. Rappelons qu’il a été élu après s’être parachuté dans une circonscription réservé à une femme. La communication est confiée à Olivier Faure, proche de Jean-Marc Ayrault.

Ces personnes sont très souvent citées par les médias qui considèrent leurs fonctions comme les plus importantes.  Pourquoi ne pas parler de  Florence Augier, Secrétaire nationale à l’économie sociale et solidaire, de Charlotte Brun, Secrétaire nationale à la petite enfance, à l’autonomie et au handicap ou de Laurence Rossignol, Secrétaire nationale à l’environnement et au développement durable ?

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS

Parité moyennement ordonnée au PS

Karine Berger, femme alibi?

Au PS, les investitures butent sur la parité

Sénat, présidentielle, perchoir… à la fin c’est une femme qui perd

Borgel s’auto-parachute à la place d’une femme

 

Photo : Congrès de Toulouse, le 28 octobre

Partager cet article

Laisser un commentaire