La très masculine justice britannique

par La rédaction

La haute magistrature, outre-Manche, laisse très peu de place aux femmes. C’est peut-être dû à une « discrimination inconsciente », admet le président de la Cour suprême.


 

Le magistrat britannique au grade le plus élevé admet l’existence d’un plafond de verre dans la justice britannique. En février, tandis que trois femmes – une première – étaient nommées au Conseil constitutionnel français, ce sont trois hommes qui faisaient leur entrée à la Cour suprême britannique. Une seule femme figure parmi les 12 membres de cet aréopage.

Dans un entretien au Guardian, mardi 5 mars, le président de cette Cour suprême, Lord Neuberger, évoque, avec moult pincettes, l’hypothèse d’une « discrimination inconsciente » (« subconscious bias ») dans le système judiciaire britannique, qui freinerait la nomination de femmes aux plus hauts postes. Il assure toutefois avoir toujours constaté un « désir conscient » de nommer davantage de femmes. Mais l’inconscient, lui, resterait guidé par cette « image d’un juge avec une apparence, des qualités masculines », note le magistrat.

On a pu remarquer, en France, que la discrimination n’est pas toujours inconsciente dans le monde judiciaire. En décembre dernier, un avocat bordelais faisait scandale auprès de ses pairs en estimant qu’une femme n’a pas « les épaules assez larges » en matière de droit pénal.

 

Lire aussi sur Les Nouvelles NEWS :

Au Royaume-Uni, la parité patine

 

 

Partager cet article

Laisser un commentaire