Accueil Politique & Société Les femmes émettent 16% de gaz à effet de serre de moins que les hommes

Les femmes émettent 16% de gaz à effet de serre de moins que les hommes

par Isabelle Germain

Alimentation, transport, vacances… Pour la planète, les femmes font de meilleurs choix que les hommes révèle une étude Suèdoise. Un argument en faveur d’une politique écoféministe.

Une étude suédoise, publiée dans le Journal of Industrial Ecology,démontre qu’en modifiant les choix de consommation destinés à l’alimentation, aux vacances et à l’ameublement, on pourrait réduire les émissions de gaz à effet de serre (GES) de près de 40 %.

Mais les auteur.es de l’étude ont aussi constaté que les dépenses des hommes en biens de consommation sont à l’origine de 16 % d’émissions de GES de plus que celles des femmes, bien que les sommes dépensées soient très similaires.

« La façon dont elles et ils dépensent est très stéréotypée – les femmes dépensent plus d’argent pour la décoration de la maison, la santé et les vêtements et les hommes dépensent plus d’argent pour le carburant des voitures, les repas au restaurant, l’alcool et le tabac. » souligne Annika Carlsson Kanyama, de la société de recherche Ecoloop en Suède qui a co-dirigé l’étude, dans Le quotidien anglais The Guardian. 

Les conséquences de la consommation de 369 hommes célibataires et 251 femmes célibataires sur un an ont été passées au crible. Cette consommation est répertoriée et classée en 11 catégories par Statistics Sweden : les émissions liées au tabac, vêtements et chaussures, alimentation, décoration et entretien du logement, logement, santé, communication, loisirs et culture, vacances, transports, et autres produits et services. 

Et, en moyenne, les femmes rejettent chacune 8,4 tonnes de gaz à effet de serre par an contre 10 tonnes pour les hommes. Les hommes, par exemple utilisent beaucoup leur voiture tandis que les femmes utilisent davantage les transports en commun. Autre choix stéréotypé :  ils mangent davantage de viande que les femmes. Et celà fait une grosse différence d’émission de GES

Chez ces célibataires, la nourriture et les vacances sont à l’origine de plus de la moitié des émissions, tant pour les hommes que pour les femmes. Mais comme ils ne mettent pas les mêmes aliments dans leurs assiettes et n’utilisent pas les mêmes modes de transport, les émissions de GES sont moindres chez les femmes.

L’étude préconise des solutions simples ne nécessitant pas de gros investissements dans une voiture électrique par exemple. En remplaçant la viande et les produits laitiers par des aliments à base de plantes et en optant pour des vacances en train, plutôt qu’en avion ou en voiture, on réduirait les émissions de 40 %.

Ces chercheur.ses affirment que les différences entre les sexes devraient être davantage étudiées et prises en compte dans les actions visant à lutter contre la crise climatique. Un nouvel argument en faveur de l’écoféminisme et d’une politique de relance féministe.

Lire aussi dans LesNouvellesNews.fr

LUNDI VERT : LES FEMMES D’ABORD

L’ÉCONOMISTE KATE RAWORTH ET LA « THÉORIE DU DONUT » À AMSTERDAM

POUR L’ÉGALITÉ, ONU FEMMES VEUT « TRANSFORMER LES ÉCONOMIES »

DÉRÈGLEMENT CLIMATIQUE : « NOUS VOULONS UNE PARITÉ DÉCISIONNELLE »

LE SEXE DE LA RICHESSE QUI COMPTE

LA PREMIÈRE MINISTRE NÉO-ZÉLANDAISE MÈNE UNE POLITIQUE DU BIEN-ÊTRE

EN NOUVELLE-ZÉLANDE, LA SEMAINE DE QUATRE JOURS POUR SORTIR DE LA CRISE

EN NOUVELLE-ZÉLANDE LES BANQUES DOIVENT MESURER L’IMPACT SUR LE CLIMAT

PLAIDOYER POUR UNE ÉCONOMIE FÉMINISTE

L’ANALOGIE FEMME / MORCEAU DE VIANDE, AUX TRÉFONDS DU SEXISME

DU STEAK POUR LUI, DU ROSE POUR ELLE

RETOUR SUR LE COLLOQUE « LE SEXE DE L’ÉCONOMIE » 1

Partager cet article

A VOUS DE JOUER

o Vous appréciez nos articles ?
o Vous voulez partager l’information pour que tout le monde ouvre les yeux sur l’inégalité des sexes ?
o Vous considérez que l’égalité dans les médias est la mère de toutes les batailles pour l’égalité ?
o Vous savez qu’un journal indépendant et de qualité doit employer des journalistes professionnels ?
Si vous avez répondu oui à une de ces quatre questions, faites un don pour financer l’information. Ce don est défiscalisé à 66 %. (Un don de 50 € vous coûte en réalité 17 €)

JE FAIS UN DON

0 commenter

Laisser un commentaire

Social Media Auto Publish Powered By : XYZScripts.com