Accueil SagaInitiatives Des Israéliennes poursuivent le sexisme au tribunal

Des Israéliennes poursuivent le sexisme au tribunal

par La rédaction

Une association poursuit en justice une radio ultra-orthodoxe qui écarte les voix féminines. Les cas de discrimination de ce genre restent nombreux en Israël mais ne passent plus inaperçus.


 

Depuis qu’elle a commencé à émettre en 2009 à Jérusalem, la radio haredi (ultra-orthodoxe) Kol Berama écarte toute voix féminine de son antenne, ou presque. Kolech, organisation d’orthodoxes israéliennes pour l’égalité, a porté plainte le 29 août contre la radio pour discrimination envers les femmes. Elle réclame 104 millions de Shekels (20 millions d’euros), dans le cadre d’une action de groupe.

Une heure d’antenne sur 168

La direction de Kol Berama, citée par le Jerusalem Post, dénonce une atteinte portée au«  droit d’un secteur entier de la société à écouter un média en accord avec ses croyances et son mode de vie ». Et souligne qu’on peut entendre des voix de femmes sur son antenne. En écoutant bien, c’est vrai. Car fin 2011, suite à un signalement de l’association israélienne progressiste IRAC, la radio a signé un accord avec l’autorité de régulation audiovisuelle israélienne : des femmes politiques peuvent être entendues en direct ; et des auditrices peuvent intervenir au cours d’une émission de libre antenne – une heure sur les 168 heures de programme hebdomadaires. Et pas question d’entendre des femmes journalistes ou animatrices.

Kolesh accompagne sa plainte d’un sondage selon lequel 40% des auditeurs de Kol Berama se sentent « offensés par le fait que les femmes n’ont pas le droit de parler à l’antenne et que les hommes parlent à leur place ».

Forcée à s’asseoir à l’arrière du bus

Dans son dernier rapport sur « la ségrégation et l’exclusion des femmes de l’espace public », publié en janvier, l’IRAC relevait plus d’une cinquantaine de cas de discrimination émanant des milieux ultra-orthodoxes, manifestant une volonté « de repousser les femmes à l’arrière-plan, au sens propre et au sens figuré ». Le rapport rappelle l’histoire de Na’ama Margolese une petite fille insultée sur le chemin de l’école par des hommes qui trouvaient sa manière de s’habiller pas assez orthodoxe. Mais ce cas, très médiatisé, « n’est pas un incident exceptionnel ou isolé ». Ségrégation dans les transports, dans l’armée, dans des cliniques ou des chorales… la liste est longue.

L’IRAC portait aussi un regard plus positif en remarquant que l’indignation grandit face à ces situations. Et, comme l’association Kolech, certain-e-s n’hésitent plus à saisir la justice. En juillet, rapporte l’agence IPS, une adolescente a ainsi remporté son procès contre deux ultra-orthodoxes qui l’avaient forcée à s’asseoir à l’arrière d’un bus.

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

Marie 11 septembre 2012 - 15:11

Il est temps que les femmes  »lèvent le voile »si je peux dire contre toute injustice féminines.

Répondre
NR77 13 septembre 2012 - 15:38

Merci de rendre hommage aux actions de lutte des femmes en Israël qui a une culture très enracinée dans le féminisme. Bien plus que chez nous (la vieille Europe), les pionnières ont laissé leur marque. La société israélienne est multiple et les extrêmes cohabitent. Le témoignage pourrait laisser penser que ce sont des pratiques courantes. De ce que je connais d’Israël ces problèmes sont limités à certains quartiers ou activités communautaires très restreints. Cela ne réduit en rien l’importance d’agir contre toutes les dérives. Bravo à elles.

Répondre

Laisser un commentaire