Accueil Société Le bonheur des hommes est dans la serpillère

Le bonheur des hommes est dans la serpillère

par La rédaction

La London school of economics avait déjà fait la corrélation entre la participation des hommes aux tâches ménagères et  le taux de divorce. La Cambridge University vient de publier une enquête montrant que « les hommes qui s’adonnent aux tâches ménagères sont plus heureux que les autres ». Moins de culpabilité de leur part, moins de disputes…
RTL.fr
précise que « Les scientifiques s’attendaient à des résultats exactement inverses, pensant que les hommes seraient d’autant plus insatisfaits qu’ils devraient s’atteler à des corvées. » Comme quoi…


Lire aussi sur les nouvelles NEWS

Plus ils frottent, moins elles divorcent.

Paternité et travail : dix bonnes pratiques pour concilier

Plus ils assurent de travaux domestiques, moins ils stressent.

 

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

5 commentaires

rivi 3 juillet 2012 - 00:34

La deuxième conclusion de l’étude, c’est que les femmes dont le compagnon s’investit dans les taches ménagères ne sont pas plus heureuses que celles dont le compagnon ne fait rien.

Répondre
Hélène45 3 juillet 2012 - 19:28

« rivi »
La deuxième conclusion de l’étude, c’est que les femmes dont le compagnon s’investit dans les taches ménagères ne sont pas plus heureuses que celles dont le compagnon ne fait rien.

Ou avez vous trouvé cette information ? Elle ne figure pas dans le lien. -elles divorcent moins en tout état de cause.

Répondre
rivi 4 juillet 2012 - 10:50

« Ou avez vous trouvé cette information ? »

http://www.telegraph.co.uk/family/9356714/Secret-of-a-mans-happiness-do-the-dishes-for-a-quiet-life.html

« In fact they found that it was the men who were happier while their wives and girlfriends appeared to be largely unmoved. »

Répondre
De Produndis 4 juillet 2012 - 15:14

« rivi »
« Ou avez vous trouvé cette information ? »

http://www.telegraph.co.uk/family/9356714/Secret-of-a-mans-happiness-do-the-dishes-for-a-quiet-life.html

« In fact they found that it was the men who were happier while their wives and girlfriends appeared to be largely unmoved. »

so what, si les hommes sont heureux c’est toujours ça de pris non ?

Répondre
Lili 7 juillet 2012 - 08:33

Je me souviens encore de vos articles sur les « études à la con qui font passer les femmes pour des connes ».

Dommage que vous relayiez celle-ci, qui pour être plus favorable aux aspirations des femmes, n’en reste pas moins une étude à la con, même produite par la prestigieuse et sérieuse LSE.

En effet, corrélation n’est pas lien de cause à effet. Et cette étude ne dit pas que ces hommes sont heureux de faire le ménage, ni même qu’ils sont plus heureux parce qu’ils font le ménage.

On pourrait même en conclure, en étant machiste, qu’un homme que sa femme rend heureux (au lit par exemple), est mieux disposé à participer aux tâches ménagères. OK c’est bidon mais voilà, on peut faire dire ce qu’on veut à ce genre de choses.

J’ai tendance à penser que ces hommes sont plus heureux pour des tas de raisons (par exemple, meilleur équilibre travail/vie privée qui leur laisse le temps de vivre, et donc entre autres de faire le ménage, ou alors proportion d’hommes équilibrés qui vivent bien leur vie de couple en général et donc se mettent au ménage,…), et que faire le ménage n’est pas un enjeux de virilité, couple, etc.

Bref, dommage pour votre crédibilité que vous dénonciez ou pas les études à la con en fonction du degré de compatibilité de leurs résultats avec l’égalité hommes-femmes. Je ne suis pas sûre que ça soit la meilleure manière de défendre la cause.

Répondre

Laisser un commentaire