Kat Borlongan à la tête de la French Tech

par Isabelle Germain

Kat Borlongan par CNNum sur Flickr

La jeune entrepreneuse a désormais pour mission de dynamiser l’écosystème des start-ups françaises.

Le numérique et la « high tech » en général manquent de femmes. En leur donnant de la visibilité, en promouvant des « role model », il devrait être possible de casser le stéréotype qui associe high-tech et masculin… Alors le Secrétaire d’Etat chargé du Numérique, Mounir Mahjoubi, nomme des femmes à des postes visibles. La Tribune annonçait il y a quelques jours que Salwa Toko, devait devenir présidente du  Conseil national du numérique sa nomination vient d’être confirmée (voir : Salwa Toko : la fondatrice de Wifilles présidente du CNNum)

.Kat Borlongan, elle, est désormais directrice de La French Tech. Le secrétaire d’Etat a annoncé sa nomination lors de son discours de clôture à VivaTech le 25 mai. Cette mission lancée par Fleur Pellerin fin 2013 doit fédérer, accélérer et faire rayonner les start-ups tricolores et promouvoir l’innovation made in France dans le monde. La French Tech se définit comme « l’écosystème des start-ups françaises ». Un écosystème dans lequel le magazine Capital ne voyait que des hommes il y a quelques mois. Les critères choisis par le magazine économique ne permettaient pas de faire entrer des femmes dans sa sélection. (Voir : Capital et le patronat unisexe)

Kat Borlongan est bel et bien une actrice de cet écosystème. Elle a créé en 2013 et dirige avec Chloé Bonnet l’agence Five by Five, spécialisée dans l’innovation. L’agence accompagne les start-ups dans leur croissance et des entreprises et des ONG vers l’innovation.

Originaire des Philippines, Kat Borlongan, 35 ans, a fait une partie de sa scolarité au Japon, avant d’arriver en France et d’apprendre le français à l’âge de 20 ans. Elle décroche une licence à  Sciences Po Bordeaux avant de partir pour Montréal travailler pendant deux ans au sein du bureau de Reporters Sans Frontières. Elle passe ensuite un Master en communication à l’université McGill à Montréal tout en menant une mission pour l’Organisation des Nations Unies. « Marketing and Product Strategy Expert » chez Google, elle a également dirigé la fondation The Open Data Institute et organisé le Startup Weekend Paris 2013.

Kat Borlongan a déjà assuré des missions auprès de l’administration : elle a notamment conseillé Etalab de 2013 à 2015, l’instance chargée de coordonner la politique d’ouverture et de partage des données publiques, et le Conseil Économique Social et Environnemental (CESE). 

Son objectif ? dans trois ans, « La France sera devenue l’écosystème tech de référence de l’Europe. » déclare-t-elle dans L’Usine Nouvelle.

Lire aussi dans Les Nouvelles NEWS

Les femmes du numérique se mettent en avant

Pas d’argent, pas de start-uppeuse

Un plan pour inverser la courbe de la part des femmes dans le numérique

Les patronnes de start-up plus nombreuses à lever des fonds, mais…

Intelligence Artificielle : le rapport Villani veut des “actions fortes” pour les femmes dans le numérique

Partager cet article

Laisser un commentaire