La révolte numérique des femmes arabes

par La rédaction

WeCanDoIt_h150Des femmes, et de plus en plus d’hommes, de tous les pays du monde arabe s’affichent sur Facebook pour dénoncer les discriminations sexistes.


 

Depuis tout juste un an, une page Facebook témoigne du « soulèvement des femmes dans le monde arabe ». Cette page, lancée par la Libanaise Yalda Younès, est une plate-forme pour dire « non à la violence contre les femmes, non à leur soumission aux hommes, non à leur condition de citoyennes de seconde zone ».

Du Maroc, du Liban, d’Égypte, de Palestine, de Syrie… de tous les pays du monde arabe, des centaines de femmes y publient depuis un an leurs témoignages, coups de gueule ou créations graphiques. Comme cette image de ‘Rosie the riveter’, symbole féministe historique ici revisité.

Le groupe Facebook, qui compte au bout d’un an plus de 50 000 membres, se veut aussi un « réseau de solidarité ». Et ce ne sont d’ailleurs pas que les femmes qui s’y expriment. De plus en plus souvent ces dernières semaines, des hommes participent à la dernière campagne du groupe. Il s’agit se s’afficher en photo avec ce message écrit : « Je participe au soulèvement des femmes dans le monde arabe, parce que.. » et chacun d’écrire la raison de son soutien. Comme ce couple syrien, qui écrit tout simplement « … parce que il = elle ».

Louai, un Palestinien, explique quant à lui : « Je participe au soulèvement des femmes dans le monde arabe, parce que la libération des femmes ouvre la voie à celle des hommes, et donc de la société toute entière ». La Tunisienne Fatma résume pour sa part : « Je participe au soulèvement des femmes dans le monde arabe, parce que je suis un cerveau avant d’être un corps ». Des messages essentiellement en langue arabe, bien sûr, mais souvent traduits en anglais.

Aujourd’hui, ce sont des dizaines, des centaines de photos qui s’affichent sur la page Facebook, et de là font leur chemin sur les réseaux sociaux. Yalda Younès se réjouit de ce succès, même si elle est bien consciente que ce n’est que le début de ce « soulèvement » espéré : « Certes nous ne sommes pas encore assez nombreux pour instiguer une révolution des mœurs, mais peu à peu nous pouvons mobiliser au même moment des hommes et des femmes dans tout le monde arabe », explique-t-elle à Courrier International.

La campagne se décline également sur un compte Twitter : @UprisingOfWomen

 

 

Partager cet article

2 commentaires

Lili 30 octobre 2012 - 12:47

Toutes ces mobilisations sur FB et twitter…. ca fait du bien certes, mais maintenant je n’y crois plus.
A quoi ça sert vraiment? Je veux dire, qu’est-ce que ça change dans la vraie vie?
Vous avez des centaines de like, des centaines de followers, et le jour où vous lancez un appel à mobilisation avec un RDV à la Défense ou ailleurs pour manifester contre ou pour (cause au choix), vous êtes à peine 100, quand c’est pas 30…
C’est facile finalement (enfin peut-être pas dans le cas présent où il y a un risque individuel), derrière son ordinateur… Mais « IRL », il n’y a personne…

Bref, pour ma part j’en reviens, de ces réseaux sociaux…
Bien sûr il y a eu le Printemps Arabe… principalement le fait des hommes. Les réseaux ont permis la mobilisation de ceux pour qui c’était possible de manifester. Les réseaux sont un bon moyen de rassemblement pour gens libres, mais pas de libération, désolée.

Répondre
hic 30 octobre 2012 - 19:20

« Lili »

Bien sûr il y a eu le Printemps Arabe… principalement le fait des hommes. Les réseaux ont permis la mobilisation de ceux pour qui c’était possible de manifester. Les réseaux sont un bon moyen de rassemblement pour gens libres, mais pas de libération, désolée.

Ce n’est pas vrai que le printemps arabe a été le fait des hommes. Beaucoup de femmes y ont participé, en suiveuses, mais aussi en meneuses, sans compter celles qui ne pouvaient sortir mais qui ont soutenu leur protestataire de conjoint en gardant les enfants. Qu’après, ces révolutions se retournent principalement contre les femmes, je ne le nie pas; mais c’est important de ne pas oublier qu’elles ont été là en nombre pour manifester.

Répondre

Répondre à hic Annuler la réponse