Accueil Point de vue La guerre des sexes n’aura pas lieu Mazarine Pingeot

La guerre des sexes n’aura pas lieu Mazarine Pingeot

par La rédaction

Dans cette lettre ouverte, Laurence Biava s’adresse à Mazarine Pingeot qui étrille les « nouvelles féministes » avec des arguments qui s’appliquaient à leurs grandes sœurs. Laurence Biava est écrivaine. Ses derniers ouvrages : « Le goût de la politique » – Mercure de France, « Les exilés de la dictature » – Le Lys Bleu Editions.

« Le féminisme n’a jamais tué personne. Le machisme tue tous les jours » – Benoîte Groult.

« Madame,

J’ai l’habitude de lire vos romans, que j’apprécie beaucoup. A certains, j’ai réservé une critique littéraire. Je suis écrivaine, petite-fille d’une féministe du XXème siècle, à qui des livres furent consacrés, et je suis moi-même très engagée dans la cause féministe depuis toujours, fière de mon héritage familial. Si je fais de la politique, c’est grâce à votre père, entre autres. C’est lui qui m’a éveillé à la réflexion politique, et c’est en 1981, pendant son mandat que j’ai voté pour la première fois.      

Je me permets de vous écrire afin de vous dire combien votre texte publié hier dans Le Monde « Ce mortel ennui qui me vient » me fait froid dans le dos. Le lire m’a révulsée, révoltée. Votre texte me choque. Il est méchant, méprisant, outrancier, et d’autant plus indécent qu’il fut publié le jour du décès de Gisèle Halimi.

Je ne vous autorise ni à me faire la leçon, ni à insulter mon héritage, mon engagement, en prétendant que les combats féministes d’aujourd’hui disqualifieraient ceux d’hier. Les combats politiques menés par les féministes de maintenant prolongent ceux d’antan et de toujours et même si je n’en apprécie pas toujours les formes nouvelles, je sais qu’ils ne flirtent en aucun cas avec ce que vous appelez très injustement « l’extrémisme de la médiocrité ».  

Ce n’est pas parce que vous n’avez pas supporté la démission de votre ami Christophe Girard qu’il vous faut vous en prendre à toutes les femmes qui témoignent à juste titre leur colère contre les vieux discours patriarcaux que vous perroquetez. Le féminisme n’est pas dévoyé parce que des femmes osent déranger les hommes dans leurs petites habitudes machistes et bousculent la domination masculine. Je n’accepte pas votre complaisance faisandée, ni les mots qui visent à blesser : « La morale de la haine », « Les enivrés de haine », « L’exaltation narcissique de croire appartenir à la morale ». Que vous arrive-t-il ? Il est peu de dire que votre texte est plein de propos injustes, méprisables et possède également de grandes inexactitudes.     

Contrairement à ce que vous exprimez, les héritières des combats d’hier suivent exactement le même chemin que Gisèle Halimi et de tant d’autres ; elles partagent exactement les mêmes idées et elles ne piétinent pas l’intelligence de leurs aïeules.

Dans l’une de vos énumérations, il manque, au dixième paragraphe, un essentiel : …..quand les femmes sont victimes de misogynie…. C’est sans doute un « oubli » volontaire. Car sinon, « l’orgasmique onanisme d’une colère pseudoféministe » que vous dénoncez et qui n’existe que dans votre imagination pertuberait la cohérence de l’argumentation que vous avez choisie. Que savez-vous au fond des violences conjugales, des violences sexistes et sexuelles ? Vous n’en pipez mot. Je ne comprends pas votre déni à ce sujet. Il est invraisemblable tout comme votre propension à insinuer dans quelques raccourcis, non seulement que les féministes détestent les hommes, mais qu’elles ne savent dissocier un geste galant d’un geste harceleur. Le propos qui souligne que « Les riches, les pourvues socialement et culturellement, qui identifient tout acte évoquant leurs corps sacré comme un viol » est abject. C’est stupéfiant de votre part.

« Quel ressentiment, quelle vengeance. » ? Il ne vous apparaît donc pas que la vindicte s’exerce plutôt contre les féministes qui, à juste titre, osent protester contre la présence de politiciens véreux ? 

Madame, avec tout le respect que je vous dois, n’avez-vous donc jamais eu à faire l’expérience du sexisme ? Ecoutez donc les concernées, qui veulent exprimer combien le système fait du mal à tout le monde. Cesser de brandir idéalement L’égalité des chances, l’Egalité des Droits pour vous attirer la complicité des masculinistes, systématiquement opposés aux féministes. Pourquoi envenimer le débat en réactivant inutilement cette guerre des sexes qui n’existe pas et n’a pas lieu d’être ? Tout le monde est d’accord avec ça. Les femmes en ont assez des barrières qui se dressent contre elles, elles en ont assez de ne pas être écoutées, de devenir les coupables toutes désignées des malheurs du monde, et de voir les hommes affirmer leur supériorité toute supposée sur elles.  Pitié, Madame, essayez de commencer à accepter qu’on n’est pas sur un pied d’égalité, et laissez les personnes concernées en débattre, sans chercher à nuire à qui que ce soit. Il y a déjà un lourd travail de déconstruction à faire, envenimer est inutile.

