Accueil Politique La parité selon l’UMP : présidence 100% masculine

La parité selon l’UMP : présidence 100% masculine

par La rédaction
PariteUMP

Convention UMP le 28 janvier 2012 © UMP Photos

La parité à l’UMP, ce n’est pas l’équilibre entre hommes et femmes, mais entre fillonistes et copéistes. Les six (voire huit !) vice-présidents du parti sont tous des hommes.


 

Un membre anonyme de l’UMP, cité par Le Figaro, se félicitait à l’avance du « respect d’une stricte parité » dans le nouvel organigramme du parti, dévoilé mardi 15 janvier.

C’est bien le moins. Depuis des mois, Jean-François Copé assurait (contre l’évidence) que la direction de l’UMP respectait la parité hommes/femmes. Lors du duel qui l’a opposé à François Fillon pour la présidence du parti, les deux camps ont rivalisé d’engagements pour la parité. « Nous savons sa détermination à faire avancer la parité au sein de la société française en commençant par notre propre parti », écrivaient ainsi les soutiens de François Fillon. « Seul Jean-François Copé propose la parité à tous les postes clés, comme c’est le cas aujourd’hui dans l’équipe nationale », renchérissaient les soutiens de son adversaire.

Il était donc logique que la nouvelle direction soit paritaire.
Mais… mais… attendez…

Il y a en fait parité et parité. En politique, le terme fait traditionnellement référence à l’équilibre entre hommes et femmes. Mais dans ce cas précis, la définition est toute autre : il s’agit de la répartition des postes entre « copéistes » et « fillonistes ». LeJDD l’expliquait aussi : « Cette équipe joue la stricte parité. Pour chaque copéiste nommé, un filloniste l’est aussi. »

Et de fait, les hommes sont deux fois plus nombreux dans l’équipe dirigeante du nouvel organigramme de l’UMP : ils sont 17, pour 8 femmes. Et au sommet, pas la moindre femme : outre le président Jean-François Copé, les 6 vice-présidents (pas moins) que compte le nouvel organigramme sont tous des hommes : Luc Chatel, Laurent Wauquiez, Jean-Claude Gaudin, Brice Hortefeux, Roger Karoutchi et Christian Estrosi. (Et selon l’AFP, mardi soir, deux vice-présidents supplémentaires, deux hommes – des fillonistes, « pour que la parité soit respectée » – viennent rejoindre ce contingent).

L’UMP paie pourtant cher, déjà, son incapacité à mettre en avant des femmes : pour n’avoir présenté que 26% de candidates aux dernières législatives, le parti se privera de 4 millions d’euros par an sous cette législature.

UMP2013

Photo : présentation de la nouvelle équipe dirigeante, le 15 janvier 2013 © UMP Photos. Cinq hommes absents, les femmes en vue : on croirait presque à la parité.

 

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

2 commentaires

de profundis 16 janvier 2013 - 16:23

parité à l’issue d’un concours de zizi

Répondre
Louisele 17 janvier 2013 - 23:17

Ce qui est sur c’est que ca ne donne pas envie de voter pour eux….. mais ca ils n’ont pas l’air de s’en rendre compte ! ou plutot, ils s’en fichent !!

Répondre

Laisser un commentaire