Accueil International La faim dans le monde s’aggrave, surtout pour les femmes

La faim dans le monde s’aggrave, surtout pour les femmes

par Camille Saint-Cricq

La FAO alerte sur la progression de la faim dans le monde. En particulier pour les femmes, agricultrices le plus souvent, qui ont peu accès aux ressources productives souligne Oxfam.

 « Inégalités de genre et insécurité alimentaire : 10 ans après la crise des prix des denrées alimentaires, pourquoi les femmes souffrent-elles toujours de la faim ? » : c’est le titre d’un rapport de l’ONG Oxfam publié lundi 15 juillet 2019. Ce rapport s’appuie notamment sur les chiffres publiés par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) la veille.

821,6 millions de personnes souffrent de la faim dans le monde soit 10,8 % de la population alors que nous produisons assez pour nourrir les 7,7 milliards d’habitants de la planète. C’est le niveau le plus élevé depuis 2010. Ce chiffre, après avoir diminué, ne cesse de grimper depuis 2015 alors que 193 pays se sont engagés sur l’Objectif de développement durable « Faim zéro », qui « vise à éliminer la faim, promouvoir la sécurité alimentaire et à mettre un terme à toutes les formes de malnutrition à l’horizon 2030. »

Le rapport de 2017 avait identifié trois facteurs expliquant la hausse de la faim: les conflits, le climat et les ralentissements économiques. Cette année il ajoute les questions de « sécurité alimentaire et la nutrition. » Il s’agit de mesurer l’accès à une nourriture saine, équilibrée et nutritive et pas seulement à un nombre de calories par personne. Selon le rapport de l’ONU, la sous-alimentation est prévalente en Afrique (près de 20 % de la population concernée), en Asie (plus de 12 %) ou en Amérique latine et dans les Caraïbes (moins de 7 %). Mais parmi les deux milliards de personnes n’ayant pas régulièrement accès à une alimentation saine, 8 % vivent en Amérique du Nord et en Europe.

Et les femmes sont les premières victimes de la faim. Explication d’Oxfam : « Les femmes vivant en milieu rural représentent en moyenne près de la moitié de la main-d’œuvre agricole des pays en développement. Malgré leur rôle crucial en matière de sécurité alimentaire des ménages, elles font face à la discrimination et à un pouvoir de négociation limité. Des normes patriarcales désavantagent les paysannes en particulier sur les droits fonciers (petites parcelles, difficultés d’accès à la propriété, droits de succession discriminatoires), les ressources productives (aucun accès au crédit, aux services de vulgarisation ou aux intrants), le travail non rémunéré, les emplois précaires et une faible participation aux décisions et à la représentation politique. Au sein du ménage, avec une position de négociation plus faible, elles mangent souvent moins, en dernier ou dispose d’une alimentation de moins bonne qualité. Les agricultrices qui contrôlent les ressources ont généralement une alimentation de meilleure qualité. »

Pour Cécile Duflot, directrice générale d’Oxfam France : « Les gouvernements doivent d’urgence s’accorder sur de nouvelles stratégies qui s’attaquent aux causes structurelles de la faim : la crise climatique, les conflits, et un système alimentaire mondial défaillant qui place des intérêts particuliers commerciaux devant les besoins des communautés souffrant de la faim, les agriculteurs familiaux et l’agriculture durable. »

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

1 commenter

1 commenter

nasser BRAHIMI 19 août 2019 - 09:25

Madame, monsieur,

Par ce mail, je vous invite à prendre connaissance de mon livre La faim du monde qui vient à peine de sortir aux Editions Balland (distribution Gallimard) et qui reçoit un excellent accueil de la part du grand public et aussi de la critique. J’en suis ravi.

Après le succès des rencontres à la Librairie française de Rome et celle de la FAO, je suis pressé (par ma famille, mes nombreux amis et collègues) de faire ma « rentrée parisienne ». Ainsi, je compte me rendre justement à Paris pour la promotion de La faim du monde, vers la fin septembre, sachant que le 16 octobre, Journée mondiale de l’alimentation, est une date importante.

Enfin, dans l’attente, je vous souhaite une agréable lecture et une belle journée.

Bien à vous,
Nasser

Répondre

Laisser un commentaire