Vos propos résonnent en moi avec douleur. Finalement, ils sont comme une entaille dans la chair, ils exaltent un rapport de forces, sous-tend les priorités des féministes de ce pays. Si vous aviez compris que les féministes souhaitent parvenir à l’Egalité femmes-hommes, vous n’écririez pas que les femmes souhaitent remplacer une domination par une autre. A propos d’égalité de traitement, je tiens à préciser que je ne peux tolérer que M. Darmanin ait reçu des menaces de mort, tout comme je ne peux admettre que Mme Alice Coffin ait dû être placée sous protection policière.

Oui, je suis indignée de lire sous votre plume : « Est-ce cela, la place naturelle de la femme ? »  

Oui, je suis indignée de vivre dans un monde spécifiquement masculin totalement immoral où les femmes doivent passer leur vie à réclamer leur légitimité alors qu’elles sont la majorité de ce pays.  

Oui, je suis indignée de voir combien vous caricaturez les nouveaux parangons de vertu.
Oui, je suis indignée de voir combien vous dénaturez tous les combats et confondez la nuit avec le jour.

Quant à « l’inconséquence des nouveaux maccarthysmes », c’est un opprobre de plus. N’en jetez plus. Je suis à terre.
La républicaine universaliste égalitariste que je suis a envie de vivre dans un monde non dévoyé. A ce monde, il manque la vertu, cette vertu qui honore les idéaux républicains. Quoi que vous en disiez, quoi que vous en pensiez. Le féminisme d’hier et d’aujourd’hui est le même, c’est à dire qu’il est vertueux. Il n’est pas médiocre. J’espère sincèrement que vous pourrez l’entendre.

Bien respectueusement»

Laurence Biava

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

6 commentaires

6 commentaires

Jean-Marc Adolphe 30 juillet 2020 - 23:50

J’ai été pareillement sidéré et atterré par la tribune (au demeurant fort confuse) de Mazarine Pingeot, comme je l’ai écrit sur ma page Facebook et (brièvement) dans un article ce matin sur mon blog Mediapart (https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-adolphe/blog/300720/christophe-girard-pour-memoire). Le texte de Laurence Biava est parfait, et de surcroît fort bien écrit (contrairement à la tribune de Mazarine Pingeot). Resterait peut-être à dire une chose : le chapo du Monde dit que cette tribune « dénonce le nouveau féminisme ». Déjà à l’époque du MLF (où j’ai un un peu milité au début des années 1980), il n’y avait pas un seul féminisme, mais plusieurs, plus ou moins « radicaux ».
Je profite de ce commentaire pour saluer l’excellent travail éditorial des Nouvelles News.

Répondre
Lynda AIT MESGHAT 31 juillet 2020 - 00:11

Merci .

Répondre
Prigent 31 juillet 2020 - 22:31

Un féminisme bien classique font parle mme Biava. Il ne s’agit pas de ce que décrit mme Pingeot qui comme moi ne voit que la colère de ces nouvelles féministes capables de briser tous les droits pour la cause. Mr christophe n »a fait aucun acte répréhensible, mr darmanin a fait un abus de faiblesse consentie. En quoi défend-t on là dedans les filles qui se font toucher les fesses ou manquer de respect dans la rue. Arnaqueuses
Bravo Mme pingeot.

Répondre
BIAVA 1 août 2020 - 07:48

Vous n’avez strictement rien compris à ma réponse ; honte à Mazarine Pingeot qui dénigre toutes les féministes en les traînant dans la boue. On a l’impression d’un billet où elle venge quelqu’un. Les femmes ne doivent pas se laisser faire et ce petit milieu parisien de l’entre-soi complaisant et de connivence me donne des hauts le coeur.

Répondre
Adrien 5 août 2020 - 20:46

Je suis en plein divorce avec mon ex et je subis actuellement pour la garde de mes enfants l’inégalité et la domination féminine au sein des institutions. Mme Pingeot a fait preuve d’un énorme courage et va recevoir un torrent d’injures et d’insultes.

Répondre
Pezeu Geneviève 10 août 2020 - 15:16

Merci à Laurence Biava.

Soyons des ingénieur.e.s
du féminismes et de l’égalité entre les femmes et les hommes
pour un monde meilleur
Vive les FÉMINIEUR.E.S
G. Pezeu

Répondre

Laisser un commentaire