Accueil Société « Huit jeunes femmes sur dix ont peur de sortir dans la rue le soir » ? Pas tout à fait

« Huit jeunes femmes sur dix ont peur de sortir dans la rue le soir » ? Pas tout à fait

par La rédaction

« Huit jeunes femmes sur dix ont peur de sortir dans la rue le soir » affirme Marlène Schiappa. D’autres chiffres sont à peine moins pessimistes.


 

« Huit jeunes femmes sur dix ont peur de sortir dans la rue le soir ». C’est un chiffre brandi par Marlène Schiappa, mercredi 4 avril sur FranceInfo, pour illustrer la nécessité de lutter contre le harcèlement dit « de rue ». Et notamment la verbalisation de l’outrage sexiste, mesure qui figure dans le projet de loi examiné dans les prochaines semaines.

Évidemment, la lutte contre le harcèlement de rue est largement justifiée. Si le chiffre annoncé par la secrétaire d’État se discute, le phénomène qu’elle dénonce est indiscutable.

Marlène Schiappa se réfère explicitement à une étude sur « les inégalités femmes-hommes dans la société française », publiée à l’automne dernier par la Fondation Jean-Jaurès.

Pour cette enquête, l’institut Ifop a interrogé 500 femmes. Et parmi elles, 75% des femmes de moins de 35 ans jugent « élevé » le « risque d’être agressée sexuellement le soir » (Plus précisément, 55% le jugent « élevé » et 20% « assez élevé »).

Dans la même tranche d’âge, elles sont même 88% à répondre « Oui » à la question : « Lorsque vous êtes dans la rue ou dans les transports en commun redoutez-vous pour votre intégrité physique ? » (Parmi ces 88%, elles sont 19% à dire « souvent », 42% « de temps en temps » et 27% « oui, mais rarement »).

Même si les termes des questions s’en rapprochent, il ne s’agit toutefois pas précisément de la « peur de sortir le soir ». On peut avoir conscience du risque d’être agressée, ou craindre pour son intégrité une fois qu’on est dehors, sans pour autant avoir « peur de sortir ».

D’autant que d’autres sondages donnent des résultats relativement éloignés. C’est le cas de la 5ème enquête « Victimation & sentiment d’insécurité en Île-de-France », réalisée début 2015, sur un échantillon dix fois plus large – et portant sur la seule région Île-de-France.

Ici, ce sont 4 femmes sur 10 (36,5%) qui disent avoir, parfois ou souvent, « peur de sortir le soir dans leur quartier ». Quasiment la moitié des femmes interrogées déclarent avoir peur dans le train, un quart avoir peur dans le bus. Les données pour les moins de 35 ans ne sont pas ventilées par sexe mais ne sont pas significativement plus hautes. On est loin des « huit jeunes femmes sur dix ». À noter que, de manière générale, ce sentiment de peur est deux fois plus présent chez les femmes que chez les hommes.

Une troisième série de chiffres disponibles porte sur un échantillon encore plus vaste (celui des enquêtes de victimation « Cadre de vie et sécurité »), sur l’ensemble de la France .

En 2017, la part des Françaises de plus de 14 ans disant ressentir « souvent », « de temps en temps » ou « rarement » de l’insécurité au sein de leur quartier ou dans leur village s’élevait à 26% (contre 16% chez les hommes).

Un sentiment plus présent chez les usagères des transports en commun : elles étaient 51% (contre 39% des hommes) à déclarer y ressentir de l’insécurité.

Conclusion : Oui, de nombreuses femmes en France ont peur de sortir dans la rue – ou dans les transports en commun – le soir. Mais affirmer que c’est le cas de « huit jeunes femmes sur dix » est sans doute très exagéré.

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

Laisser un commentaire